Remise des diplômes à la deuxième promotion des Ingénieurs des Pratiques Statistiques (IPS) : 15 ingénieurs des pratiques statistiques ont reçu leur diplôme

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique (INS), M. Idrissa Alichina Kourguéni, a présidé hier matin à Niamey la cérémonie de remise officielle des diplômes aux élèves de la deuxième promotion des ingénieurs des pratiques statistiques de l’Ecole Nationale de la Statistiques ( ENSTAT) de l’ Institut National de la Statistique (INS) du Niger.

Lors de la remise, le directeur national de la statistique, M. Idrissa Alichina Kourguéni, a dans son discours indiqué que ces élèves ont été formés, comme ceux de la première promotion, sortie en mai 2021, au Niger, par des professeurs nigériens, sous le parrainage de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Analyse Economique (ENSAE) d’Abidjan de Cote d’Ivoire. Ces élèves, a-t-il rappelé, comme ceux de la première promotion, qui ont reçu leurs diplômes, sont tous nigériens, et ont été, tous, recrutés au niveau BAC plus 2.

Il a, à cet effet relevé qu’ils sortent nantis, après deux années d’études pleines, d’un diplôme BAC plus 4, niveau cadre A2, de la fonction publique nigérienne. Leur diplôme d’IPS, est selon lui, très reconnu, au niveau international, et est équivalant à celui des ingénieurs des travaux statistiques des grandes écoles de statistique africaine.

M. Idrissa Alichina Kourguéni a en outre indiqué que si l’ENSTAT de l’INS du Niger a pu voir le jour, et si elle fonctionne, c’est parce que certains de ses partenaires techniques et financiers, notamment la Banque Mondiale, leur ont fait confiance, et ont accepté d’en assurer le financement et la prise en charge totale de tous les coûts liés à cette formation, mais aussi celle des trois autres promotions.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère du plan, M. Saadou Bakoye a dans son allocution souligné que les informations statistiques sont utiles pour la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des plans politiques, stratégiques, programmes et projets de développement au niveau national et international. Elles sont également utiles pour la comparaison des performances des différentes organisations, l’éclairage des débats socioéconomiques et culturels, les études, les recherches et la prise des décisions.

Selon M. Saadou Bakoye, tout décideur a, sans doute, besoin des données et indicateurs statistiques fiables, de qualité et en temps opportun, lui permettant de piloter au mieux la gestion, la gouvernance et le développement de l’instance dont il a la charge.

Pour ce faire, a-t-il ajouté, il faut nécessairement s’appuyer sur un système d’informations statistiques performant, permettant d’orienter et de mieux cadrer les prises de décision. C’est pourquoi, a-t-il dit, les plus hautes autorités du pays se sont engagées résolument à bâtir un système statistique national cohérent dynamique et crédible sur le plan national et international afin de satisfaire efficacement les besoins des utilisateurs des données statistiques.

Pour le représentant de l’ENSEA, M. Gakpa Lewis a dans intervention rappelé que l’ENSEA est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche distinguée centre d’excellence régional de l’UEMOA depuis 2005, centre d’excellence africain de la banque mondiale depuis 2015 et centre d’excellence à impact depuis 2020 par l’agence française de développement.

Il a en plus souligné que l’ENSEA fait partie du réseau des écoles de formation statistique africaine, est membre fondateur de AGROST (Groupe Africain sur la formation statistique et les ressources humaines) et du GIST (réseau international des institutions régionales de formation).

M. Gakpa Lewis a précisé que l’accompagnement de l’ENSEA dans le cadre de la formation des IPS s’est articulé autour de deux axes majeurs notamment l’accompagnement et la coordination pédagogique, et l’évaluation du fonctionnement de la filière de formation. C’est dans ce sens, a-t-il ajouté, que le programme de formation a été élaboré à l’image de celui des écoles du réseau de statistique africaine.

Par  Farida Ibrahim Assoumane(onep)