M. Ibrahim Miko dit Angoula, président de la Délégation Spéciale de la ville de Maradi : «Face à la persistance du phénomène de l’incivisme fiscal, l’Etat doit accompagner les communes à avoir un mécanisme efficace de prélèvement des impôts et taxes»

Invite de sahel dimanche
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Monsieur le président de la Délégation Spéciale, la ville de Maradi a évolué ces dernières années. Quelles sont ses particularités actuelles?

En termes d’évolution Maradi a toujours été une ville commerciale. De ce point de vue, ça a toujours été une tradition. Au-delà de cette activité, il y’a l’agriculture et l’élevage. Depuis notre installation, on s’est attelé à privilégier les autres activités que sont l’agriculture et l’élevage. De ce point de vue, c’est assez particulier de ce qui se faisait dans le passé.

Dernièrement, le grand voisin du Sud qu’est le Nigeria a décidé de fermer unilatéralement sa frontière avec le Niger. Quelles sont les conséquences de cette fermeture sur les activités économiques de la ville?

Les conséquences de cette fermeture sont évidentes et très perceptibles. Evidentes en ce sens que par rapport à l’activité économique, on sent une différence nette entre le moment où les frontières étaient ouvertes et maintenant. Le niveau d’activités est relativement bas, ça c’est un aspect physique et observable. Le deuxième aspect de la ville est certainement les commerçants ou bien les opérateurs économiques qui voient leurs marges de bénéfices réduites et la ville qui observe une diminution drastique de ses recettes fiscales en lien avec cette baisse importante de l’activité économique.

Cela a-t-il une conséquence sur les prix des denrées de premières nécessitées?

Effectivement! A partir du moment où le Nigeria a fermé ses frontières et du fait de la fermeture des frontières avec les autres voisins du Niger pour cause sanitaire, il n’y a plus d’entrées constantes des marchandises, malgré l’autorisation dont elles bénéficient. La baisse de l’offre sur le marché crée une incidence financière sur le coût des denrées alimentaires.

A un moment, une partie de Maradi a connu des périodes d’insécurité. La ville de Maradi a-t-elle ressenti les conséquences de cette insécurité et comment s’est-elle organisée pour y faire face?

Nous n’étions pas directement concernés par cette insécurité, mais avions souffert des conséquences indirectes de cette situation sécuritaire. Les conséquences se ressentent moins à Maradi, sur le plan sécuritaire. C’est surtout en termes de dépravation des mœurs, aussi bien pour les filles que les garçons, que cela se ressent dans la ville de Maradi à cause du désœuvrement de la jeunesse. A part quelques faits sporadiques qui troublent l’ordre public, la ville de Maradi n’a pas de situation sécuritaire particulière.

 

Qu’est-ce qui explique cette dépravation des mœurs et quelles sont les dispositions prises pour y remédier?

Il y’a un certain nombre de causes qui explique cela. La première cause reste la fuite de responsabilité des parents. A l’époque, un voisin peut régler un contentieux entre des enfants du quartier sans se soucier de ce que penseraient leurs parents. Aujourd’hui, les parents eux-mêmes n’arrivent pas à remettre leurs enfants, au cas où ils s’y écartent, sur le droit chemin, à plus forte raison le voisin du quartier. Vous comprendrez que dans ces conditions, les enfants sont devenus quasiment leurs propres maîtres. C’est de ce point de vue qu’il y’a une conséquence négative qui accentue la dépravation des mœurs.

Le deuxième aspect est l’éducation: plus vous avez la chance de perdurer dans le système éducatif, plus vous avez des chances de vous comporter correctement dans la société. Et vice versa. Ceux qui n’arrivent pas à s’accrocher au système éducatif sont laissés à eux-mêmes, malgré les efforts des autorités, des ONG et des projets pour récupérer les nombreux enfants déscolarisés. Cette offre étant minime par rapport aux besoins réels, on ne ressent pas sur le terrain les résultats de ces actions et cela pénalise la société.

De notre côté, notre stratégie consiste à aller vers les parents pour dialoguer avec eux et d’agir pour que les écoles de formations professionnelles puissent récupérer ces enfants afin de leur offrir un cursus autre que celui ordinaire enseigné dans les établissements scolaires.

La région de Maradi est citée en exemple dans la gestion de la pandémie à coronavirus COVID-19. Quelles sont les mesures adoptées par la ville pour prévenir cette maladie?

Il y’a d’abord eu un effort régional soutenu par les autorités administratives, coutumières et sanitaires. La ville constitue une sorte de centre névralgique de la région, à partir de laquelle un phénomène peut être amplifié pour atteindre les départements. On a donc mis l’accent sur le contrôle sanitaire des frontières de la ville de Maradi, en plus du contrôle des frontières régionales mis en place par les autorités régionales. Il y’a aussi eu un suivi efficace des contacts liés aux premiers cas de la COVID-19. Ce suivi strict et très poussé des contacts a permis de contenir très rapidement la propagation de la maladie.

Les autres aspects sont liés à la sensibilisation et à la gestion sociétale de la ville au cours de cette période qui, je rappelle, n’est pas derrière nous. On a mis à profit aussi bien les leaders religieux que les chefs traditionnels avec lesquels on a constitué une équipe, sous l’accompagnement des forces de défense et de sécurité. On a ainsi mis en place un système de sensibilisation permanente des populations sur les risques liés à la propagation de la COVID-19. La ville de Maradi a aussi été très stricte sur la mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement, ce qui nous a permis de juguler l’évolution de la maladie.

D’un autre côté, on a mis en avant le dialogue dans nos activités de sensibilisation. Grace à un dialogue franc, nous avons fait intervenir le maximum de parties prenantes. Cette expérience nous a démontré, une fois de plus, que si les gens ont droit à la parole alors, ils sont plus susceptibles de contribuer à trouver une solution globale. C’est en réalité la conjugaison de tous ces efforts qui est à la base de la maitrise de la situation sanitaire dans la ville de Maradi en particulier, et dans toute la région en général.

Dernièrement, la ville de Maradi est devenue un pôle d’attraction pour les institutions d’enseignement supérieur. Qu’est qui pousse les universités à s’installer surplace?

La première fois où j’ai été surpris, c’est lorsque le Gouverneur disait qu’il existe 155 complexes scolaires privés rien que dans la ville de Maradi, en dehors des complexes scolaires publics et des autres établissements publics d’enseignement. En dehors de l’université Dan Dicko Dan Koulodo, il y’a également un certain nombre d’universités et d’instituts de commerce,

d’administration et d’écoles professionnelles. Nous sommes en contact actuellement avec des partenaires du Nigeria pour l’installation d’une université bilingue. Curieusement, on était en contact avec un autre partenaire du Nigeria pour la création d’une école  bilingue pour les niveaux élémentaire et secondaire.

L’un des aspects particuliers de la ville est la demande en enseignement supérieur. En plus de cela, nous nous battons chaque jour, en tant qu’autorité de la ville, pour appuyer le système scolaire dans la mesure de nos prérogatives et pour accompagner le développement socioculturel de Maradi.

La fraude des hydrocarbures est très présente dans la ville de Maradi. Quelles sont les dispositions prises pour y remédier?

C’est malheureusement un problème extrêmement sérieux. Elle n’est pas spécifique à la ville ou à la région de Maradi, mais à l’ensemble du pays, de par sa disponibilité. Les solutions à apporter ne sont pas forcément locales. On est confronté à un dilemme: « organiser un peu » ces commerçants qui vivent de la fraude ou prendre des dispositions contre eux au risque de les retrouver plus tard en train d’animer l’insécurité. A mon avis, la solution à ce problème se trouve à un niveau supérieur où le prix du carburant doit être en quelque sorte le régulateur de cette fraude. Tant que la marge entre le prix à la pompe et le prix sur le marché est extrêmement élevée, je pense que ça va être difficile de combattre la fraude.

Votre mot de la fin?

Le plus grand problème de toutes les communes du Niger, depuis la période de la démocratie jusqu’à nos jours, est l’incivisme fiscal. On a beau dire à la population que nous gérons leurs ressources financières le mieux possible et de façon stricte en les investissant dans des zones ou dans des domaines d’importance générale qu’ils choisissent eux-mêmes, on a toujours des difficultés à faire évoluer la mentalité des populations. Je pense que c’est un véritable problème pour les futures autorités municipales.

Face à la persistance du phénomène de l’incivisme fiscal, l’Etat doit accompagner les communes à avoir un mécanisme efficace de prélèvement des impôts et taxes, jusqu’à ce que les gens comprennent qu’ils ont l’obligation morale de contribuer à leur propre bien-être. C’est avec leurs impôts qu’on construit la ville, qu’on cherche des financements ailleurs, etc. Il faut nécessairement que les mentalités changent et qu’on trouve un mécanisme de fidéliser la population pour qu’elle se prenne en charge par rapport à son propre destin. Le reste, c’est vraiment du ressort du contrôle pour assurer une utilisation rationnelle et orthodoxe de cet argent dans le cadre d’une bonne gestion des autorités de la ville.

 

 

Réalisée par Souleymane Yahaya, envoyé spécial(onep)