Ouverture de la 2ème session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l’année 2021 : Des thèmes innovants seront soumis à la réflexion des conseillers

Société

Le président du Conseil Economique, Social et Culturel, M. Maïrou Malam Ligari, a présidé, hier au Centre International de Conférence Mahatma Gandhi, la cérémonie d’ouverture de la 2ème session ordinaire de l’institution au titre de l’année 2021. Au cours de cette session, des thèmes innovants seront soumis à la réflexion des conseillers. Il s’agit, entre autres de l’actionnariat populaire comme un des leviers du financement du développement de notre économie ; et de l’élaboration d’un outil de planification et de la réforme des textes juridiques organisant le CESOC. La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du premier vice-président de l’Assemblée nationale, des présidents des institutions de la République, du président du Conseil Economique et Social (CES) du Bénin, M. Tabé GBIAN, du vice-président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) du Mali, M. Amadou Sanoussy DAFE, de Son Altesse, Dr Elhaj Bashir Albishir Bukar, Emir de Matchina au Nigeria, également président de l’Association des Chefs Traditionnels Unis d’Afrique, des députés nationaux, des membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique, ainsi que de plusieurs invités.

En prononçant l’allocution d’ouverture de la session, le président du CESOC a dit qu’elle intervient dans un contexte national et international bien marqué. Selon lui, le Niger consent d’énormes efforts pour contrer la persistance des actions terroristes. « Notre pays s’en sort mieux. C’est le lieu ici de saluer les efforts des plus hautes autorités, au premier rang desquelles S.E.M Mohamed Bazoum, Président de la République Chef de l’Etat, pour la gestion pragmatique et efficace du dossier sécuritaire. C’est le lieu aussi de rendre un vibrant hommage à nos forces de défense et de sécurité qui remplissent vaillamment leurs missions régaliennes avec honneur, dignité et professionnalisme. Le soutien, les appuis multiples et multiformes des partenaires apportés dans la lutte contre le terrorisme est également à saluer », a déclaré M. Maïrou Malam Ligari.

Evoquant la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique en cours en attendant son évaluation effective par les services compétents, les résultats affichent déjà des poches déficitaires dans certaines zones du pays. Mais selon lui, l’exécutif a promptement réagi pour parer à d’éventuelles crises alimentaires qui pourraient naître du déficit de la production en déclenchant un plan de soutien aux populations vulnérables notamment l’opération de vente à prix modéré de céréales, la distribution gratuite des vivres, les opérations « Cash et Food for Work » et l’appui au renforcement de la culture de contre saison.

S’agissant de la bonne gouvernance, la protection des deniers publics occupe une place centrale dans le programme de Renaissance Acte III. Toutes les mesures prises sur l’utilisation rationnelle et efficace des

ressources publiques, combinées à la lutte engagée contre les mauvaises pratiques sont assez éloquentes sur la fermeté du président de la République à changer les mauvaises pratiques. Il a aussi évoqué le volet éducation, la lutte contre la pandémie du COVID 19 etc. Le président du CESOC rappelé que depuis sa prise de fonction à la tête de l’institution, le 29 avril 2021, il s’est fait le devoir, avec le soutien du bureau, de mener des actions et d’initier des reformes. « Nous nous sommes fixé pour objectif, entre autres, de faire du CESOC une véritable plateforme d’échanges constructifs et participatifs entre les acteurs des pouvoirs publics et de la société civile », a-t-il indiqué.  Auparavant, Son Altesse, Dr Elhaj Bashir Albishir Bukar, Emir de Matchina au Nigeria, le vice-président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) du Mali, M. Amadou Sanoussy DAFE et le président du Conseil Economique et Social (CES) du Bénin, M. Tabé GBIAN ont successivement pris la parole pour parler de la mission et de l’importance de leurs institutions dans les pays. Ils ont également évoqué les défis communs auxquels font face les pays, les apports de solutions de leurs institutions. Ils ont enfin réitéré la constante disponibilité de leurs institutions à œuvrer aux côtés des institutions sœurs dans toutes les initiatives allant dans le sens du développement au bénéfice des populations.

 Seini Seydou Zakaria(onep)