Revue annuelle conjointe du SANAD 2019 : Examen critique des actions réalisées dans le secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Haut Commissariat à l’Initiative 3 N tient, du 26 au 27 octobre 2020 à Niamey, un atelier consacré à la revue annuelle conjointe (RAC) 2019 du secteur Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et Développement Durable (SANAD). C’est le Haut-Commissaire à l’I3N, M. Aly Béty, qui a présidé la cérémonie de lancement de la revue, en présence des membres du gouvernement, du gouverneur de Niamey, des représentants des PTF, des responsables régionaux des secteurs concernés et de plusieurs autres invités.

Procédant à l’ouverture de la revue, le Haut-Commissaire à l’I3N, M. Aly Béty a rappelé que l’objectif global de l’Initiative 3N (Les Nigériens Nourrissent les Nigériens), est de «contribuer à mettre durablement les populations nigériennes à l’abri de la faim et de la malnutrition et de leur garantir les conditions d’une pleine participation à la production nationale. De façon spécifique, il s’agit de renforcer les capacités nationales de productions alimentaires, d’approvisionnement et de résilience face aux crises alimentaires et aux catastrophes». Par rapport à la stratégie qui fixe les orientations du secteur de la SANAD à l’horizon 2035, M. Béty a indiqué qu’elle se décline en Plans d’Actions quinquennaux. «Après la mise en œuvre du 1er plan quinquennal 2012-2015 et son évaluation, un 2ème plan pour la période 2016-2020 a été élaboré et mis en œuvre. Le Plan d’action 2016-2020 tient compte des leçons tirées du bilan de l’Initiative 3N de 2011 à 2015 et des engagements pris par notre pays», a-t-il précisé.

  1. Béty a ajouté que le plan d’action 2016-2020 a été élaboré en tenant compte de la Directive N° 06/2009/CM/UEMOA, portant lois de finances au sein de

l’UEMOA et définit aussi les    objectifs-cibles à atteindre annuellement conformément au Programme de Renaissance Acte II et au PDES 201-2021, qui traduit le cadre de priorisation des investissements des  différents Ministères sous-sectoriels. «Le coût global de ce second plan d’action est de 1.546,627 milliards FCFA dont 1.003,645 milliards représentent le financement acquis et 542,982 milliards FCFA de gap à rechercher», a estimé le Haut-Commissaire. Pour M. Aly Béty, les revues sectorielles annuelles constituent pour le HC3N, les Ministères et les Structures impliquées, les PTF, la société civile, et le secteur Privé des opportunités d’échanges sur la politique du secteur, la qualité de la programmation des activités prévues et leur mise en œuvre et également sur la mobilisation effective des ressources et la structure et la qualité des dépenses effectuées.

Elles favorisent l’amélioration des performances sur la base des progrès réalisés, des faiblesses et lacunes qui existent, de l’identification et la formulation des hypothèses. «A une année de la fin du 2ème plan d’action de mise en œuvre de l’I3N, il y a lieu d’amorcer l’étape du bilan 2016-2020, mais également le bilan de dix années de mise en œuvre de l’Initiative 3N. En plus des nombreuses administrations publiques, la mise en œuvre de l’I3N repose sur de très nombreux acteurs non-étatiques à tous les niveaux et les PTF dont la réforme des CMPS a permis de rehausser leur participation et recadrer leurs contributions dans la mise en œuvre de l’Initiative 3N», a estimé M Ali Béty.

Pour sa part l’Ambassadeur de l’Union européenne au Niger et Chef de file des PTF,  Mme Denisa-Elena Ionète, s’est-elle félicité de la manière dont les acteurs se sont pleinement engagés  tout au long du processus de la revue. Elle a par la suite évoqué l’importance de ladite revue et des efforts des PTF dans l’accompagnement du processus. L’ambassadeur de l’UE s’est réjoui des résultats atteints dans le secteur de sécurité alimentaire et nutritionnelle et LE développement durable. Mme Ionète a ensuite réaffirmé l’engagement des PTF à poursuivre leur soutien au Niger dans l’atteinte des objectifs de lutte contre la faim, la malnutrition et pour son développement.

Notons que plusieurs présentations, des travaux de groupes et de restitutions, des échanges, une séance de dialogue politique, des projections vidéos, sont notamment au menu de ces deux jours de travaux, à l’issue desquels des recommandations et des résolutions sont attendues.

 

Mahamadou Diallo(onep)