Signature de deux conventions spécifiques sur le climat entre le Niger et la Belgique : Contribuer à la lutte contre les conséquences négatives des changements climatiques

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération M. Hassoumi Massoudou et l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Niger Dr Myriam Bacquelaine ont procédé, hier matin, à la signature de deux conventions spécifiques relatives au nouveau programme de coopération thématique «Climat-Sahel» pour la période 2022-2026. Le financement de ces deux conventions contribuera à la mise en œuvre des priorités nationales au titre de la protection de l’environnement et la préservation des bases productives, mesures indispensables pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire de l’ensemble des populations.

Selon le ministre des Affaires Etrangères M. Hassoumi Massoudou, le premier instrument relatif au «Portefeuille Thématique Climat-Sahel volet Niger» doté d’une enveloppe de 11.500.000 Euros, soit 7.532.500.000 FCFA, vise spécifiquement à améliorer la gestion intégrée des ressources naturelles et à restaurer de manière durable les écosystèmes naturels en agissant sur les causes majeures de la désertification et sur les conséquences négatives des changements climatiques dans certaines régions du Niger, notamment les départements de Loga, Doutchi et Konni.

Quant au deuxième instrument, intitulé «Portefeuille Thématique Climat -Sahel -Volet régional», avec un montant de 3.014.000 Euros soit un peu moins de 2.000.000.000 FCFA, il vise, selon le ministre d’Etat, les mêmes objectifs que le premier, mais élargis spécifiquement au niveau régional, afin de renforcer la résilience de la population du Sahel qui est confrontée à des situations de vulnérabilité résultant de la persistance des phénomènes liés aux changements climatiques.

Pour le ministre d’Etat en charge des Affaires Etrangères, ce nouveau financement vient ainsi renforcer le portefeuille des projets de la  coopération entre le Niger et la Belgique dont la qualité et les performances ne sont plus à démontrer, avec un niveau plus élevé des engagements approuvés et des décaissements effectifs très appréciables. «La présente cérémonie témoigne de notre convergence de vue sur les enjeux du changement climatique non seulement pour notre pays, mais aussi pour le Sahel de manière générale. Le Niger a toujours placé la question liée à l’environnement et au climat au cœur de ses priorités à travers, un engagement résolu inscrit de longue date et son leadership régional démontré à maintes occasions. Ce qui lui a d’ailleurs valu la présidence de la Commission climat pour la région du Sahel, au sortir de la COP22, tenue au Maroc en novembre 2016» a conclu le ministre Hassoumi Massoudou.

Pour sa part, l’Ambassadeur de Belgique au Niger Dr Myriam Bacquelaine, a indiqué que, la signature de ces deux conventions sur la lutte contre le changement climatique est une confirmation de l’engagement de la Belgique, auprès de son partenaire de longue date qu’est le Niger. Un engagement qui ne s’est pas démenti en plus de 50 ans de coopération et de partenariat. Les deux conventions signées, a expliqué l’ambassadeur, portent sur un programme régional qui concerne 4 pays Sahéliens à savoir le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso et le Niger. «Sachant que le changement climatique ne connaît pas de frontière, il s’est avéré utile d’accroître l’efficacité des actions grâce à la collaboration et aux échanges entre ces pays. Toutes ces actions seront menées en partenariat avec le Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification» a déclaré Dr Myriam Bacquelaine. Elle a enfin rappelé que la Belgique soutient les ambitions du Niger en matière d’adaptation au changement de climat à travers la mise à disposition d’un expert nigérien de haut niveau auprès du Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification.

Aminatou Seydou Harouna(onep)