Tillabéri/SAHEL-2022 : Célébration de ‘’la Journée de Tillabéri’’ avec pour thème la transformation de l’oignon en Gabou

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La région de Tillabéri a, sous le patronage de la Mairie de la commune rurale de Sakoira, célébré ce mardi 1er mars 2022 au Palais du 29 juillet de Niamey, la ‘’Journée de Tillabéri’’ sous le thème, ‘’La transformation de l’oignon en Gabou, une activité génératrice de revenus pour les femmes de Sakoira’’.

S’inscrivant dans le cadre de la 7ème Edition du Salon de l’agriculture, de l’hydraulique, de l’environnement et de l’élevage (Sahel- Niger 2022), cette journée vise à faire découvrir aux visiteurs, les potentiels artistique, culturel et productif de la région de Tillabéri. ‘’La région de Tillabéri est une région à forte potentialité agricole, vu la multitude de produit exposés dans les stands. Mais le produit phare cette année c’est l’oignon transformé en Gabou par les femmes de la commune rurale de Sakoira’’, a relevé le Secrétaire général adjoint de la région de Tillabéri, M. Boubacar Soumana.

‘’C’est une activité génératrice de revenus et Sakoira est une localité reconnue dans tout le pays et dans la sous-région pour la production de l’oignon ’’, a-t-il déclaré. M. Boubacar Soumana a fondé l’espoir que ces femmes puissent être aidées à rentabiliser leur activité. Le SG.A de la région de Tillabéri a enfin, au nom du Gouverneur empêché, remercié les invités présents à cette journée.

Selon la Mairesse de Sakoira, Mme. Moussa Aissa Alo Maiga, 90% des femmes de la commune rurale de Sakoira font la transformation de l’oignon en Gabou. ‘’C’est une activité rentable, a-t-elle soutenu’’, soulignant que les femmes productrices n’arrivent pas à bien vivre de leurs activités, vu la fuite des capitaux et la manière dont elles sont organisées’’. ‘’Elles effectuent un long processus de la préparation du terrain à la récolte et même jusqu’à la transformation et pourtant elles sont même endettées’’, a-t-elle ajouté. Cette activité doit, selon elle, faire rentrer au minimum près de 30 millions de FCFA, mais ces femmes ne gagnent rien. D’où un appel à l’endroit des partenaires pour solliciter leur aide.

La célébration de cette journée a été sanctionnée par une démonstration des femmes transformatrices de l’oignon en Gabou et une visite des stands des produits de la région.

Par Mahalmoudou Touré Maïmouna ANP/ONEP