Réunion d’arbitrage national de la programmation ascendante pour la période 2023-2025 : Relever les besoins réels suite aux arbitrages communaux, départementaux et régionaux

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le secrétaire général du ministère de l’hydraulique, M. Moussa Mamane a présidé, hier matin, l’ouverture de la réunion consacrée à l’arbitrage national sur la programmation ascendante (2023-2025) dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Cette rencontre consiste à soumettre à l’arbitrage  du niveau national, la programmation ascendante 2023-2025 issue des différents processus, en vue de sa validation.

A l’ouverture des travaux, M. Moussa Mamane a souligné l’importance que les autorités accordent à l’accès aux services d’eau potable et aux infrastructures d’assainissement des populations. Selon lui, cet engagement des autorités est traduit  dans le programme de renaissance acte 3 notamment par : le rehaussement de l’allocation du budget national au secteur de l’eau et de l’assainissement de 3% à 7% ; la réalisation de 30.000 équivalents points d’eau modernes en milieu villageois et 5000 équivalents points d’eau modernes en milieu pastoral, pour atteindre un taux d’accès théorique de 55% en fin 2025. A cela s’ajoute l’implication et la responsabilisation des acteurs dans la gestion du service public de l’eau

et de l’assainissement conformément aux différents documents de stratégie de développement, l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement pour assurer un accès de tous aux latrines et aux édicules publics décents. Et, en fin , par l’opérationnalisation du plan d’actions national de gestion intégrée des ressources en Eau par la mise en place des agences de l’eau dans huit (8) sous bassins. 

Pour atteindre les objectifs fixés conformément aux engagements ci-dessus, la programmation des investissements, a indiqué le secrétaire général  du ministère de l’hydraulique,  doit désormais respecter les besoins réels en ayant à l’esprit la réduction des disparités intra et inter régionales et communales. D’où a-t-il expliqué, l’intérêt de la programmation ascendante qui consiste à relever à la base les besoins réels suite aux arbitrages communaux, départementaux et régionaux.

Il a donc exhorté les acteurs chargés de la mise en œuvre de cet outil à plus d’ingéniosité et de rigueur dans la conduite des actions qui seront retenues au titre de la programmation triennale 2023-2025.

Rahila Tagou(onep)