Ouverture de la 1ere table ronde de l’Alliance Sahel sur l’accélération de l’accès à l’électricité au Niger : Mobiliser les partenaires et les fonds pour connecter un plus grand nombre de ménages aux réseaux électriques

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, a présidé hier après-midi, par visioconférence, la cérémonie d’ouverture de la 1ere table ronde de l’Alliance Sahel sur l’accélération de l’accès à l’électricité au Niger. Cette table ronde s’inscrit dans la perspective de l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030. L’implication de l’Alliance Sahel, à laquelle s’associent ses partenaires, à savoir; la France, l’Allemagne, l’Union  Européenne, la Banque: Mondiale, le Programme des Nations Unies pour le Développement et la Banque Africaine de Développement, constitue une opportunité pour le Niger, en vue d’amorcer la mise en œuvre de sa stratégie d’accès à l’électricité.

Pour le Chef du gouvernement, cette table ronde a une forte signification pour le Niger car l’accès à l’électricité, qui est une des conditions du développement global, reste encore un défi. C’est pourquoi, a indiqué SE Brigi Rafini, le gouvernement a fait de l’électrification «le moteur du développement durable». «Cette ambition est inscrite dans la Stratégie de développement durable et de croissance inclusive (Niger 2030) parce qu’elle correspond aux besoins de développement du pays, à nos engagements en matière d’accès aux services sociaux de base en particulier pour les populations rurales et de réduction de la pauvreté», a déclaré SE Brigi Rafini qui devait ajouter que, c’est pourquoi, le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou, a réservé une place de choix à l’accès à l’électricité dans le Programme de Renaissance. «Cet engagement, nous le tenons aussi grâce à l’accompagnement de nos partenaires et au secteur privé que je remercie infiniment», a-t-il dit.

Les efforts fournis par le Niger en matière d’électrification, a indiqué SE Brigi Rafini, restent fort appréciables, notamment avec l’impulsion donnée par le programme de renaissance visant l’objectif d’électrifier 1.500 villages sur la décennie 2011- 2021. Cette opération est, selon le Premier ministre, en cours. D’après le rapport de diagnostic sur l’accès à l’énergie s’appuyant sur le cadre multi-niveaux de la Banque Mondiale publié en juin dernier que cite SE. Brigi Rafini, il ressort qu’en 2018, 19,5% des ménages nigériens ont accès à l’électricité dont 15,8% par le réseau national, soit 4 ménages sur 5, et 3,7% principalement grâce à des solutions solaires hors réseau. Cependant, «il apparait aussi clairement de fortes disparités entre les zones  urbaines et les zones rurales car près de 50% des ménages urbains ont accès à l’électricité par le réseau national, contre seulement 7% des ménages ruraux. C’est donc pour s’attaquer à cette problématique, qui constitue une entrave majeure au développement et au bien-être des populations, que le Gouvernement s’est engagé résolument dans la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’accès à l’électricité», a souligné le Premier ministre.

Aussi, a-t-il précisé, la planification des investissements et leur programmation notamment en phase initiale de mise en œuvre de la Stratégie Nationale, restent en cohérence avec les objectifs d’accès accru à l’électricité de l’Alliance Sahel, suivant une approche multi-services contribuant à réduire la pauvreté et à promouvoir le développement durable. «Notre engagement conjoint est crucial pour le succès de la Stratégie Nationale. Il requiert notamment la coopération et la Coordination des partenaires. A cet effet et en vue de lancer la Roue vertueuse de l’accès à l’électricité au Niger, il est requis un financement à hauteur d’environ 650 Milliards FCFA. Les investissements projetés concernent les extensions et le renforcement des réseaux interconnectés ; le développement de mini-réseaux y compris l’hybridation, ainsi que le recours aux solutions individuelles d’accès», a expliqué le Chef du gouvernement qui précise qu’il s’agit à travers ces initiatives, de doubler l’accès à l’échéance 2025. Mieux, a-t-il poursuivi, «ils sont d’autant plus indispensables pour la croissance économique et le développement du capital humain, notamment en zones rurales dans la mesure où ils concernent les pôles de développement et intègrent également la prise en charge des frais de branchement qui ne constitueront plus un blocage pour le raccordement des ménages».

Oumar Issoufou(onep)