18ème session du comité interministériel de la lutte contre le Covid-19 : Le comité recommande plus de vigilance et de rigueur pour éviter une 2ème vague

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a présidé, le jeudi 12 novembre dernier dans l’après-midi à Niamey, la 18ème session du comité interministériel pour la réponse contre Covid-19. Au cours de cette réunion qui a vu la participation de plusieurs membres du gouvernement et des représentants des certains comités rattachés, a porté sur l’état de la mise en œuvre du plan global de la riposte.

Après le mot introductif du Premier ministre, des exposés ont fait le point de la situation, aussi bien sur le volet sanitaire, que sur celui de la mise en œuvre des différentes mesures, ainsi que sur la question de ressources financières.

Faisant l’état de la situation sanitaire, le ministre de la santé publique, Dr. Idi Illiassou Mainassara a noté une légère hausse du coefficient de transmissibilité (R0) qui passe de 0,178 à 0,182 par rapport à la dernière semaine. Cette tendance a, en effet, fait grimper le nombre des cas actifs à 69, alors qu’on était à 15 il y’a deux semaines. L’on compte 154 personnes auto-confinés, à date d’hier 12 novembre 2020 et les décès restent à 69, depuis quelques mois. Selon Dr. Idi Illiassou Mainassara, cette légère hausse des cas est liée au flux migratoire d’Agadez et un relâchement du respect des mesures barrières lors des rassemblements surtout.

La situation n’est pas certes assez inquiétante mais face au risque d’une seconde vague que pouvaient favoriser la saison froide (autre facteur de propagation d’une telle maladie respiratoire) et l’indiscipline de la plupart des voyageurs vis-à-vis du protocole de contrôle et celui d’auto-confinement, il faudrait encore de la vigilance et de la rigueur. Le ministre a annoncé que d’ores et déjà en ce qui concerne les migrants, une évaluation est faite. Comme perspective, il est envisagé le renforcement des dispositifs de la surveillance, du contrôle et de la prise en charge des cas. «Il y’a une acquisition en cours d’une machine PCR de très grande capacité, pour la région d’Agadez, du fait du nombre des migrants dont la plupart sont des expatriés», a-t-il mentionné. 

«Ce relâchement exige de nous un sursaut, en particulier en terme de surveillance et de contrôle», a déclaré le Premier ministre, chef du gouvernement, SE Brigi Rafini. Cela suppose, entre autres, la redynamisation des instruments de suivi de l’auto confinement, appuyé des mesures coercitives envers ceux qui rentrent d’ailleurs avec tout le risque d’en importer et ne respectent pas le protocole d’auto-confinement. «Il y’a cette nécessité de l’application des mesures, afin d’éviter que notre pays connaisse une deuxième vague, à l’image de certains pays», souligne le Premier ministre. Parmi les recommandations, il a retenu à l’issue de cette 18ème session du comité interministériel de redoubler les efforts de communication. Le comité technique et celui des experts ont été quant à eux instruits de proposer incessamment un protocole plus adapté à l’auto-confinement des voyageurs, ainsi que des mesures à même de faire respecter strictement les dispositions de contrôle au niveau des aéroports.

 Ismaël Chékaré(onep)