Portrait / Mahamadou Toukour Yacouba alias “Toukour Komandi”, comédien : L’humour, un moyen efficace de sensibilisation et de transmission de valeurs

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Toukour Komandi, de son vrai nom Mahamadou Toukour Yacouba, est un humoriste-comédien, chanteur, conteur et animateur culturel. Cet originaire de Gaya qui représentait la région de Dosso lors des fêtes tournantes du 18 décembre, catégorie humour, est l’un des comédiens qui ‘’prêche’’ par la parenté à plaisanterie. Toukour Komandi est plus connu sur les scènes de différentes édition du Festival International de l’Humour et de la Caricature (FICAH), où il présente des sketchs sur l’unité nationale, la cohésion sociale, le vivre ensemble, etc.

Né à Gaya en 1978, marié et père de 9 enfants, Mahamadou Toukour Yacouba a fait de l’humour un métier depuis plusieurs années. Ses fans l’ont surnommé ‘’komandi’’, parce qu’il organise beaucoup de spectacles et créations en lien avec le ‘’komandi’’, une spécialité culinaire traditionnelle du Dendi (bouillie brute de mil ou de sorgho). «Je suis très accroché au Komandi, dit-il, c’est une histoire du Dendi».

Etant le fils choyé d’un marabout, Toukour a eu beaucoup de difficultés pour convaincre ses parents à le laisser exercer pleinement le métier d’humoriste. Dès sa tendre enfance, il étudiait le coran auprès de son père qui finit par envoyer son enfant au Nigeria dans une école coranique. «Un beau matin, mon père décida de m’envoyer à Zariya où je dois poursuivre les études coraniques en tant que talibé. Quand je suis revenu, j’ai remarqué que mon entourage participe beaucoup aux événements culturels. Et chaque soir je partais à la Samariya de Gaya pour regarder les ballets, les chants, les sketchs, etc. Un jour j’ai décidé d’intégrer un groupe et, petit à petit j’ai pris goût. Cette période a coïncidé avec la période où le Niger faisait la promotion de la parenté à plaisanterie. C’est ainsi que j’ai choisi de consacrer mon temps à l’humour», témoigne l’artiste.

L’enfance de Toukour a été bercée par des humoristes comme les comédiens Ada, Rabiou, Zamanin, etc. «Nos ainés m’ont beaucoup inspiré. Quand ils organisent des spectacles, j’arrête tout pour aller suivre leur prestation», précise-t-il. Ainsi, Toukour Komandi s’inspire des autres humoristes pour faire rire son entourage. Par la suite, il a commencé à exercer le métier d’humoriste de manière professionnelle en participant aux éliminatoires pour les activités culturelles à l’occasion des fêtes tournantes du 18 décembre.

«Je ne fais pas de l’humour pour juste faire rire les gens, je fais de l’humour pour sensibiliser et faire avancer positivement les choses, dans notre pays»

En 2014, à l’occasion de la fête du 18 décembre dénommée “Dosso Sogha” Toukour a remporté le 1er prix dans la catégorie humour avec un sketch sur la parenté à plaisanterie. Depuis lors, il représente la région de Dosso en tant qu’humoriste à toutes les fêtes de 18 décembre. «J’ai toujours remporté des prix. Je ne suis jamais allé à l’école formelle. Mais aujourd’hui, grâce à l’autoformation, je me débrouille bien dans mon domaine. J’ai appris à m’exprimer en français afin de toucher un public plus large», a expliqué Toukour Komandi.

Pour l’artiste Mahamadou Toukour Yacouba l’humour est un moyen efficace de sensibilisation et de transmission de valeurs. «Je forme aussi des jeunes pour les initier dans le domaine des arts et de la culture. J’aime l’humour et j’aimerai transmettre et apprendre ce métier aux jeunes. J’assiste beaucoup d’artistes. Je leur donne les textes pour qu’ils les interprètent», lance Toukour.  

Pour promouvoir ses œuvres et faire aimer l’humour par la population, Toukour travaille en tant qu’animateur d’une émission culturelle à Faraha FM, une radio privée, très écoutée à Dosso. Il est régulièrement soutenu dans le cadre de ses activités par l’‘’ONG Grandit Dignement’’.

Comme beaucoup d’artistes nigériens Toukour ne vit pas uniquement de son art. Il n’enregistre pas de manière professionnelle, chose qui ne met pas en valeur ses œuvres du point de vue juridique. Pour le moment, il se contente des retombées directes des différents spectacles auxquels il participe.

Abdoul-Aziz Ibrahim(onep)