Réunion du Comité d’Experts Techniques du Programme Conjoint de Coopération transfrontalière dans la région du Liptako-gourma : Faire l’état de mise en œuvre du programme pour une contribution au rétablissement de la paix

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le représentant du secrétaire exécutif par intérim de l’Autorité de développement intégré des Etats du Liptako-gourma (ALG), M. Tahirou Mamane a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie d’ouverture de la 2ème réunion du comité technique et du comité du programme régional conjoint d’appui à la mise en œuvre des activités de coopération transfrontalière dans la région du Liptako-gourma. L’objectif de cette rencontre est de rendre compte de l’état de mise en œuvre du programme de la première réunion du comité de pilotage et discuter sur les perspectives.

A l’entame de son discours, le secrétaire exécutif par intérim, M.Tahirou Mamane a indiqué que le programme conjoint de coopération transfrontalière dans la région du Liptako-gourma, qui a une durée de trois ans, est financé entièrement par l’agence suédoise pour le développement international pour les deux premières années. Il est mis en œuvre dans un contexte particulièrement difficile en raison de la situation d’insécurité sans précédent qui prévaut dans la région du Liptako-gourma du fait ‘’de l’activisme des groupes armés terroristes et d’extrémistes violents, de la persistance de la criminalité transfrontalière organisée et la résurgence des conflits locaux’’.

A cette situation, poursuit-t-il, est venue s’ajouter la crise sanitaire mondiale liée à l’apparition de la maladie à coronavirus avec comme conséquence la prise par les Etats membres de mesures restrictives à la liberté de circulation des personnes à l’intérieur et à l’extérieur avec la fermeture des frontières aériennes et terrestres ainsi que l’imposition de toute une batterie de mesures barrières. M. Tahirou Mamane a souligné que la mise en œuvre du programme est un véritable challenge pour toutes les parties prenantes du point de vue de sa coordination car, dit-il c’est la première fois que les acteurs de développement, de la sécurité et de l’humanitaire œuvrent dans le cadre d’un programme unique sachant que chacun dans son domaine de compétence développe des modes opératoires qui lui sont propres.

Le représentant du secrétaire exécutif par intérim de l’ALG a affirmé que le dispositif de la gouvernance notamment le comité d’experts techniques et le comité de pilotage qui servent dans le cadre de la reddition des comptes et d’échanges doit permettre de surmonter ces difficultés.

Pour sa part, le chef programme de coordination Régional du PNUD pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale, M. Ismaël Dodo a notifié que le premier projet conjoint appuie des activités dans le cadre international des Nations unies intégré et de la Stratégie pour le Sahel. L’objectif de ce programme est d’aboutir à un résultat conjoint dans les domaines d’intervention de l’éducation, de la santé, de la résilience, de la consolidation de la paix, de la cohésion sociale et aussi pour le changement de qualité. «Si on peut changer ou transformer les choses dans la région du Sahel, c’est le Liptako-gourma qui sera bénéficiaire en termes de commerce transfrontalier, de création d’emploi pour les jeunes (…). Ce qui permettra d’assurer la cohésion sociale et la consolidation de la paix dans la zone de Liptako-gourma», dit M. Ismaël Dodo.

Farida Ibrahim Assoumane(onep)