Ambiance de grand débat à la Place Amadou Boubacar

L'air du temps
Spread the love

Sharing is caring!

C’est vraiment une très belle initiative, cette innovation de la Commission ‘’Exposés et thé-débats’’ de l’Union des Etudiants à l’Université de Niamey (UENUN), consistant à inviter les différents candidats à l’élection présidentielle sur la place du campus universitaire de Niamey en vue de créer un cadre d’échanges entre ceux qui ambitionnent de diriger notre pays et la jeunesse nigérienne, à travers le monde estudiantin.

Si pour les candidats c’est là un bon podium pour ‘’soutenir leur thèse’’ en tentant de convaincre, en plus des étudiants, tous les Nigériens sur le réalisme de leur vision et la pertinence de leurs ambitions pour le Niger, pour les étudiants c’est plus profond en termes d’incidences.

D’abord, un tel exercice, en plus de donner une bonne opportunité aux étudiants de goûter aux ‘’délices’’ de se défouler, un tant soit peu, sur des dirigeants politiques, est en fait un cadre de formation, un véritable cours magistral de sciences politiques !

Mieux, c’est un cadre idéal aux étudiants pour se départir des critiques stériles et poser les vrais problèmes qui assaillent l’ensemble de la jeunesse nigérienne et aborder des sujets cruciaux de la vie de notre nation avec les candidats, mais surtout avec celui d’entre eux qui aura l’honneur d’être le futur Président de la République. Mieux, ce face-à-face avec les hommes politiques constitue un véritable réceptacle d’idées nouvelles qui pourraient stimuler un certain éveil de conscience pour nombre de jeunes pour les amener à être plus attentifs aux questions se rapportant à l’animation du débat démocratique et à la vie politique nationale.

Ceci est d’autant plus important qu’il participe à l’éducation civique et politique de la jeune génération. Surtout par ces temps de campagne politique où les jeunes sont enclins à se ruer vers les réseaux  sociaux pour s’adonner à leur jeu favori consistant à répandre les fake-news à forte dose d’intox, à vilipender les gens, voire à s’insulter copieusement entre eux, par candidats ou partis politiques interposés.

Toujours est-il que du côté du campus universitaire, à la faveur de ces soirées de débat avec les candidats, la Place Amadou Boubacar a retrouvé son atmosphère d’antan, avec ses discussions chaudes et ses envolées oratoires entrecoupées du fameux ‘’ordre camarade !…’’ lancé à tue-tête pour rappeler à l’ordre les camarades ‘’confusionnistes’’. En effet, cette place, jadis haut lieu de la cogitation et de la confrontation des idées, servaient de cadre aux longues nuits des Assemblées Générales, au cours desquelles les avis et les arguments fusaient et s’entrechoquaient jusqu’à aboutir aux décisions finales. Mais, en réalité, c’était généralement pour aboutir à des mots d’ordre de grève…  Ordre camarades !…

Assane Soumana(onep)