67ème session ordinaire du Conseil des ministres des pays membres de la CBLT : Les questions budgétaires au centre de la rencontre

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Commission du Bassin du Lac Tchad  (CBLT) a organisé hier matin, à Niamey, sa 67ème  session ordinaire du Conseil des ministres des  pays membres de ladite organisation. C’est le ministre fédéral des Ressources en Eau de la République fédérale du Nigeria, président en exercice du Conseil des ministres de la CBLT, M. Suleiman Hussein Adamu qui a présidé l’ouverture des travaux. Ainsi, les participants auront à discuter du rapport d’activités de l’exercice clos au 31 décembre 2022, le plan de travail et le budget annuel (PTBA 2022) et l’état de mise en œuvre des recommandations antérieures.

Au cours de ces échanges, il a été question pour le Conseil des ministres de définir aussi une feuille de route en vue du relèvement de la région de manière durable tel que programmé dans le PTBA 2022 de la CBLT qui s’articule autour des activités visant à renforcer la résilience des populations de la région grâce à une utilisation durable des ressources naturelles de manière générale.

A l’ouverture des travaux,le ministre Fédéral des Ressources en Eau de la République fédérale du Nigeria, président en exercice du Conseil des ministres de la CBLT, M. Suleiman Hussein Adamu, a rappelé que le développement de notre région commune dépend en grande partie des efforts des pays membres puis du soutien des partenaires. A cet effet, il a souligné la nécessité pour les pays membres de respecter leurs engagements vis-à-vis de la Commission à travers le payement régulier de leur contribution ; ce qui permettra d’exécuter les programmes et activités prévus par la CBLT au bénéfice de la population. M. Suleiman Hussein Adamu a noté aussi l’importance pour nos Etats de continuer davantage à promouvoir  la paix durable, le dialogue, la coopération, encourager les actions innovantes afin de lutter efficacement contre la marginalisation des groupes comme les jeunes et des femmes.

Auparavant, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Adamou Mahaman a dit que cette rencontre donne l’occasion aux différents commissaires et leurs délégations de se pencher sur les avancées enregistrées depuis le dernier Conseil tenu en virtuel en mars 2021 et de délibérer sur l’avenir. « Ce sera aussi une opportunité d’évaluer, avec toutes les parties prenantes, les derniers développements en cours dans notre sous-région du bassin du lac Tchad. Il s’agit de relever les points positifs, d’identifier les domaines de préoccupation et d’échanger sur les différentes initiatives et priorités, qu’elles émanent des Etats membres, des partenaires au développement et ou de la CBLT, dont nous allons passer en revue le rapport d’activités de l’exercice passé et valider le Plan de travail et le budget annuel pour l’année en cours », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le ministre en charge de l’Hydraulique a souligné que la présente réunion se tient dans un contexte marqué par un enchevêtrement de facteurs aggravants à l’échelle du globe. « Au-delà du changement climatique dont les effets et les impacts compromettent aujourd’hui la survie de l’humanité, la paix et la sécurité sont sérieusement menacées dans plusieurs régions à travers le monde et en particulier en Afrique au sud du SAHARA, où l’on assiste à des conflits intra étatiques, à l’expansion du terrorisme et de l’extrémisme violent. Ces déviances combinées avec celles des dégradations

écologiques et des enjeux socio-économiques menacent gravement la paix, la stabilité et la sécurité de nos Etats déjà vulnérables, sans parler de la pandémie de la COVID -19, dont le préjudice sur nos fragiles économies et nos sociétés se passe de tout commentaire », a-t-il indiqué.

Face à ces multiples menaces et défis pressants, « il nous faut plus que par le passé promouvoir une approche concertée et globale, c’est à-dire renforcer la coordination entre nos pays et poser les fondements d’un cadre de coopération destiné à préserver la paix, la sécurité et la stabilité dans la région du bassin du Lac Tchad », a-t-il proposé.

Dans son mot de bienvenue, le secrétaire exécutif de la CBLT, l’ambassadeur Mamman Nuhu, a rappelé que la mise en cours des résolutions de la 66ème Session ordinaire du Conseil des Ministres dans leur grande majorité ont permis à la commission de se doter de ressources humaines de manière durable à travers des recrutement dont le processus a été couronné de succès afin de pourvoir les postes vacants existants au sein du Secrétariat Exécutif de la CBLT pour lui permettre de s’acquitter convenablement de son mandat et de mettre ses interventions prioritaires en œuvre de manière effective, efficace et efficiente.

Par Mamane Abdoulaye(onep)