Rencontre d’échanges entre les Secrétaires généraux et les directeurs de cabinet des Ministères : « Consolidation du travail et de l’esprit d’équipe », thème retenu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini, a présidé, mercredi dernier à l’hôtel Noom de Niamey la cérémonie d’ouverture de la rencontre d’échanges entre les Secrétaires généraux et les directeurs de cabinet des Ministères. L’objectif de cette rencontre organisée par le Haut-Commissariat à la Modernisation de l’Etat appuyé par le projet SHIGA-USAID est la recherche permanente de l’amélioration de performance de l’Administration Publique nigérienne et de son efficacité.

En s’adressant aux participants, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini, a indiqué qu’un des défis que son Gouvernement n’a pas pu relever au niveau de cet échelon de leur administration est le respect de la règle du quota. « Nous n’avons pas hélas pu faire respecter cette règle légale dans la nomination des Secrétaires généraux, de leurs adjoints et des directeurs de cabinet même si la volonté y est, ça reste un défi qu’il faut relever et que nous allons inscrire dans la continuité de l’action de l’Etat comme étant une des actions à ne pas du tout laissée de côté », a reconnu le Premier Ministre.

Parlant de la rencontre, le Chef du Gouvernement a rappelé que la réforme sur la création du poste des directeurs de cabinet a été instituée depuis près de 10 ans, mais jusque-là, il y a quelques difficultés pas insurmontables pour arriver à une collaboration parfaite entre les secrétaires généraux et les directeurs de cabinet des Ministères. D’une manière générale, souligne SEM Brigi Rafini, cette réforme valait la peine d’être instituée ; le reste, c’est juste une question du comportement des hommes et des femmes qui sont appelés à travailler ensemble, car le secrétaire général incarne la continuité de l’Administration et le directeur de cabinet dirige le cabinet du chef du département ministériel qui, lui, a des objectifs et de là tout intérêt à les faire travailler en optimisant le travail de la structure qu’il dirige.

Selon le Premier Ministre, le défi qui est lancé à ces deux principaux collaborateurs du ministre est de savoir comment les deux doivent cohabiter, travailler ensemble, en synergie en vue de mettre en œuvre ensemble la politique du Gouvernement et atteindre l’objectif général fixé par le Président de la République Issoufou Mahamadou à travers le Programme de Renaissance. « A cet égard, je pense que pendant les années passées, nous avons mené beaucoup de réformes et maintenant que nous sommes en train d’élaborer le bilan de 10 ans, il est bon à travers ces échanges que vous aurez d’apporter votre expérience dans ce bilan pour nous dire qu’elle a été l’apport de notre administration durant ces années », a dit le Chef du Gouvernement. Beaucoup d’effort ont certes été faits dans le sens de l’amélioration de la qualité de services publics rendus aux citoyens d’une manière générale, mais le dynamisme de notre Administration est à perfectionner,  a estimé SEM Brigi Rafini. L’effort collectif au niveau de l’Administration Publique a permis au Niger d’être stable pendant ces quelques années, avec des résultats parfois inespérés. Il a en outre exhorté ces derniers à développer une complicité positive pour mettre en œuvre la conduite du gouvernement. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini, a enfin invité les secrétaires généraux et les directeurs de cabinet des Ministères à se donner pleinement pour que la nouvelle page 2021 s’ouvre sur un bilan bien clair qui permettra à l’équipe qui viendra de continuer l’œuvre de construction nationale.

Auparavant, le Haut-Commissaire à la Modernisation de l’Etat, M. Amadou Oumarou Saley, a dans son mot de bienvenue indiqué que son institution, sur les instructions des plus hautes autorités et ce, dans le souci de créer les meilleures conditions de collaboration et d’efficacité favorable à l’amélioration des performances de l’Administration nigérienne, a conduit depuis 2013 de nombreuses réflexions avec les principaux acteurs. Les objectifs n’ont pas été totalement atteints mais les résultats obtenus sont d’après M. Amadou Oumarou Saley encourageants et laissent entrevoir de lendemain meilleur.

Pour sa part, la directrice pays du projet SHIGA, Mme Chavanne Peercy, a souligné l’objectif assigné à  son institution qui, a-t-elle dit, consiste à appuyer les politiques publiques de développement économique et social par le renforcement de capacités des Institutions étatiques et des structures de la société civile d’une part, et la création des espaces de dialogue constructif d’autre part.

 

 

Par Aïchatou Hamma Wakasso(onep)