Point de Presse du Secrétaire Permanent du Haut Conseil des Nigériens à l’Extérieur : «Le ministère des Affaires Etrangères continue de suivre avec toute l’attention requise la situation de tous les Nigériens qui sont à l’extérieur, bloqués ou pas», a déclaré M. Boubé Yayé

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Secrétaire Permanent du Haut Conseil des Nigériens à l’Extérieur, M. Boubé Yayé, a animé, mardi dernier au Ministère des Affaires Etrangères, un point de presse relatif à la situation des Nigériens bloqués à l’extérieur en raison de la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie du COVID 19. A travers ce point de presse, il s’agit, pour le ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, d’informer l’opinion nationale des efforts qui sont en train d’être menés pour assister l’ensemble de nos compatriotes bloqués hors du territoire national suite aux fermetures des frontières dans un contexte où le monde entier continue de lutter contre ce fléau qu’est la pandémie du COVID 19.

 

Il ressort de ce point de presse que la situation des Nigériens bloqués à l’Extérieur due à la pandémie du COVID 19 concerne des pays comme la Chine, le Maroc, la Tunisie et le Mali. D’après, le Secrétaire Permanent du Haut Conseil des Nigériens à l’Extérieur a relevé que le groupe des Ambassadeurs Africains en République Populaire de Chine a entrepris des démarches auprès des autorités, concernant la situation des Africains qui vivent dans certaines provinces, notamment celle de Guangzhou. Ces consultations, a dit M. Boubé Yayé ont

permis d’aboutir à la suspension du test systématique et de confinement «forcé» à leur charge.

De son côté, l’Ambassade du Niger à Pékin a engagé des démarches au profit de certaines familles nigériennes devant être mises en quarantaine dans des hôtels et à leur charge. Ces démarches ont abouti au résultat suivant : ces familles restent confinées dans leurs propres appartements sans avoir à payer des sommes importantes. Au Maroc, des ressortissants nigériens se trouvent bloqués depuis le 12 mars 2020, suite aux mesures prises par les autorités marocaines de fermer leurs frontières aériennes et terrestres. Ces derniers, a précisé M. Boubé Yayé ont demandé au gouvernement d’intercéder auprès des autorités marocaines compétentes pour qu’ils soient autorisés à regagner le Niger. Sur instructions du ministre, l’Ambassade du Niger à Rabat a engagé des démarches auprès desdites autorités pour obtenir une autorisation spéciale aux fins de leur rapatriement au Niger. En Tunisie, plus d’une centaine de Nigériens ont pu regagner le Niger par un vol de Tunis Air, le 9 avril 2020. Sauf, malheureusement, 14 évacués sanitaires qui n’ont pas pu embarquer par manque de places.

S’agissant du Mali, le Secrétaire Permanent du Haut Conseil des Nigériens à l’Extérieur a souligné que des compatriotes en provenance de la Guinée, du Sénégal, du Burkina Faso et de la Cote d’Ivoire sont bloqués à Bamako et aux frontières du Mali avec le Burkina Faso et le Sénégal. A la date du mardi 14 avril 2020, leur nombre est estimé à environ 500 personnes. A cet effet, l’Ambassade du Niger au Mali et le bureau du Haut Conseil des Nigériens à l’Extérieur au Mali sont instruits à leur apporter assistance en attendant de trouver une solution pour leur rapatriement au Niger. M. Boubé Yayé devait par la suite rassurer l’ensemble des Nigériens que le ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur continue de suivre avec toute l’attention requise la situation de tous les Nigériens qui sont à l’extérieur bloqués ou pas. D’ores et déjà, il a instruit l’ensemble des représentations diplomatiques et postes consulaires de notre pays pour leur apporter l’assistance appropriée.

Evoquant l’incident qui s’est produit le 6 avril 2020 au Burkina Faso, le secrétaire permanent du Haut conseil des Nigériens à l’extérieur fait remarquer qu’il n’a rien à voir avec la pandémie du COVID 19. Il s’agit plutôt d’une bagarre ayant opposé les orpailleurs nigériens et burkinabè vivant sur le site d’orpaillage de Diébougou dans la région du Sud-Ouest du Burkina Faso, situé à 300 Km de Ouagadougou. On dénombre malheureusement treize (13) blessés du côté de nos compatriotes dont trois (3) blessés par balles et côté burkinabé, un (1) mort et plusieurs blessés. Malgré les mesures prises par le gouverneur de la région pour ramener l’ordre sur le site, les orpailleurs nigériens dont le nombre s’élève à 2.807, craignant des représailles, ont commencé à quitter le lieu pour se rendre à Ouagadougou.

A la date du lundi 13 avril 2020, 1549 personnes ont été bloquées au niveau de trois (3) localités ci-après : Kokologho (1.182 personnes) ; Sabou (61 personnes) et Tita (81 personnes). En outre, 225 personnes sont déjà arrivées à Ouagadougou. A ce niveau aussi, sur instructions du ministre des Affaires Etrangères, le Consul général du Niger au Burkina Faso s’est rendu sur le site et les différentes localités où ont été cantonnés ces déplacés pour leur apporter de l’assistance consulaire et les rassurer de la disponibilité du gouvernement et de ses partenaires à leur venir en aide avant leur éventuel retour au Niger lorsque la question de l’ouverture des frontières sera réglée.

 

 Hassane Daouda(onep)