Lutte contre le trafic illicite de stupéfiants : 150.000 comprimés de tramadol et 119 briques de cannabis saisis

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des stupéfiants(OCRTIS), dans sa lutte contre le trafic illicite de drogue, a une fois de plus démantelé à Niamey et dans la région de Dosso, deux grands réseaux de trafic international de drogue à haut risque. En effet, c’est à l’issue de plusieurs opérations menées minutieusement par l’Office qu’un individu de nationalité nigérienne a été interpelé, le 13 janvier 2021 au quartier aéroport en possession de 119 briques de cannabis d’un poids de 98kg455. Et 4 autres de nationalité nigérienne dans la nuit du 22 à 23 janvier 2021 en possession de quelques 150.000 comprimés de tramadol, 250 mg de marque Royal (en provenance du Bénin), dans un village situé à 3kilométres de Dosso. Au cours d’un point de presse organisé hier matin, l’Office Central de Répression du Trafic Illicite a présenté les présumés auteurs qui contribuent à l’accentuation de la délinquance.

Au cours de la présentation, Mme Mai Danma Hadiza, premier substitut du Procureur de la République ; a salué les efforts que ne cesse de déployés l’OCRTIS dans la lutte contre le trafic illicite de drogue au Niger. Elle a par la suite déploré, la détérioration de la situation. Et cela malgré les efforts fournis, « on a l’impression que cela ne fait qu’augmenter et devient plus dangereux » a ajouté Mme Mai Danma Hadiza. En effet, a-t-elle expliqué ; la drogue présentée est différente de celle saisie habituellement du fait de son fort dosage (soit 250mg au lieu de 225mg). C’est donc, a poursuivi Mai Danma Hadiza, une drogue plus dangereuse et destructrice du système nerveux.  Et cette drogue à savoir 150.000 comprimés de Tramadol et 119 briques de Cannabis, a-t- elle indiqué, provient d’un pays voisin. S’agissant des individus pris avec le cannabis, elle a confié qu’ils sont déjà déférés au parquet et une information a été ouverte à leur encontre. De ce fait, la nouvelle procédure sera ouverte par rapport aux propriétaires des 150000 comprimés de tramadol.

Elle a enfin, exhorté la population, a assisté davantage l’OCRTIS en dénonçant tout individu suspect. « Nous n’allons jamais baisser les bras. Quelles que soient les personnes qui seront impliquées dans le trafic de drogue, nous seront toujours en face d’elles » a-t-elle conclut.

La Commissaire de Police, Mme Ousmane Bako Nana Aichatou a par la suite, expliqué comment les opérations se sont menées. Ainsi, a-t-elle indiqué, en ce qui concerne le premier réseau, le 11 Janvier 2021, l’OCTRIS, recevait de ses sources une information par rapport- à un trafic de drogue longtemps établi entre plusieurs pays de la sous-région impliquant des personnes de nationalité nigérienne.

Après plusieurs jours d’investigation, a révélé la commissaire de police, l’OCRTIS interpelle le 13 janvier 2021 au quartier aéroport un individu de nationalité nigérienne en possession de 119 briques d’un poids de 98kg455.

Pour le second réseau a-t-elle poursuivi, l’exploitation et le recoupement de plusieurs informations concordantes ont permis à l’OCRTIS d’interpeller dans la nuit du 22 au 23 janvier 2021, après huit semaines d’investigation à Niamey et à Dosso, 4 individus de nationalité nigérienne et de saisir 150.000 comprimés de tramadol de 250mg de marque Royal, en provenance du Bénin dans un village situé à 3km de Dosso.

Selon elle, les opérations ont également permis de saisir un véhicule et une dizaine de téléphones portables. Et le tramadol saisi dont la valeur marchande s’élève à plus de 150 millions de francs cfa est destiné à l’exportation vers certains pays arabes.

Face à la recrudescence du trafic de drogue dans la région de Dosso, (plaque tournante de toutes les formes de trafics mais aussi et surtout à la stratégie des trafiquants consistant à faire passer la drogue de Malanville(Bénin) à Gaya par voie fluviale depuis la fermeture des frontières terrestres consécutive aux mesures prises par le gouvernement dans la lutte contre le corona virus ) a indiqué la Commissaire de police , l’OCRTIS appelle les autorités administratives et coutumières de la région de Dosso à accentuer la sensibilisation des populations riveraines à plus de vigilance et de collaboration dans la lutte contre le trafic de drogue assez souvent lié au trafic d’armes.

Par Rahila Tagou(onep)