Communication du ministère de l’Emploi et de la Protection Sociale devant les Conseillers du CESOC : L’accès de certaines couches socio-professionnelles au système de protection sociale au centre des échanges

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Au cours de la plénière du vendredi 18 mars 2022, les membres u Conseil ont suivi une communication du ministre en charge de l’Emploi et de la Protection Sociale, M. Ibrah Boukary sur le thème ‘‘La prise en compte des travailleurs du secteur agricole, du secteur informel, des artisans, des artistes et sportifs par le système de retraite nigérien : Quel dispositif mettre en place ?’’. Cette communication s’inscrit dans le cadre de la 1ère session ordinaire du CESOC au titre de l’année 2022 qui  se poursuit au Centre International de Conférences Mahatma Gandhi de Niamey.

Dans son exposé, le ministre Ibrah Boukary, a évoqué le système de protection sociale au Niger à travers le régime contributif comprenant la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), la Caisse Autonome des Retraités du Niger (CARENI) et accessoirement l’Agence Nationale de la Mutualité Sociale (ANMS). «La CNSS prend en charge le secteur privé tandis que la CARENI s’occupe spécifiquement des fonctionnaires», a-t-il expliqué avant de préciser qu’il y a le régime non contributif qui concerne les filets sociaux, les bourses, les cantines scolaires, la gratuité des soins. «La protection sociale participe à la consolidation de la solidarité nationale, au renforcement de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté. Sa promotion occupe une place de choix au sein de la Stratégie Accélérée et de Réduction de la Pauvreté (SDRP) intégrant les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dans le Plan de Développement Economique et Social (PDES) et de l’Initiative 3N», a détaillé le ministre.

S’agissant du secteur informel, M. Boukary a noté que ce sont des activités professionnelles rémunérées non enregistrées, règlementées ou protégées par les cadres juridiques et règlementaires. «Ce secteur, a-t-il poursuivi, est confronté à des défis multiples et variés dont il est nécessaire de réfléchir sur la façon de mettre en place des procédures et outils adaptés aux caractéristiques des travailleurs de l’économie informelle». Pour donner forme à ce secteur, a estimé le ministre en charge de la Protection Sociale, il est important de mener des séances de formation et de sensibilisation touchant tous les acteurs concernés de toutes les régions du Niger, de créer des mutuelles sociales et de mettre en place des modalités de recouvrement. «Fort de toutes ces mesures, les options suivantes sont à retenir : la fixation d’une contribution forfaitaire ou semi forfaitaire et la fixation d’une contribution arrimée au revenu ou chiffre d’affaires», a-t-il préconisé.

En réaction à cette présentation, les conseillers du CESOC ont souligné la nécessité d’accentuer la sensibilisation pour un changement de mentalité en impliquant les organisations qui sont plus proches des populations afin de les amener à comprendre l’importance de la protection sociale. Ils ont aussi notifié l’importance d’un système d’enrôlement fiable du secteur informel tout en sécurisant leurs cotisations. L’implication effective de l’Etat à travers l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi d’une politique inclusive en matière de protection sociale est tout aussi nécessaire. En outre, les conseillers ont souhaité être éclairés sur les mesures prises par l’Etat pour mieux veiller à la protection des contractuels de l’Etat non pris en compte et certains employés du secteur privé.

En réponse aux préoccupations des conseillers, le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale et sa délégation ont fait savoir qu’il y a une réelle volonté et un sincère engagement de l’Etat, concernant les enseignants contractuels, dans le cadre de leur prise en charge au niveau des cotisations à la CNSS. C’est ainsi que l’Etat a décidé du versement de leurs cotisations de protection sociale. La question de la protection sociale concerne aussi bien le ministère que le CESOC. Par conséquent, le CESOC doit aider le ministère dans le plaidoyer à trouver des moyens conséquents, selon ce qui ressort des conclusions des travaux. «Cette intervention du ministre Ibrah Boukary a permis d’édifier les conseillers de la République sur le système de protection sociale au Niger d’une manière générale. Il a aussi éclairé les conseillers de la République du travail qui est en train d’être effectué par son département ministériel pour permettre aussi aux secteurs informel, agricole et artisanal la possibilité d’avoir accès à un système de protection sociale», a confié l’artiste et Conseiller de la République, Adamou Yacouba, alias Black Mailer.

Mahamadou Diallo(onep)