Infrastructures : Des réalisations accomplies et de nouvelles perspectives

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’analyse des actions posées dans le domaine des infrastructures routières révèle que les efforts faits  ont permis d’améliorer sensiblement les indicateurs d’effet du domaine. Ainsi la densité routière est passée de 11,23 km/km2 en 2020 à 11,29 km/km2 en 2021 traduisant une légère progression du réseau. L’indice d’accessibilité rurale est passé de 37,2% en 2020 à 37,5% en 2021. Cela traduit qu’environ 62,5% de la population rurale n’a pas encore accès à une route praticable toute l’année dans un rayon de 2 kilomètres. Les défis sont donc encore grands en matière de désenclavement des zones rurales.

Il faut dire que les réalisations dans le domaine des infrastructures de transports se rapportent aux travaux de construction ou de réhabilitation des routes. Au total, 145,95 km de routes bitumées ont été construits et 122,7 km de routes bitumées réhabilités. De plus, 338,665 km de routes rurales et 73 km de routes en terre moderne ont été construits. Les travaux de construction  des routes bitumées ont concerné notamment les tronçons Loga-Dogondoutchi, Diffa-N’Guigmi-Frontière du Tchad, Gabou-Ayorou, Filingué-Tahoua, Yaya-Dangona et Arlit-Assamaka-Frontière Algérie.

Pour ce qui est des réhabilitations, la route Zinder-Tanout a été achevée et les travaux se poursuivent sur la route Dogondoutchi–Birni N’Konni–Tsernaoua et les tronçons « Dosso-Bella II », « Bella II-Gaya-Frontière du Bénin », « Bella II- Sabon Gari » et « Gaya-Frontière Nigéria-Kamba ». De plus, 20,46 km de voiries urbaines sont réalisés sur la voie d’accès à l’Hôpital Général de Référence de Niamey et dans les villes de Maradi, Zinder et Diffa. La construction de la route en terre moderne concerne l’axe Margou-Falmeye-Gaya.

Dans le secteur de l’éducation, concernant la scolarisation et le maintien de la jeune fille à l’école, en plus des actions de sensibilisation des communautés, un internat a été construit à Kéllé, et un autre à  Moujia (région de Tahoua). D’autres internats sont en cours de réalisation à  Dantchandou (région de Tillaberi) et à Zoumbou (région de Dosso).

Au niveau de l’enseignement supérieur,  les capacités d’accueil ont été renforcées. Il s’agit de la réhabilitation de 2 amphithéâtres de 1.000 places au profit des Facultés des Sciences Juridiques et Politiques et des Sciences de la Santé de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey. En plus de la réhabilitation de l’Amphithéâtre Bazoum à l’université de Zinder, les universités de Diffa et Tahoua ont bénéficié, chacune de la construction d’un amphithéâtre de 500 places. Le  Chef de l’Etat a d’ailleurs récemment  procédé à l’inauguration d’un amphithéâtre de 1000 places et d’un autre dit «Tentes Marocaines».

Il a aussi inauguré le réseau hotspot de connexion Wi-Fi à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, et a  posé la première pierre pour la construction d’une tente-amphithéâtre d’une capacité de deux mille (2000) places. Il s’agit à travers ces investissements de doter l’UAM d’infrastructures  de qualité pour le développement de l’enseignement supérieur. 

Ces différents investissements à l’université Abdou Moumouni de Niamey s’inscrivent dans le cadre de la concrétisation de l’engagement pris par le Chef de l’Etat à l’occasion de son investiture le 2 avril 2021. Ils traduisent ainsi clairement sa volonté et son ambition de continuer à apporter des réponses concrètes et durables à la modernisation de l’enseignement supérieur. Les infrastructures ainsi inaugurées font partie d’un vaste programme initié par le Chef de l’Etat, qui à terme permettra de doter l’UAM d’un nouveau campus qui sera édifié sur une superficie de 200 hectares.

Les infrastructures qui seront réalisées comprendront notamment deux amphithéâtres de 2000 places, un amphithéâtre de 1000 places, un amphithéâtre de 500 places et deux dortoirs de 600 places chacun. Il y a également la construction d’un restaurant de 500 couverts avec annexes et un Laboratoire équipé qui viendront compléter les dotations de cet ensemble destiné au confort et à la vie sociale des étudiants.

Ces travaux de la première phase s’élèvent à un cout total de 31,8 Milliards de FCFA qui seront exécutés pour une durée de 24 mois. La 2ème phase du programme concernera les universités de Maradi, Tahoua et Zinder et couvrira toutes les autres universités pour pallier les besoins de la population estudiantine en constante progression. Les infrastructures d’accueil en cours d’exécution comprennent  la construction et l’équipement de 2 blocs de 2 salles de cours de 250 places dans les universités de Maradi et de Tahoua et  la construction des tentes marocaines de 1.000 places dans les universités de Maradi, Tahoua, Zinder et Niamey et de 300 places dans les universités d’Agadez, de Diffa, de Dosso et de Tillabéri, totalisant 6.200 places supplémentaires.

Par ailleurs, 1.950 tables amphithéâtres ont été acquises pour 3 facultés de l’UAM. Le renforcement des capacités a également bénéficié à la promotion de la recherche. Il s’agit principalement de la construction d’un laboratoire de biodiversité à l’université de Maradi et de 3 laboratoires de chimie au profit des universités d’Agadez, de Maradi et de Niamey. A cela s’ajoute l’ouverture d’un laboratoire polyvalent de travaux pratiques et de recherche à l’université d’Agadez et d’un laboratoire d’agro écologie à l’université de Tillabéry. Concernant le cadre de vie et l’habitat, les résultats sont relatifs à la réalisation d’infrastructures et la promotion de l’habitat. Les travaux de construction et de réhabilitation ont concerné 16 bâtiments administratifs à l’échelle nationale.

De même, l’exécution du programme Diffa N’Glaa a permis la modernisation de la ville de Diffa avec d’importantes infrastructures socio-économiques et sportives réalisées ou rénovées. Il faut également noter la réalisation de 8.523 ml de réseaux de drainage des eaux de pluies et la construction du marché central de Tahoua. S’agissant de la promotion de l’habitat, un lotissement de 20 hectares a été réalisé sur le site de Bangoula. A cela s’ajoute la production de 75.193 parcelles dans le cadre des lotissements communaux et l’acquisition de 663 ha pour la constitution des réserves foncières à Niamey.

De plus, 8 kilomètres de voirie et 4 mini adductions d’eau potable (AEP) équipées en panneaux solaires ont été réalisés en vue de viabiliser le site de Yawaré. Ce même site a bénéficié du démarrage d’un programme de construction d’une tranche de 50 logements socio-économiques sur 500 prévus. De même, 2 AEP ont été réalisées et des voies latéritiques en cours de construction dans le cadre de la viabilisation du lotissement Route Ouallam. Enfin, 10 nouvelles villas à la cité 2 de renaissance de Dosso sont réalisées par la SONUCI. Par ailleurs, en lien avec la modernisation du cadastre, 3.000 mappes et 75 plans d’assemblages à l’échelle de 1/5000e de tous les grands centres ont été produits.

Par Oumarou Moussa(onep)