Circulation routière à Niamey : Le casse-tête quotidien des jeunes écoliers pour traverser la chaussée

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

La circulation des piétons demeure un souci à Niamey malgré tout le dispositif routier afin de rendre facile le passage à cette catégorie de personnes, en particulier les élèves. En effet, c’est une préoccupation pour la plupart des élèves pour accéder à leurs écoles lorsqu’elles sont à proximité des grandes voies notamment. A l’entrée ou à la descente des cours, il faut que la circulation soit régulée pour ces élèves au niveau  des carrefours des établissements scolaires non pas par les agents de la police routière seulement, mais aussi par des agents mis en service par les établissements scolaires.

A la devanture de la plupart des écoles, ils manquent les traits blancs, qui indiquent le passage piéton, appelé aussi passage clouté. Faut-il le préciser, ces traits blancs sont une partie de la route, aménagée pour permettre aux piétons de passer en toute sécurité sur la chaussée. Les passages cloutés sont conçus pour maintenir les usagers groupés dans un espace visible pour les automobilistes et ils peuvent traverser en toute sécurité.

Les passages piétons  contribuent à limiter la vitesse des automobilistes et à réduire le nombre d’accidents surtout à la devanture des écoles. Traverser la route constitue un véritable problème pour les jeunes écoliers. Le constat aux bords des routes est triste : les piétons sont groupés en attente de la moindre occasion pour traverser avec la peur de se faire renverser par une voiture ou une moto.

«Nous souhaitons avoir un dispositif pour ralentir les conducteurs. Nous sensibilisons les élèves sur les conduites à tenir pour traverser afin d’échapper aux accidents. La sensibilisation est assurée par les différents surveillants surtout pour les nouveaux venus qui sont en classe de 6e. Le comité des élèves aussi contribue dans ce mécanisme. En effet, souvent ils aident leurs camarades à traverser la route en toute sécurité», confie un chef d’établissement scolaire qui a voulu garder l’anonymat. Ce responsable d’établissement dit avoir déposé des demandes au niveau des structures concernées en vu d’avoir ne serait-ce qu’un dispositif temporaire qui facilitera la traversée de la route pour les élèves.

Il a souligné que la traversée de la chaussée est un véritable calvaire quotidien pour leurs élèves même si se réjouit-il, aucun accident n’a eu lieu jusqu’à ce jour. Mais le risque est évident, souligne- t-il. Ce même responsable d’établissement révèle que, «en attentant la réaction des services concernés par la question pour la mise en place d’un dispositif permettant pour faciliter la circulation aux élèves, il compte saisir l’association des parents d’élèves, pour qu’ensemble, ils réfléchissent sur les mesures à adopter pour sécuriser la traversée de la chaussée aux élèves.

Les jeunes enfants n’ont pas la même expérience que les adultes pour traverser la route. De ce fait, il est impératif d’avoir un dispositif pour rendre facile la traversée de la chaussée aux élèves. Cet état de fait traduit le non-respect du droit des piétons. Même si les piétons ont un droit réservé pour  traverser la route, ils ne se sentent pas en sécurité. Ils sont souvent invectivés par des automobilistes ou motocyclistes qui roulent sans se rendre compte de l’existence des piétons, en particulier les jeunes écoliers.

 

 Issoufou A. Oumar(onep)