Point de presse relativement à la situation d’alerte rouge du fleuve au niveau de Niamey : Le Gouverneur de Niamey invite la population à libérer les sites inondables

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Peu après avoir effectué une visite avec le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le vendredi 14 Août au niveau des digues de protection, le gouverneur de la région de Niamey, M. Issaka Hassane Karanta a animé un point de presse pour alerter la population afin de s’éloigner des sites inondables. «Nous lançons expressément un appel à la population riveraine à commencer à plier bagage et à s’éloigner du lit du fleuve», a-t-il lancé, tout en souhaitant que la population le fasse en toute sérénité. «Au besoin, pour la préservation des vies humaines, nous utiliserons les moyens nécessaires à notre disposition, c’est à dire la force publique pour que la population abandonne certains endroits dangereux», a-t-il insisté.

Lors de ce point de presse, le gouverneur de la région de Niamey, a rappelé qu’en juin dernier suite aux déclarations et suggestions des agro météorologues et supputations des internautes, le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture a réuni autour de lui tous les services techniques de l’Office National des Aménagements Hydro Agricoles (ONAHA), du Génie rural, de l’Hydraulique et de l’Assainissement et les autorités régionales pour entreprendre une visite de terrain en vu de constater de visu l’état des digues qui ont été réalisées à Saga, Kikissoye, Saguia amont et aval, et de Lamordé. Selon le gouverneur de la région de Niamey, le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a, à la suite de cette visite, instruit des mesures d’urgences qui ont permis de réaliser des travaux au niveau des digues. «Certains endroits notamment les points bas des digues ont été relevés, fortifiés et renforcés. Ce qui laisse croire que les aménagements hydro-agricoles seraient au moins à l’abri des inondations», a-t-il ajouté.

Toutefois, le gouverneur Issaka Hassane Karanta a fait remarquer que devant la persistance de la menace, le Premier ministre a une fois de plus instruit le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement pour visiter les mêmes endroits. «Nous avons relevé que la côte du fleuve était de 634 cm. Nous sommes en train de connaitre un mois d’Août pluvieux comme par le passé. Il suffit qu’il pleuve au Burkina ou dans la région de Tillabéri pour que les affluents du fleuve tels que la Sirba ou le Gorouol charrient d’importantes quantités d’eau pour remplir le fleuve qui est déjà suffisamment ensablé. Ce qui entraine des débordements et de facto des inondations», a-t-il expliqué.

«Cette visite nous a permis de constater qu’effectivement, les mesures d’urgences engagées par les différents ministères techniques ont porté des fruits, mais elles restent insuffisantes car à la date de cette visite nous avons enregistré l’effondrement de 819 maisons au niveau des différentes communes, quatre décès et un blessé léger», a-t-il déploré avant d’ajouter que le recensement est en cours.

«Face à cette situation de précipitations abondantes qui peuvent s’étaler jusqu’en octobre, le Premier ministre, le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture, les ministres en charge de l’Intérieur, de l’Hydraulique et de l’Action Humanitaire, tous soucieux de la préservation de la vie humaine, des biens et des aménagements hydro-agricoles m’ont instruit de faire ce point de presse en toute urgence pour attirer l’attention de la population de Niamey afin qu’elle prenne des dispositions pour libérer le passage des eaux, libérer les maisons qui ont signalées comme défaillantes et de se porter à distance. Si l’on perd sa vie, c’est une fois pour toute, mais on peut reconstituer ou récupérer le matériel», a prévenu le gouverneur de Niamey.

Par ailleurs, M. Issaka Hassane Karanta, a dit avoir réuni autour de lui le même jour, le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey, les chefs des cantons, de villages ou des quartiers de Niamey pour les sensibiliser sur cette question. «Il faut que les uns et les autres comprennent qu’il y va de leur intérêt et de l’intérêt général d’éviter des catastrophes car souvent certains sont distraits ou négligents»,  a-t-il précisé.

 

  Mamane Abdoulaye(onep)