Table ronde : «Rôle des journalistes dans la promotion des droits humains et l’accès à l’information de qualité et aux documents administratifs», thème retenu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

A l’initiative du Réseau Nigérien des Journalistes, pour l’Education et le Développement (RENJED), une table ronde a été organisée jeudi dernier dans les locaux de Africa Hall sous le haut patronage du Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maiga. Cette table ronde était axée sur le  thème : «le rôle des journalistes dans la promotion des droits humains et l’accès à l’information de qualité et aux documents administratifs». Il s’est agi au cours de cette rencontre, de faire le tour des droits et devoirs du journaliste, notamment en temps de paix tout comme pendant des situations exceptionnelles, en période électorale ou en dehors du processus des élections.

A cette occasion plusieurs communications émanant du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), du Médiateur de la République, du Ministère de la Justice, de la CNDH, de l’ONIMED, et de la Maison de la presse ont été présentées aux participants. Dans l’allocution d’ouverture de cette table ronde, le Médiateur de la République a indiqué qu’informer pour éduquer, informer pour sensibiliser et informer pour instruire, demeure l’un des métiers les plus nobles et les plus difficiles dans un Etat. «Je le dis ainsi, parce que le journalisme, au-delà du caractère professionnel est une mission délicate que l’Etat et la société ont confiée aux modestes âmes que vous êtes. C’est parce que votre mission est délicate, que le constituant de 2010 a bien voulu aménager les aspects les plus essentiels de la communication dans la loi fondamentale et non dans un cadre législatif ou réglementaire. Votre mission est, disais-je, noble et délicate car, notre pays, à l’instar des autres nations africaines, n’a pas encore parachevé la transition démocratique, puisque l’Etat de droit, qui en est l’étape ultime est un chantier de tous les jours, dans lequel, la contribution quotidienne des journalistes est très appréciée» a ajouté Me Ali Sirfi Maiga.

Le Médiateur de la République a souligné que pour accomplir et réussir cette mission, il faut pouvoir jouir pleinement de la liberté de pouvoir s’exprimer librement et surtout, de pouvoir accéder à l’information, y compris celle détenue par les pouvoirs publics. «Les prescriptions constitutionnelles vous confortent amplement puisque l’article 30 de la constitution indique que ‘’Toute personne a droit à la liberté de pensée, d’opinion, d’expression, de conscience, de religion et de culte. L’Etat garantit le libre exercice du culte et l’expression des croyances. Ces droits s’exercent dans le respect de l’ordre public, de la paix sociale et de l’unité national’’» a-t-il relevé. «L’éthique et la déontologie doivent guider toutes vos actions. Soyez et restez responsables et professionnels, en toutes circonstances» a indiqué Me Ali Sirfi Maiga.

Le Médiateur de la République a souligné que si le droit d’accès à l’information publique constitue un bouclier contre la confidentialité et l’opacité administrative, les journalistes apparaissent indéniablement comme les soldats de la transparence administrative et la bonne gouvernance. «Il faut bien l’avouer, la vulnérabilité des citoyens rencontre souvent la brutalité, la dureté des systèmes, l’application aveugle des règlements, la complexité des administrations. Vous pouvez vous faire le rempart de la bonne administration et la bonne gouvernance en aidant les citoyens à accéder à l’information détenue par les services publics» a enfin dit le Médiateur de la République à l’attention des journalistes. Des débats enrichissants sur la pratique du métier de journaliste ont ponctué cette table ronde.

 

  Oumarou Moussa(onep)