Décentralisation/Interview avec le maire de la Commune urbaine de Gaya : «Nous avons pris l’engagement de ne plus faire d’arriérés de salaires pour la remise au travail des agents», confie Elhadj Mounkaïla Boureima

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Couvrant une superficie de 360 km2 pour une population de 63.875 habitants selon le recensement général de la population et de l’habitat de 2012, la commune urbaine de Gaya est située dans l’extrême sud de la région de Dosso. Elle est limitée au sud-ouest par la République du Bénin en l’occurrence la commune de Malanville, au sud-est par la commune rurale de Tounouga, au nord par les communes rurales de Bengou, Bana et Yélou et à l’ouest par la commune rurale de Tanda. Gaya est une ville qui fait peau neuve depuis l’arrivée de la nouvelle équipe du conseil municipal dirigé par le maire Elhadj Mounkaïla Boureima élu le 25 mai 2021.

Monsieur le maire, le 8 décembre 2021 vous avez tenu votre session budgétaire. Quel bilan pouvez-vous faire à l’issue de cette session ?

Le 8 décembre 2021, nous avons tenu notre session budgétaire au titre de l’année 2022. Il s’était agi pour nous, de nous pencher sur deux points à savoir le bilan de l’exécution du budget 2021 et les prévisions budgétaires au titre de l’année 2022.

Par rapport au bilan du budget 2021, nous pourrons retenir qu’il n’y a aucun problème dans le recouvrement des taxes fiscales. A titre d’exemple, le recouvrement au titre de l’année 2021 s’élève à 192.464.428 francs dont 58.229.747 francs du 1er juin 2021 au 30 novembre 2021 qui concerne notre gestion. Ces recettes ont permis beaucoup de réalisations parmi lesquelles on peut citer le paiement régulier des salaires. Il faut rappeler qu’à notre arrivée à la tête de la commune, nous avions hérité de six mois d’arriérés de salaires. Nous avons pris l’engagement de ne plus faire d’arriérés de salaires et d’assurer la régularité de salaires pour la remise au travail des agents.

Ainsi, à la date du 8 décembre, jour de l’ouverture de notre session budgétaire qui coïncide avec notre septième mois à la tête de la mairie, nous avons payé 7 mois de salaires et la masse salariale mensuelle s’élève à 4.601.675 francs soit 32.211.725 francs qui ont été payés au titre de salaires. Toujours dans le domaine des réalisations, nous avons pu négocier le rétablissement de la fourniture d’eau et d’électricité qui étaient suspendues. C’est ainsi qu’avec la NIGELEC, nous avons obtenu le retour de l’électricité sur la base d’un échéancier mensuel de l’ordre de 500.000 francs.

Nous avons initié dans la même lancée des opérations de grandes envergures de salubrité, d’évacuation des ordures ménagères, de déchets solides et plastiques. C’est le lieu pour nous de remercier très sincèrement les partenaires qui nous ont appuyés dans l’évacuation de ces ordures ménagères principalement la commune de Kamba au Nigéria et les grandes sociétés de la place à l’image de SOGBA, MOREY, SATOM qui nous ont appuyés en engins dans cette opération de salubrité de la ville de Gaya. Pour celui qui connaissait Gaya, il serait aujourd’hui frappé par la propreté qui règne au niveau des deux morgues dont les devantures étaient auparavant jonchées d’immondices.

D’autres actions ont également vu le jour au nombre desquelles la réparation de notre benne et tracteur qui étaient sur cale. Une extension du réseau d’eau jusqu’au cimetière a été faite pour assurer l’accès à l’eau aux populations. La commission foncière communale a, de son côté, bénéficié de la réparation d’un véhicule pour assurer le déplacement de ses membres dans le cadre du règlement des litiges champêtres. Par rapport aux taxes des marchés, une organisation a été mise sur pied dans la collecte. Cela a permis de multiplier par cinq le recouvrement qui était de l’ordre de 300.000 francs grâce à l’appui de la Police et de la Garde nationale auxquels je tiens à exprimer mes remerciements. Le curage des caniveaux avec l’aide inestimable de la FADA KOKARI, la réalisation du mur de clôture du marché central de Gaya figurent également en bonne place des réalisations de la mairie. 

Quelles sont les actions que vous comptez réaliser en 2022 ?

Nous avons fait des prévisions au titre de l’année 2022. Les investissements se résument à une extension du réseau d’eau et d‘électricité, des travaux de lotissement, la réalisation des ouvrages de franchissement, la construction de cuvettes, le réaménagement du parking de gros porteurs pour faire face au problème de parking anarchique qui cause beaucoup de dégâts dans la ville. Les actions porteront aussi sur l’achat de poubelles mobiles qui seront placées le long des grandes artères de la ville, le tout pour un coût de 398.598.000 francs.

La commune de Gaya a également prévu dans son budget 2022 la construction d’une case de passage pour les personnalités, la réalisation de magasins pour le stockage de matériels vétustes. A cela s’ajoute la réfection de la mairie pour une somme de 31.776.716 francs. Le village de Wadata bénéficiera de branchement d’eau et la réhabilitation du point d’eau de Koira-Tondi, des ouvrages hydrauliques qui coûteront 9.418.345 francs. 

Dans le domaine de l’éducation, il s’agit pour la commune urbaine de sécuriser les établissements scolaires qui ne sont pas clôturés. Il s’agira aussi de construire des classes dans certaines écoles et de réparer des tables-bancs pour une enveloppe de 29.875.000 francs. Sur le plan sanitaire, la commune urbaine de Gaya va appuyer l’hôpital de district et les centres de santé intégrée pour une enveloppe de 3.449.000 francs.

Cette année, la commune a décidé d’effectuer un recensement administratif: les chiffres actuels ne reflètent plus la réalité car cela fait dix ans qu’il n’y a pas eu de recensement administratif. La formation des élus locaux figure aussi en bonne place dans le programme 2022 de la mairie. D’autre part, la commune envisage l’achat d’un véhicule pour une somme de 11 millions de francs.

Sur le plan de l’environnement, les fiches d’opération ont prévu la lutte contre les feux de brousse. Dans le domaine de l’élevage, la santé animale a été prise en compte. Ainsi le budget titre 1 s’élève à une enveloppe de 304.623.642 francs. Le budget d’investissement au titre 2 lui s’élève à une somme de 535.329.503 francs. C’est donc un total de 839.942.845 francs qui représente le budget de la commune urbaine de Gaya pour l’année 2022.

M. le maire, la sécurité dit-on n’a pas de prix. Comment parvenez-vous à assurer la sécurité des populations ?

Dans le domaine sécuritaire, la mairie apporte ses modestes moyens en appuyant les forces de défense et de sécurité pour faire face à l’insécurité résiduelle. Par rapport à l’insécurité dans la région, nous saisissons cette opportunité pour remercier les autorités de la 7ème République au premier rang desquelles le Président de la République Mohamed Bazoum et le Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou pour les efforts inlassables qu’elles déploient pour faire face à la situation.

M. le maire, quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des populations de la Commune de Gaya ?

Je saisis l’opportunité que vous m’offrez pour demander aux chefs coutumiers et aux populations d’apporter leur contribution dans la dénonciation des cas suspects car sans la sécurité, aucun développement n’est possible. J’invite les populations à conjuguer leurs efforts pour la construction de leur commune  car personne ne peut le faire à leur place.

Mahamane Amadou  ANP-ONEP/Dosso