Situation au Burkina Faso : Le Président de la République a pris part au sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Mohamed Bazoum, a pris part le 28 janvier dernier, au Sommet extraordinaire virtuel des Chefs d’Etat des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la situation politique au Burkina Faso convoqué par le Président en exercice de la CEDEAO, le président ghanéen Nana Akufo-Addo.

Le Président de la République, Chef de l’Etat, M. Mohamed Bazoum, a pris part le 28 janvier dernier, au Sommet extraordinaire virtuel des Chefs d’Etat des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la situation politique au Burkina Faso convoqué par le Président en exercice de la CEDEAO, le président ghanéen Nana Akufo-Addo.

Communiqué final du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement sur la Situation au Burkina Faso

1.. La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté

économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie en session extraordinaire, par visioconférence, le 28 janvier 2022, sous la présidence de S.E.M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président de la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence.

2.. Cette session extraordinaire a été convoquée à l’effet d’examiner les évolutions politiques au Burkina Faso, suite au coup d’Etat survenu dans ce pays le 24 janvier 2022, qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de S.E.M. Roch Marc Christian Kaboré.

3.. Etaient présents à ce Sommet, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ci après, ou leurs représentants dûment mandatés :

● S.E.M. Patrice TALON, Président de la République du Bénin ;● S.E.M. Jose Maria NEVES, Président de la République du Cabo Verde ;

● S.E.M. Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ;

● S.E.M. Adama BARROW, Président de la République de Gambie ;

● S.E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana ;

● S.E.M. Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée Bissau ;

● S.E.M. George Manneh WEAH, Président de la République du Liberia;

● S.E.M. Muhammadu BUHARI, Président de la République fédérale du Nigeria ;

● S.E.M. Mohamed BAZOUM, Président de la République du Niger ;

● S.E.M. Julius Maada BIO, Président de la République de Sierra Leone ;

● S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise ;

● S.E.M. Sidiki Kaba, Ministre des Forces Armées, République du Sénégal.

4.. Ont également assisté à cette Session :

● S.E.M. Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union Africaine ;

● S.E.M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO;

● S.E.M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) ;● S.E.M. Abdoulaye DIOP, Président de la Commission de l’UEMOA.

5.. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont pris note du mémorandum relatif à la situation politique au Burkina Faso, présenté par S.E.M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO. La Conférence a salué la qualité du rapport et pris note des recommandations qui y sont formulées.

6.. La Conférence condamne fermement ce coup d’Etat et exprime sa profonde préoccupation face à la résurgence des putschs militaires dans la région, suite à ceux perpétrés au Mali le 18 août 2020, en Guinée, le 5 septembre 2021 et au Burkina Faso, le 24 janvier 2022. Le coup de force au Burkina Faso a été effectué en faisant en sorte d’obtenir sous la contrainte la démission du Président Roch Marc Christian Kaboré.

7.. La Conférence réaffirme son engagement total en faveur du principe de la tolérance zéro pour l’accession au pouvoir par des moyens anticonstitutionnels, tel qu’édicté dans le Protocole additionnel de 2001 de la CEDEAO, relatif à la Démocratie et la Bonne gouvernance. Par ailleurs, la Conférence :

a. exige la libération immédiate et la protection du Président Roch Marc Christian Kaboré et de tous les autres détenus politiques ;

b. décide de suspendre le Burkina de toutes les Institutions de la CEDEAO ;

c. exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel par les militaires, en les engageant à se conformer à l’esprit républicain et s’en tenir à leur rôle de préservation de l’intégrité territoriale du pays ;

d. charge le Comité des Chefs d’Etat-major (CCEM) de déployer sans délai une mission au Burkina Faso pour mener des consultations avec les dirigeants militaires et faire l’évaluation de la situation sécuritaire dans le pays en vue de soumettre un rapport à la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

e. charge également la Commission d’organiser le déploiement au Burkina Faso, le 31 janvier 2022, d’une mission ministérielle de la CEDEAO dirigée par la Présidente du Conseil des ministres pour évaluer la situation politique et soumettre un rapport à la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement. Le Représentant Spécial des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, ainsi que l’Union Africaine participeront à cette mission.

8. La Conférence a suivi un compte rendu sur les dernières évolutions de la situation politique au Mali et en Guinée.

9. La Conférence invite la Commission à finaliser les travaux en cours portant sur la révision du Protocole sur la Démocratie et la Bonne gouvernance.

10. Elle décide de convoquer un Sommet extraordinaire le 3 février 2022, à Accra, Ghana, pour faire le point de la situation au Burkina, en Guinée et au Mali.

11. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement expriment leur profonde gratitude à S.E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana et Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, pour le leadership exemplaire dont il a fait preuve en vue d’assurer la réussite de ce Sommet.

Fait le 28 janvier 2022 LA CONFERENCE