Tournoi «la balle aux prisonniers» : L’équipe des mineurs de la Maison d’arrêt de Niamey remporte le tournoi.

Sport
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

L’ong «la balle aux prisonniers» en collaboration avec la Commission Nationale des Droits Humains(CNDH), a organisé samedi dernier à la Maison d’arrêt de Niamey, la finale du tournoi dénommé «la balle aux prisonniers». Ce tournoi a mis aux prises les équipes de l’extérieur et celle des mineurs de la Maison d’arrêt de Niamey. La finale a consacré la victoire des mineurs de la prison civile de Niamey devant Etoile Academie de Talladjé sur le score de 1 tir à 0 à l’issue des tirs au but.

Les membres de la CNDH, le Directeur de la Réinsertion au Ministère de la Justice, M. Alkassoum Ibrahim, le président de la FENIFOOT, le Colonel Major Djibrilla Hima Hamidou, et le Régisseur de la Prison Civile de Niamey, le Capitaine Abdramane Fouta ont assisté à cette finale.

Dans l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion, le Commissaire des Droits Humains, M. Almoustapha Moussa Idé, a salué la collaboration et l’engagement du Président de la

FENIFOOT qui œuvre inlassablement pour partager au Niger les valeurs de la FIFA qui considère le football, au-delà du simple loisir, comme un instrument puissant œuvrant d’une part à la solidarité et la fraternité entre les peuples, d’autre part comme un vecteur d’inclusion sociale, d’intégration et d’égalité des chances. Il a ajouté que le football peut et doit être pratiqué par tous, partout et tout le temps. Même derrière les murs.

Le Commissaire Almoustapha Moussa Idé a indiqué que la CNDH considère qu’au-delà du loisir, le sport est un instrument puissant œuvrant, d’une part à la solidarité et la fraternité entre les peuples, d’autre part comme un vecteur d’inclusion sociale, d’intégration et d’égalité des chances. «C’est pourquoi les Nations Unies reconnaissent l’accès au sport et à l’exercice d’une activité physique comme un droit fondamental. Selon le Conseil de l’Europe le sport doit être partie intégrante d’un programme satisfaisant d’activités […] pour le bien-être des prisonniers » a-t-il dit. Il a ajouté que si la prison a pour fonction première de punir les personnes détenues et de les priver de leur liberté d’aller et de venir, le régime pénitentiaire a, avant tout, pour objectif de veiller à la réinsertion de ses pensionnaires. Cette réinsertion peut être favorisée avec le développement personnel des détenus, notamment par le sport.

«En effet, pour les détenus, le développement d’activités sportives est le moyen d’apprendre le respect de soi, des autres et des règles, de prendre conscience du goût de l’effort, de s’intégrer dans une dynamique de projet collectif, de retrouver et entretenir sa condition physique et morale, et enfin, de retrouver confiance en prouvant sa capacité à atteindre ses objectifs. En permettant aux prisonniers plus de contacts possibles avec le monde extérieur, les relations et les interactions sont renforcées, contribuant ainsi à une transition plus facile entre la prison et le retour à la vie civile» a conclu M. Almoustapha Moussa Idé. Le directeur de la réinsertion au Ministère de la Justice s’est réjoui de cette initiative, et a souhaité qu’elle soit étendue aux autres maisons d’arrêt du Niger. De l’avis de tous les acteurs concernés, ce tournoi est une belle initiative à pérenniser

 

 Oumarou Moussa(onep)