Séminaire EUCAP Sahel-FSI du Niger à l’occasion de la journée internationale de la femme : Réflexions sur la promotion de la participation des femmes au sein des forces de sécurité intérieure (FSI)

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

La mission EUCAP Sahel Niger a organisé, hier à Niamey, un séminaire de réflexion sur la promotion des femmes, au sein des Forces de sécurité intérieure (FSI). L’activité intervient dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme, (célébrée le 8 mars) de cette année 2020 que les autorités du Niger ont dédiée aux Forces de défense et de sécurité (FDS) ainsi qu’à leurs veuves et orphelins. Le séminaire a réuni une centaine de participants, en majorité des femmes agents de la Garde nationale, de la police nationale et de la Gendarmerie nationale; et des jeunes filles scolaires de Niamey. Il s’agit, en effet d’échanger et d’approfondir les réflexions sur la place et le rôle des femmes au sein des FSI.

 

La problématique s’impose d’elle-même. Les femmes sont incontestablement moins représentées dans les Forces de sécurité intérieure. Et, «à travers leurs parcours personnels, plusieurs femmes agents des Forces de défense et de sécurité, comme celles d’autres secteurs, ont souvent eu à connaitre des moments

difficiles», a soutenu Mme Hassane Mazou Maimouna, directrice de cabinet de la    ministre de la Promotion de la femme et de la protection de l’enfant, à la cérémonie d’ouverture du séminaire. Elle a salué cette initiative portée par EUCAP Sahel Niger qui est, dit-elle, le prolongement naturel du thème retenu par le ministère de tutelle pour la célébration du 8 mars de cette année dédiée aux FDS au Niger. C’est aussi donc le lieu de témoigner notre soutien et notre respect, à l’honneur de ces vaillantes mères, épouses, sœurs et fillesqui œuvrent sans relâche au service de la sécurité.

A l’endroit des participantes au séminaire, «le Niger a besoin de vous, vous devez vous sentir investies de nobles missions: celle de lui permettre de franchir le cap d’agir ensemble pour surmonter les obstacles à l’accès au maintien et à la promotion des femmes au sein des FSI ; celle de mener des actions basées sur la masculinité positive et le renforcement du rôle des hommes, des femmes et des jeunes dans la promotion de l’équité entre genre ; et enfin, celle d’aider chaque Nigérien et chaque Nigérienne à développer son potentiel», a dit, avec espoir, Mme Hassane Mazou Maimouna. Du côté du gouvernement, des initiatives très encourageantes émergent. La directrice de cabinet de la ministre de la Promotion de la femme a souligné, notamment l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’actions de la Résolution 1325 et l’élaboration d’un autre.

Ces initiatives incarnent suffisamment la volonté des plus hautes autorités nigériennes pour la promotion du rôle des femmes dans les questions sécuritaires. «Le gouvernement ne ménagera donc aucun effort pour faire des droits des femmes consacrés par notre constitution et les instruments ratifiés une réalité», déclare Mme Hassane Mazou Maimouna avant d’inviter les différents acteurs à unir les efforts vers la promotion de la place qu’elles (les femmes) méritent dans le domaine de la sécurité.

 

L’égalité des genres est au fondement d’une société en paix. En la matière, beaucoup a été fait au Niger, selon l’ambassadeur, Chef de la Délégation de l’Union européenne au Niger. Dr. Denisa-Elena Ionete a, pour ce faire salué, l’engagement des autorités nigériennes dans la promotion des droits des femmes. «Le Niger a intégré la dimension genre dans différents domaines d’action ; ce qui place le combat pour l’émancipation des femmes au cœur de l’action gouvernementale», a souligné la Cheffe de la Délégation de l’UE au Niger.

«Au moment où l’Etat du Niger cherche à développer des relations de confiance durables entre les forces de sécurité et la population, il est indispensable d’assurer que ces forces soient représentatives de la population qu’elles servent», a pour sa part estimé la représentante du chef de la mission EUCAP Sahel au Niger. «Quand on voit le respect et la confiance que la population du Niger accorde aux femmes qui servent dans les forces de sécurité, il me semble évident que les Nigériens nous montrent le chemin à suivre», se réjouit-elle. Le présent séminaire vient ainsi approfondir les réflexions sur la participation des femmes au sein des FSI, la valeur ajoutée de leur présence dans les forces et surtout leur rôle dans la protection des femmes et des enfants et dans les actions de rapprochement FDS-Citoyens.

 

Mahamane Chékaré Ismaël(onep)