Portrait du Président élu Mohamed Bazoum

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

L’élection du M. Mohamed Bazoum à la Présidence de la République du Niger est sans conteste, l’illustration parfaite de ce que le Niger a de meilleur : Un pays de droit, riche de sa diversité et qui donne les mêmes chances à tous ses citoyens

Né en 1960 à Bilabrine près de N’Gourti dans la région de Diffa, Mohamed BAZOUM eût un parcours scolaire brillant, de l’école primaire de Tesker au Lycée Amadou Kouran Daga de Zinder en passant par les collèges de Maïné-Soroa et de Gouré. Il entreprit ensuite des études supérieures de Philosophie à Dakar au Sénégal où il obtint une maîtrise en Philosophie politique et Morale et un DEA option Logique et Epistémologie.

Leader estudiantin ayant fait ses preuves avec ses qualités d’orateur remarquable au pays puis à Dakar au Sénégal, Mohamed BAZOUM, devenu enseignant, a été parmi les principaux acteurs qui ont donné toute sa vitalité au Syndicat National des Enseignants du Niger (SNEN) et à l’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger (USTN).

Aussi a-t-il été parmi les initiateurs, avec Issoufou MAHAMADOU et ses autres camarades de route, d’un groupe politique qui a donné naissance au PNDS Tarayya. Démocrate convaincu, militant progressiste et farouche adversaire des inégalités sociales, Mohamed BAZOUM s’est bâti une réputation d’homme politique cultivé, sans démagogie, ayant un franc parlé notoirement reconnu et toujours proche des terroirs et des populations nigériennes.

De confession musulmane, Mohamed BAZOUM est marié et père de quatre (4) enfants. Cinq (5) fois élu député au titre de la circonscription de Tesker et plusieurs fois ministre, Mohamed BAZOUM, qui a été porté à la présidence du PNDS Tarayya depuis 2011, est candidat à la présidentielle de décembre 2020 au titre de ce parti.

Il est porteur d’un programme dit de la Renaissance Acte III qui vise à consolider les acquis des deux (2) mandats du Président de la République Issoufou MAHAMADOU, et avancer. Dans la phase d’élaboration de ce programme, Mohamed BAZOUM a quitté son statut de ministre d’Etat pour aller à la rencontre du peuple. Il a ainsi sillonné plus de deux cents (200) communes sur deux cent soixante-six (266) à travers le Niger profond pour prêter une oreille attentive aux aspirations des nigériens des villes et des campagnes.

Polyglotte, à l’aise dans au moins quatre (4) langues du Niger, il a échangé avec toutes les couches de la population. Mohamed BAZOUM, candidat du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya) aux présidentielles de décembre 2020, reçoit, dès le premier tour, le soutien de quarante (46) partis politiques constitués en Coalition Bazoum 2021.

Arrivée largement en tête au Premier tour avec 39, 30% des suffrages exprimés valables et plus d’un million de voix de plus que le deuxième, Mohamed Bazoum a bénéficié du soutien des candidats du MNSD Nassara (arrivé 3ème au premier tour avec 8,95%) ; du MPR Jamhurya (arrivé 4ème avec 7,07% ; de l’ANDP Zaman Lahiya (2,4%), du RPP Farilla (2,47%) ainsi qu’une cinquantaine de partis politiques supplémentaires pour le 2ème tour de la Présidentielle. Ce qui a ouvert grandement les portes pour son accession au fauteuil présidentiel. A l’issue du scrutin reconnu juste, transparent et crédible aussi bien par les observateurs nationaux et internationaux ainsi que les institutions internationales et les grandes démocraties de ce monde, Mohamed Bazoum a été élu Président de la République du Niger avec 55,66% des suffrages.

Le PNDS duquel est issu le président Bazoum compte à lui seul 79 députés à l’Assemblée nationale. Mais la coalition qui soutient le nouveau président compte 129 députés sur les 171 que devrait compter le parlement nigérien. Pour l’instant 166 sièges ont été déjà pourvus, les cinq (5) restants reviennent aux Nigériens de l’Extérieur pour lesquels, la CENI n’a pas pu effectuer l’enrôlement à cause de la pandémie de coronas virus. C’est dire que le président Bazoum dispose d’une confortable majorité au parlement qui va lui permettre de dérouler son programme de gouvernance.

(Source : Portrait de campagne)