Réunion de validation du projet de la décision portant adoption du schéma organisationnel type d’institutionnalisation du genre dans les ministères sectoriels et les institutions des Etats membres de l’UEMOA : La ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant réitère le soutien et la disponibilité du Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le 25 juin 2021 s’est tenue, par vidéoconférence, la réunion des ministres sectoriels des pays membres de l’UEMOA pour la validation du projet de décision portant adoption du schéma organisationnel type d’institutionnalisation du Genre dans les ministères et les institutions des Etats membres de l’UEMOA. Les travaux de cette réunion ont été présidés par la ministre togolaise en charge du Genre, Mme Adjovi Lolonyo Anakoma-Apedoh. La réunion a enregistré la participation de plusieurs ministres des pays membres de l’UEMOA, celle de M. Mahamadou Gado, Commissaire en charge du Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité intérieure, représentant le Commissaire en charge du Développement Humain de la Commission de l’UEMOA

Plusieurs points ont été inscrits à l’ordre du jour dont entre autres : la présentation du projet de décision, le rapport de la réunion des experts sectoriels, l’examen et adoption du projet de décision et enfin l’examen et l’adoption du rapport de la réunion des Ministres.

Dans son discours d’ouverture des travaux, Mme Adjovi Lolonyo Anakoma-Apedoh, ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation du Togo, dont le pays assure la présidence en exercice de l’UEMOA, a expliqué la nécessité d’institutionnaliser l’approche Genre au sein des institutions dans les pays de l’espace. «Il est nécessaire de revoir nos priorités, nos valeurs, nos méthodologies et même notre façon de travailler. L’un des principaux points à réviser dans nos méthodes d’intervention est de favoriser le changement organisationnel en vue d’assurer et de promouvoir l’égalité entre les sexes», a-t-elle dit. Elle a, au nom de ses collègues, félicité et encouragé la commission de l’UEMOA, notamment la Direction du Genre pour toutes les initiatives qu’elle entreprend par rapport aux questions genre. Elle l’a exhortée à poursuivre ses chantiers en matière de réduction des inégalités entre les sexes. 

Cette rencontre de haut niveau pose un jalon pour l’intégration du genre dans l’ensemble des politiques publiques des Etats membres de l’UEMOA. C’est pourquoi, la mMinistre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant Mme Allahoury Aminata Zourkaleini a, au nom des plus hautes autorités nigériennes, salué toutes les initiatives de la Commission de l’UEMOA par rapport à la problématique genre. Elle a saisi l’opportunité pour exprimer la disponibilité et le soutien du Niger pour toutes les initiatives tendant à promouvoir les questions genre. Elle a rappelé aussi, pour s’en convaincre, toutes les actions et politiques élaborées et mises en œuvre par le Niger sur la question genre. Mme Allahoury Aminata Zourkaleini a enfin exhorté aussi l’ensemble des acteurs à poursuivre les efforts déjà faits dans ce domaine.

Auparavant, M. Mahamadou Gado, représentant de la Commission de l’UEMOA a, au nom de M. Abdoulaye DIOP, président de la Commission de l’UEMOA, salué la présence effective des ministres à cette importante réunion malgré leurs agendas très chargés. «Face à la faiblesse des mécanismes existants, la Commission a entrepris, dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Genre, de doter les Etats membres d’un mécanisme institutionnel favorisant l’institutionnalisation du genre», a-t-il déclaré. Il a rappelé le caractère participatif du processus qui a impliqué les Etats membres de l’Union et a renouvelé sa gratitude aux différents ministres pour leur disponibilité et leur accompagnement constants, dans la mise en œuvre de la Stratégie Genre, gage d’un développement harmonieux et équitable dans l’espace UEMOA.

La réunion a formulé deux importantes recommandations visant à favoriser une implémentation réussie du schéma organisationnel type. Les participants ont ainsi recommandé de procéder à l’adaptation du STIG selon les spécificités de chaque pays et enfin, permettre à l’UEMOA d’harmoniser et de suivre la gestion du développement dans les Etats  membres, notamment le  système de planification, la gestion de l’information statistique.

 Ali Maman(onep)