Ouverture de la 3ème édition du forum «les Panafricaines» au Maroc : Pour un traitement professionnel des questions climatiques

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Trois cent femmes journalistes issues de 54 pays africains se sont données rendez-vous le 6 et 7 mars derniers à Casablanca au Maroc pour la 3ème édition du forum «les Panafricaines». Le thème central de cette édition est «Urgence climatique, les médias africains acteurs de changement». Le lancement des activités se sont déroulées en présence des représentants du Ministère marocain des Affaires Etrangères, ceux de l’environnement, des médias et des partenaires.

Il y’a eu plusieurs allocutions, une projection vidéo, des interventions Panafricaines suivie du débat animé par des experts de la question ; des discours teintés d’un engagement fort, une volonté commune de fédérer les énergies pour lutter contre les effets néfastes du changement climatique.

A l’ouverture des travaux, M. Salim Cheick, Directeur Général de la Radio 2M, a en démontrant la pertinence du thème, a soutenu que «Urgence Climatique, les medias africains acteurs de changement» est un thème symbolique car il vient confirmer le rôle important des medias d’informer, de sensibiliser les sociétés africaines sur les grandes thématiques stratégiques pour le continent. «Grâce au succès des deux éditions passées, et à la mobilisation des panafricaines dans tout le continent, ce sont des véritables plans d’actions qui sont menées chaque années par des journalistes qui ont créé des liens professionnels et humains qui les rendent plus fortes individuellement et collectivement. Ces actions ont déjà commencé à donner leurs fruits» a t- il fait savoir.

La Présidente du comité permanent des «Panafricaines» Mme Fathia El Aouni a aussi souligné tout l’intérêt de la rencontre, tout en mettant l’accent sur le grand rôle que peut jouer les journalistes pour relever les défis liés au changement climatique. Selon elle, les journalistes doivent durant cette rencontre de deux (2) jours se pencher sur cette problématique, sur ses conséquences néfastes et aussi et surtout de s’engager à mener des actions fortes contre le phénomène. Il s’agit aussi et surtout de dégager des points majeurs sur lesquels il y’aura des plaidoyers tout au long de l’année 2020 et de prospecter des pistes de solution pour l’adaptation au changement climatique.

Juste après l’ouverture, quarte(4) intervenants du Sénégal, de la Tanzanie, du Maroc et de l’Egypte ont tour à tour mené des débats autour des initiatives et engagements africains pour bien s’adapter aux changements climatiques. La première journée a été consacrée aux débats, aux échanges et aux ateliers autour de la thématique centrale et la deuxième journée à l’élaboration du plan d’actions qui sera déployé sur l’année en cours.

 

Aïssa Abdoulaye Alfary Envoyée Spéciale(onep)