Renforcement des capacités des membres du comité interministériel chargé de la rédaction des rapports initiaux et périodiques du Niger : Pour une meilleure appropriation des techniques de rapportage de la CEDEF

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Ministère de  la justice en partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme a organisé hier matin un atelier de renforcement des capacités des membres du comité interministériel chargé de la rédaction des rapports initiaux et périodiques du Niger, aux organes des traités et à l’examen périodique universel. Cet atelier qui durera deux jours fait suite à celui tenu au cours des  deux jours précédents dans le cadre du processus d’élaboration du 5ème  rapport du Niger sur la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDEF) à laquelle le Niger a adhéré le 8 Octobre 1999.

A l’ouverture des travaux, le Président du Comité Interministériel chargé de la rédaction des rapports du Niger aux organes des traités et de l’examen périodique universel, M. Ousseini Djibage Maman Sani, a de prime abord affirmé que dans un passé récent, le Niger  était classé dans la liste des Etats qui ne sont pas à jour dans le respect de leurs engagements internationaux en matière de droits de l’Homme. Et cela, pour cause de retard accusé dans la soumission de ses rapports initiaux et périodiques aux organes des traités. Par ailleurs, a-t-il poursuivi,  depuis 2019, grâce au dynamisme du Comité interministériel et grâce à l’appui technique et financier des partenaires, cela est devenu un simple mauvais souvenir.   En effet, a-t-il expliqué,  tout le retard accusé a été résorbé tant en ce qui concerne les rapports aux 9 organes des traités onusiens que ceux destinés aux 2 organes  des traités africains.

Ainsi, de 2015 à aujourd’hui, 12 rapports ont été élaborés et soumis dont les tout derniers sont le 15ème  rapport sur la mise en œuvre de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples présentés les 21 et 23 avril 2021 et le rapport national au troisième cycle de l’examen périodique universel présenté les 2 et 7 mai 2021.

Et relativement à la tenue de cet atelier, il a fait mention de l’article 18  de la CEDEF qui fait obligation aux Etats parties de soumettre au Comité des experts des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes , suivant une périodicité de 4 ans , un rapport sur les mesures qu’ils ont prises pour donner effet  aux droits y consacrés. A cet égard, il a notifié que le dernier rapport combiné valant troisième et quatrième rapports  périodiques a été présenté en juillet 2017 et le cinquième est donc dû en juillet 2021.

Quant à la représentante P.I du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH), Mme Zeinab Diaby, elle a rappelé que ce projet  financé par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement couvre six pays de la CEDEAO y compris le Niger et a pour objectif de contribuer à l’atteinte des ODD, plus spécifiquement l’ODD 16 visant la paix, la justice et les institutions efficaces et réduire les formes de violence et l’ODD 5 en faveur de l’Egalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes et des filles.

Quant à la Coordinatrice  régionale du projet d’appui à la protection des enfants victimes de violation de leurs droits (PAPAEV) Mme Aminata Kebe, elle a salué le rôle clé que le Niger continue de jouer dans le renforcement de la coopération avec les mécanismes des traités tant au plan national qu’au plan régional qu’international.

Enfin, elle a réaffirmé l’engagement de sa structure à ne ménager aucun effort pour les appuyer dans la mise en œuvre des activités de promotion des droits de l’homme notamment des enfants y compris les filles cibles du projet à côté des partenaires comme ONUFEMMES qui assure le leadership sur la lutte contre les discriminations faites aux femmes et aux filles.

Par Rahila Tagou(onep)