Visite de la ministre des Affaires Etrangères du Royaume d’Espagne à la Maternité Issaka Gazobi de Niamey : Apprécier le fonctionnement et les besoins du centre dans la prise en charge de la mère et de l’enfant

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

La ministre des Affaires Etrangères du Royaume d’Espagne, Mme Arancha Gonzales Laya, en mission au Niger, a effectué, dans l’après-midi du jeudi 08 octobre 2020, une visite à la Maternité Issaka Gazobi de Niamey, un centre spécialisé dans la prise en charge de la mère et de l’enfant, en particulier pour les consultations pré et postnatales. Elle était accompagnée par le directeur de cabinet du ministre de la Santé Publique, M. Ismagail Anar. Cette visite s’inscrit dans  le cadre de la coopération entre le Niger et l’Espagne particulièrement dans le domaine de la santé. L’objectif est de constater le fonctionnement et les besoins de cette entité. A son arrivée, la délégation a effectué une visite guidée des différents services sous la conduite du Directeur Général de la Maternité Issaka Gazobi, M. Ibrah Boukary, du Pr Madi Nayama et de plusieurs médecins.

A l’entame de sa visite, la ministre des Affaires étrangères d’Espagne s’est rendue à l’unité d’urgence de la maternité Issaka Gazobi, qui selon le responsable, accueille au maximum 60 cas d’urgence par jours. Il a également expliqué qu’en septembre 2020, ce service a enregistré 951 cas d’urgences. La délégation a également visité la salle de travail. 30 à 50 femmes sont admises en salle de travail par jour et les matériaux de la salle d’accouchement sont très précaires et insuffisants par rapport aux besoins. A l’unité de néonatalogie, qu’elle a visitée, la ministre Arancha Gonzales Laya a rencontré la responsable du service qui lui a fait part des problèmes de cette unité. En effet cette unité ne dispose que de 23 berceaux alors qu’elle se retrouve avec 60 bébés voire plus. C’est pourquoi, les bébés se retrouvent souvent à 4 dans le même berceau. Cette unité à un taux de mortalité d’environ 7%. La visite a continué dans la salle de réanimation, ensuite dans la salle de stabilisation et à l’unité Kangourou qui a une capacité de deux lits et qui accueille souvent jusqu’à 4 lits.

Au terme de la visite, le Professeur Madi Nayama a indiqué que la maternité Issaka Gazobi est au niveau 3 de formation sanitaire en matière de Santé de la Reproduction. Dans ce sens, il a  expliqué qu’en 2018, la maternité a enregistrée  6757 accouchements, 7699 en 2019 et 4777 jusqu’au mois de septembre 2020. Aussi, a-t-il ajouté, la maternité étant spécialisée dans les cas d’urgences, 4523 césariennes ont été faites en 2018 ; 4899 en 2019 et 3417 jusqu’au mois de septembre 2020.  «S’agissant des consultations de la mère et de l’enfant et plus spécifiquement la mère, dans sa composante obstétricale, gynécologique et cancérologique, la maternité Issaka Gazobi est une maternité de référence avec un taux de létalité obstétricale qui tourne autour de 1,61 et 1,44» a indiqué le Pr Madi Nayama. Pour la consultation cancérologique, il a été enregistré 12.000 consultation en 2018, puis 10.000 en 2019 et 3770 au mois de septembre 2020. Pour les consultations pédiatriques, la maternité enregistre autour de 3584 à 4710 par an. S’agissant des services de planification familiale, le professeur a indiqué que la maternité offre jusqu’à 1418 par an.

Pour sa part, le Directeur de cabinet du Ministre de la santé Publique M. Ismagail Anar a remercié, au nom du ministre de la Santé et de tout le Gouvernement nigérien, la ministre pour la visite. Il a estimé que le principal objectif des autorités est d’arriver à délocaliser la maternité. Pour cela a-t-il dit, le Niger a besoin d’un accompagnement pour y arriver.

Après avoir suivi toutes ces interventions, la ministre des Affaires Etrangères du Royaume d’Espagne a pris connaissance des principales difficultés de cette maternité qui sont l’exiguïté des locaux, l’obsolescence avancée des équipements et appareils (comme ceux de mammographie et de la radiographie  qui ne sont plus fonctionnels et un seul échographe) ainsi que le besoin de délocalisation de la maternité. Mme Arancha Gonzales Laya a par ailleurs remercié l’ensemble du personnel pour le travail qu’il fait au quotidien. «L’Espagne est un pays qui s’est engagé dans le domaine de la santé au Niger depuis très longtemps», a dit Mme Arancha Gonzales Laya. Elle a aussi indiqué que la coopération est en train de produire le prochain plan de coopération 2021 – 2025. « Je suis sûre que si la priorité est la santé nous mettrons tous nos efforts dans ce domaine. Et on sera bientôt de retour pour inaugurer les nouveaux locaux», a-t-elle conclu.

Pour rappel, le Niger et le Royaume d’Espagne ont une coopération médicale depuis plusieurs années. Le premier appui remonte à 1993 quand l’Espagne a réhabilité l’ensemble du bâtiment de la maternité Issaka Gazobi.

 

Aminatou Seydou Harouna(onep)