Réunion du Comité de pilotage ENAFEME : L’ISF passe de 7,6 enfants par femme en 2012 à 6,2 enfants par femme en 2021, selon l’enquête

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les travaux de la quatrième réunion du comité de pilotage de l’Enquête Nationale sur la Fécondité et la Mortalité des Enfants de moins de 5 ans (ENAFEME Niger 2021) se sont tenus le mercredi 18 mai 2022 à Niamey. Organisée par l’Institut National de la Statistique (INS), cette rencontre a pour objectif principal de valider les résultats définitifs de l’ENAFEME Niger 2021. C’est le Secrétaire général du Ministère du Plan M. Saadou Bakoye, président du comité de pilotage de l’ENAFEME qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette réunion.

Dans son discours d’ouverture le président du Comité de pilotage a rappelé que l’Institut National de la Statistique (INS) a lancé les travaux de réalisation de I’ENAFEME Niger 2021, à la demande du Gouvernement du Niger, en novembre 2019. Cette enquête, a-t-il dit, a pour objectif de disposer de données statistiques actualisées, désagrégées, fiables et de qualité, sur la fécondité, la mortalité des enfants de moins de 5 ans et leurs principaux déterminants.

Selon M. Saadou Bakoye l’analyse des principaux

résultats définitifs de l’ENAFEME NIGER-2021, indique que le Niger semble amorcer sa transition démographique. En effet, a-t-il poursuivi, ces principaux résultats indiquent, qu’entre 2012 et 2021, la fécondité des femmes nigériennes a baissé, de manière significative. «L’Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou nombre moyen d’enfants par femme est passé de 7,6 enfants par femme en 2012, à 6,2 enfants par femme en 2021. Ces résultats indiquent aussi une baisse importante de la fécondité des adolescentes, âgées de 15 – 19 ans qui est passée de 40,4% en 2012, à 24,7% en 2021» a-t-il relevé.

Les résultats de l’ENAFEME Niger 2021 sur la nuptialité, a expliqué M. Saadou Bakoye, montrent que la moitié des femmes nigériennes âgées de 25 à 49 ans, s’est mariée avant l’âge de 16,6 ans contre 15,7 ans en 2012, soit un recul de près d’un an de l’âge médian au premier mariage.

En outre, il a été observé, une légère baisse du quotient de mortalité des enfants de moins de 5 ans qui est passé de 127 pour mille, en 2012 et 123 pour mille, en 2021 et une forte hausse du taux de mortalité des enfants de moins d’un an entre 2012 et 2021. Celle-ci est passée de 51 pour mille à 73 pour mille sur la même période. Les principaux résultats définitifs de l’ENAFEME Niger 2021 font également ressortir, selon le président du comité, une légère baisse de l’utilisation de la contraception moderne, qui est passée de 12,2% en 2012 à 10% en 2021

«Quant au taux de couverture des vaccins recommandés pour les enfants de 12 à 23 mois, il a baissé de manière significative entre 2012 et 2021, passant de 52% en 2012 à 33% en 2021. En ce qui concerne les soins prénatals, en 2021, presque 4 femmes sur 10, soit 37% ont effectué, au moins, les 4 visites prénatales recommandées. Cette proportion était de 33% en 2012. Il ressort, également, des principaux résultats définitifs de l’ENAFEME Niger 2021, une nette amélioration des conditions d’accouchement des femmes. En effet, en 2021, 44% des naissances ont été assistées par un prestataire formé contre 29% en 2012» a ajouté M. Saadou Bakoye.

Aminatou Seydou Harouna(onep)