Cérémonie officielle d’inauguration et de réception du Centre de transit pour sinistrés de Yawaré : Une infrastructure d’accueil pour préserver la dignité des migrants et les victimes de catastrophes

Société

Situé à une quinzaine de Km de Niamey, dans le 5ème Arrondissement, le centre de transit des migrants et victimes de catastrophes, a été officiellement inauguré, le vendredi 19 août dernier, à Yawaré, sous le nom de ‘‘Centre des Transit de Yawaré pour Migrants et victimes de catastrophes’’. Construit sur 1,5 ha par l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) sur financement du Japon à travers l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), pour un montant d’environ 800 millions FCFA, ce joyau a une capacité d’accueil de 500 personnes.

Le centre comprend aussi 10 dortoirs, dont 7 pour les femmes et enfants et 3 pour les hommes, d’un forage, de deux châteaux d’eau de 30 m3, des sanitaires, des cuisines, des hangars de repos, une infirmerie et un bloc administratif. Sur le plan d’accès à l’énergie, cette infrastructure est  autonome en énergie car, l’ensemble des bâtiments est alimenté à travers un dispositif électrique solaire d’une puissance de 96 KWh, composé de panneaux solaires et d’accumulateurs d’énergie, avec un éclairage assuré par des lampadaires solaires, donc une énergie propre, contribuant ainsi à la protection de l’environnement. Bref, un cadre idéal, en faveur des sinistrés, pour vivre sainement et oublier, un tant soit peu, les calvaires vécus.

Procédant à l’inauguration dudit centre, en présence de nombreuses personnalités civiles et militaires, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Hamadou Adamou Souley, a indiqué que, ce centre est une réponse apportée aux personnes en situation de vulnérabilité comme les migrants et les victimes de catastrophes. Ces personnes, a-t-il dit, qui ont le plus besoin  d’assistance parce qu’elles sont dans la précarité et sans aucune capacité à faire face aux chocs qu’elles vivent. L’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Mohamed Bazoum, est de préserver et protéger la dignité des personnes en toute circonstance. Cet engagement a été traduit dans la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement, SE Ouhoumoudou Mahamadou, qui, en son Axe 7, relatif à la solidarité nationale et l’inclusion socio-économique, a prévu des actions fortes pour faire face aux crises et

catastrophes et renforcer les capacités de résilience des populations affectée.

Citant le Premier ministre, le

ministre Hamadou Adamou Souley a ajouté : Le Gouvernement s’emploiera à prendre toutes les dispositions nécessaires à la réduction des risques et à apporter l’assistance nécessaires à nos concitoyens qui pourraient y être exposés dans un cadre de gouvernance responsable et d’une gestion efficace et inclusive de l’action humanitaire et des catastrophes…’’.

Selon le ministre de l’Intérieur, la création du centre de Yawaré s’inscrit dans cette vision du gouvernement afin que les populations victimes de tous types de catastrophes et en situation difficile soient accueillies dans le respect de la dignité humaine et des standards internationaux en la matière.

Justifiant la création du centre de Yawaré, le ministre en charge de l’Intérieur a rappelé que le Niger est au cœur des défis migratoires en tant que pays de départ, d’accueil et de transit de migrants. « Le Niger enregistre des cas de migrations de départ vers les pays de la sous-région et de l’Occident, des migrants de transit qui traversent notre pays vers d’autres destinations, des réfugiés qui fuient l’insécurité dans leurs pays pour trouver l’asile au Niger ou des migrants de retour des pays d’accueil», a-t-il précisé, avant d’ajouter que, le pays fait face également aux conséquences des changements climatiques marquées par la survenue des catastrophes diverses comme les inondations. « Cette année encore, en raison de fortes pluies enregistrées, la situation demeure préoccupante avec des pertes en vies humaines, plus de 70.000 personnes sinistrées, de nombreuses habitations effondrées et des infrastructures socio-économiques et des moyens de production détruits », a noté le ministre Souley.

Pour sa part, la Coordinatrice résidente des Systèmes des Nations Unies au Niger, Mme Louise Aubin, et le Représentant de la JICA, M. Obata Eihiko ont, en prenant la parole, loué les bonnes relations qui existent entre leurs structures et le Niger.  Ils se sont aussi félicités de l’aboutissement de ce projet humanitaire, avant de réitérer leur engagement à accompagner les autorités nigériennes dans leurs efforts en faveur de la promotion des droits humaines.

Intervenant à son tour, le Directeur Général de la Protection Civile, le Colonel-Major Bako Boubacar, a indiqué que, ce centre se veut, d’une part, une réponse en temps réel et coordonnée afin de minimiser les conséquences humanitaires des catastrophes sur les populations sinistrées, et d’autre part, de protéger les infrastructures scolaires qui constituent jusqu’alors les lieux de regroupement et d’accueil de sinistrés lors des catastrophes. « D’une manière concrète, il s’agit de contribuer à la prise en charge des victimes de catastrophes dans les standards humanitaires à travers une réponse multidimensionnelle », a-t-il ajouté. Notons que, cette cérémonie d’inauguration du Centre des Transit de Yawaré pour Migrants et victimes de catastrophes, intervient à un moment où la communauté internationale célèbre la Journée Mondiale d’Aide Humanitaire.

Mahamadou Diallo(onep)