Ouverture, hier, de la COP 15, Abidjan 2022 Actions contre la dégradation rapide des terres et ses conséquences néfastes pour la biodiversité et les populations

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat Mohamed Bazoum, a regagné Niamey, hier dans l’après midi, en provenance d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, où il a pris part à la cérémonie d’ouverture de la 15ème Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la sècheresse (CNLCD-UNCCD) dite COP-15.

Placé sous le thème «Terre. La vie. Héritage : de la rareté à la prospérité », la COP 15, rappelle-t-on, est un appel à l’action où l’accent est mis sur la durabilité des terres, pour les générations présentes et futures. Il s’agit précisément d’aboutir à des décisions portant sur des actions concrètes contre la dégradation rapide des terres et ses conséquences néfastes pour la biodiversité et les populations.

Dans son discours à l’Ouverture de cette Conférence, le Chef de l’Etat a insisté sur la persistance du phénomène de désertification ainsi que ses répercussions sur la vie des populations Niger. S.E Mohamed Bazoum a aussi souligné les efforts déployés par le pays et a appelé à une mutualisation des efforts pour faire face à ce fléau.

Il faut rappeler que, dimanche, peu après son arrivée dans la capitale ivoirienne, le Président de la République, S.E.M Mohamed Bazoum, a tenu une séance de travail avec le Secrétaire Exécutif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification, M. Ibrahima Thiaw.

«Nous avons reçu beaucoup de directives données par le Président de la République, et des discussions pour faire comprendre au monde que la dégradation des terres est une perte économique dans le monde, que les sécheresses ont des conséquences très graves sur la vie des éleveurs et des agriculteurs ainsi que sur l’économie, car toutes les années de sècheresse sont des années de perte économique dans un pays. Le Président de la République a donné des directives très claires et a partagé avec nous les expériences qui sont menées au Niger et ailleurs dans le monde », a confié M. Ibrahima Thiaw. Ce dernier a souligné le rôle attendu des pays du Sahel, qui dans le cadre du CILSS, disposent d’une longue expérience dans le domaine, soutenue par l’expertise reconnue du Centre régional de recherche AGRHYMET basé à Niamey.

(Lire en page 3, l’intégralité du discours prononcé le Président Mohamed Bazoum à l’ouverture de la COP 15)