Point de presse en ligne de l’Envoyé spécial des États-Unis pour le Sahel : «Notre approche du Sahel et de la région, si elle a un objectif, c’est de faire en sorte qu’à long terme les Africains répondent eux-mêmes aux questions fondamentales», déclare l’ambassadeur J. Peter Pham

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’envoyé spécial des Etats Unis pour le Sahel, l’ambassadeur J. Peter Pham, a tenu le 5 janvier dernier, un point de presse en ligne. En plus de la présence des USA au Sahel,  M. J. Peter Pham a évoqué deux (2) autres questions essentielles qui concernent la région du Sahel, à savoir la situation sécuritaire et la démocratie. D’entrée de jeu, M. Pham a rappelé que la création en 2020, du poste d’Envoyé spécial pour la région du Sahel par le secrétaire d’État témoigne de l’engagement du gouvernement des États-Unis envers la région du Sahel et les pays voisins. «Je travaille au service de notre objectif pour la région, qui est de faire en sorte que les gouvernements ouest-africains et les institutions africaines remédient aux facteurs d’insécurité, limitent la propagation de la violence et stabilisent la région avec l’aide d’un soutien interinstitutionnel international et américain mieux coordonné», a-t-il déclaré.

Il est certes connu de tous que la situation sécuritaire dans la région fait à juste titre l’objet de beaucoup d’attention. L’Envoyé spécial des USA pour le Sahel a souligné quelques points positifs en ce qui concerne la démocratie dans la région. Il a, à cet effet évoqué les élections présidentielles et législatives pacifiques du 22 novembre ayant débouché sur la réélection du président Kaboré.  «Ma visite à Ouagadougou se veut un signe fort de la solidité du partenariat entre le États-Unis et le Burkina Faso, d’autant plus que ce pays est confronté à des menaces extérieures à la sécurité et à la stabilité», a-t-il expliqué, rappelant que les Etats Unis appuient à la fois la sécurité et le développement dans ce pays. En effet, les USA ont signé le Compact du Millennium Challenge avec le Burkina Faso pour près d’un demi-milliard de dollars US.

Pour ce qui du Niger, l’Envoyé spécial des USA pour le Sahel a, au nom du peuple américain, présenté ses plus sincères condoléances aux victimes des attentats de Tchombangou, Zaroumadareye et Toumour, et aux membres de leurs familles. «Ces attaques lâches doivent cesser.La violence contre des innocents n’a aucune place dans le monde moderne.Les États-Unis condamnent, de la manière la plus ferme, ces attaques terroristes et toutes les autres comme elles.Nous restons solidaires des forces armées du Niger et de nos alliés sur la voie de l’éradication de ces extrémistes violents et de leur idéologie impie», a-t-il déclaré. M. Pham est ensuite revenu sur le processus électoral au Niger. «Le Niger est un nouvel exemple de pays dont les élections viennent de se dérouler dans la paix. Nous avons félicité le peuple nigérien qui a exercé son droit démocratique de vote lors de ses élections présidentielles et législatives du 27 décembre, et nous nous réjouissons à la perspective d’un second tour d’élection présidentielle tout aussi réussi le 21 février.Ces élections augurent de la première passation historique du pouvoir dans la paix d’un président démocratiquement élu à un autre au Niger», a-t-il déclaré. M. Pham a réaffirmé l’engagement des États-Unis à promouvoir et renforcer la démocratie et la société civile.«Nous travaillons pour aider le Niger à poursuivre la consolidation de ses processus démocratiques et la protection des libertés fondamentales d’expression et d’association, et du droit de réunion pacifique», a-t-il précisé.

L’Envoyé spécial des USA pour le Sahel, s’est aussi félicité du leadership de l’Afrique au Mali, «un travail qui a mis le Mali sur la voie d’une transition de 18 mois menée par des civils qui aboutira à des élections et à un retour à un gouvernement constitutionnel». M. J. Peter Pham a rappelé sa visite en début octobre dernier à Bamako pour encourager la mise en œuvre de la transition civile convenue avec la CEDEAO. «Je suis retourné dans la capitale malienne fin novembre pour soutenir le Groupe africain de soutien à la transition au Mali, le GST-Mali.Le GST entend coordonner et fournir des orientations sur cinq objectifs de la transition au Mali: la sécurité, la gouvernance, la reconduite du pacte social, la réforme électorale et les élections, et la mise en œuvre de l’Accord d’Alger», a-t-il ajouté.

L’Envoyé spécial des USA pour le Sahel a évoqué la situation dans d’autres pays comme le Ghana avec les élections réussies, le Nigeria où le gouvernement des États-Unis poursuit ses actions en matière d’assistance à la sécurité et la gouvernance pour prévenir et atténuer les conflits et la propagation de l’extrémisme violent dans les États côtiers d’Afrique de l’Ouest. M. Pham a ensuite insisté sur la priorité qu’accordent les États-Unis aux institutions africaines comme la CEDEAO pour prévenir l’instabilité au Sahel en général et aux initiatives africaines pour accompagner la transition au Mali. «Les élections à la base de la gouvernance démocratique au Burkina Faso, au Niger et au Ghana, permettent de renforcer la légitimité et la stabilité des États au Sahel et en Afrique de l’Ouest», a déclaré M. J. Peter Pham.

Pour l’Envoyé spécial des USA pour le Sahel, la crise au Sahel tient essentiellement à la question de la légitimité de l’État. «La garantie de justice et de responsabilité en cas de violations des droits humains et de violence des forces de sécurité en est un des aspects.En l’absence d’actions du gouvernement, aucune intervention internationale quelle qu’elle soit n’est susceptible de réussir», a-t-il ajouté. «Notre approche du Sahel et de la région, si elle a un objectif, c’est de faire en sorte qu’à long terme les Africains répondent eux-mêmes aux questions fondamentales et relèvent les défis fondamentaux en matière de sécurité et de gouvernance», a conclu l’Envoyé spécial des USA pour le Sahel.

  Siradji Sanda(onep),

Sources : Ambassade des USA à Niamey