Session de formation et d’information des journalistes sur les Bureaux d’Information sur le Crédit (BIC) dans l’espace UMOA : Le BIC pour accélérer l’inclusion financière dans l’espace UEMOA

Economie
Spread the love

Sharing is caring!

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest en collaboration avec la Société Financière Internationale, membre du groupe de la Banque Mondiale et African Media Agency (AMA), a organisé mercredi 9 décembre 2020, par visioconférence, une session de formation et d’information à l’attention des journalistes de l’espace UMOA sur les Bureaux d’Information sur le crédit (BIC). Cette session de formation a été précédée par le lancement d’une campagne de sensibilisation du grand public sur les BIC. L’objectif de cette campagne est de donner au grand public une meilleure connaissance des services offerts par CREDITINFO WEST AFRICA et les bureaux d’information sur le crédit dans l’espace UMOA. La session de formation et d’information a été présidée par le conseiller du Gouverneur de la BCEAO, M. Madani Touré.

Le Bureau d’Information sur le Crédit a été identifié comme étant une solution pour tacler le déficit d’informations en matière d’accès au financement dans les pays membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). C’est pourquoi, la BCEAO s’est évertuée à mettre en place le bureau régional d’information sur le crédit qui couvre tous les huit pays de l’Union en l’occurrence le Bénin, Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, Niger, Sénégal et le Togo. En effet, le fonctionnement du bureau régional d’information est le résultat des efforts déployés dans le cadre du projet de promotion des bureaux d’information sur le crédit dans l’UMOA initié en 2013 par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest avec l’appui technique et financier de la Société Financière Internationale (SFI). En ouvrant les travaux de cette session de formation et d’information, le conseiller du Gouverneur de la BCEAO a relevé les progrès enregistrés par son institution dans le cadre de la promotion du BIC dans les pays de l’Union. De 2013 à 2020, les utilisateurs ont évolué de façon remarquable. Ainsi, de 30.000 personnes physiques et morales au départ, on est passé à 230.000 entreprises et 147 banques et établissements financiers dans l’espace de l’Union Monétaire Ouest Africaine. Par ailleurs, la connaissance du BIC permet de débloquer l’accès au financement. C’est dire que l’accès au financement est un important levier de développement surtout dans les pays en développement comme les nôtres où les entreprises et les personnes physiques ont énormément de contraintes d’y accéder.

Au cours de cette session de formation virtuelle, les journalistes de la zone UMOA ont eu droit à deux communications dont l’une sur le BIC-UEMOA présentée par Adamou Sambaré, directeur général du CREDITINFO WEST AFRICA et l’autre sur la Société Financière Internationale dont les appuis techniques et financiers ont permis à la BCEAO de réaliser des progrès substantiels dans le cadre de la mise en œuvre de cet important outil de développement qu’est le BIC.  Cette communication a été présentée par M. Oscar Madeddu. S’agissant de la première présentation portant sur le BIC-UEMOA, l’exposant a d’abord expliqué ce que c’est que le BIC. Ce dernier est une base de données sophistiquée gérée par une entreprise de haute technologie dont l’activité est régulée par une loi et contrôlée par un régulateur (BCEAO pour l’UEMOA) et des organes d’audit externes. Les avantages du BIC sont entre autres : permettre un meilleur accès au financement moins cher, moins exigeant en matière de garantie et plus rapide ; bénéficier de délais de traitement plus courts ; disposer d’outils innovants, etc. La nature des données collectées par le BIC repose sur l’état civil, l’adresse, téléphone, etc. ; les données sur le crédit et les engagements des clients ; les données publiques disponibles ; la collecte des données est soumise au consentement préalable du client, etc. En outre, dans le cadre du fonctionnement du BIC, il existe le droit à l’information et à la réclamation des clients. D’où d’ailleurs l’intérêt de la campagne de sensibilisation dont l’objectif est de sensibiliser les populations de l’UMOA, notamment les consommateurs et les entreprises sur leurs droits en matière de partage de données sur le crédit. Il s’agit aussi de susciter leur adhésion au BIC en utilisant les rapports de solvabilité pour vérifier les informations sur le crédit les concernant et au besoin formuler des réclamations pour les corriger en cas d’erreur.

Quant à la seconde présentation relative à la Société Financière Internationale, elle a été exposée par M. Oscar Madeddu. Selon lui, l’accès au crédit est un problème majeur dans les pays africains. C’est pourquoi, la Société Financière Internationale, membre du groupe de la Banque Mondiale, déploie toute son expertise en accompagnant les pays membres de la zone UMOA à asseoir et vulgariser ce véritable outil de développement qu’est le BIC. Avec les supports de communication, il a démontré aux journalistes tout l’intérêt du secteur privé de chacun des pays de l’union à utiliser le BIC pour développer les activités économiques et accélérer la croissance économique au sein de l’institution d’intégration sous-régionale.

La phase des questions-réponses a été tout aussi enrichissante, car elle a permis aux journalistes d’être éclairés par rapport au Bureau d’Information sur le Crédit, son fonctionnement et ses avantages pour les entreprises.

Par Hassane Daouda(onep)