Le Président de la République attendu, aujourd’hui à Tahoua, pour une visite de travail dans la Région : La sécurité, la cohésion nationale, les infrastructures et le développement seront au centre des échanges avec les populations

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Mohamed Bazoum, est attendu, aujourd’hui, lundi 17 janvier 2022, dans la région de Tahoua où il séjournera jusqu’au mercredi 19 Janvier, dans le cadre d’une visite de travail. Comme l’explique le document émanant des services de Communication de la Présidence de la République, ce déplacement en profondeur est la traduction d’une série de prise de contacts entreprise par le Chef de l’Etat pour marquer sa proximité, son empathie et pour apporter des solutions concrètes aux populations durement affectées par des défis multiformes.

Ainsi, après Diffa en juillet 2021 suite au retour des populations de Baroua, Maradi en août 2021 sur approche développementale, et Tillabéry en septembre 2021, pour la résilience de l’Anzourou, le Président Mohamed Bazoum entreprend cette visite de 72 heures dans la région de Tahoua dans la droite ligne de ces campagnes qu’il a initiées en vue de marquer la solidarité de la Nation avec les populations touchées par la crise sécuritaire ambiante. Au cours de cette visite, des échanges avec les habitants de la région s’articuleront autour des thématiques prioritaires comme la sécurité, la cohésion nationale et le vivre-ensemble, la dotation en infrastructures et le développement au niveau des sept villes-étapes inscrits au programme de cette visite présidentielle.

«Toutes ces questions découlent de la volonté et de la détermination du Chef de l’Etat pour assurer la paix et la sécurité ainsi que la mise en place des projets de développement structurants afin de revitaliser la région », souligne la fiche de presse.

La même source précise que «cette visite de terrain de 72 heures dans la région de Tahoua répond à cette exigence de proximité et d’écoute initiée par le Président de la République dès son accession à la magistrature suprême. Elle s’accompagne en même temps des réponses concrètes à apporter aux populations qui prennent la parole en toute liberté. Au cours des sept étapes qui constituent l’essentiel de ce déplacement, de Tilia à Malbaza en passant par Tébaram, Tahoua, Illéla, Bangui et Madaoua, le Chef de l’Etat délivrera le message fort de cohésion nationale, de sécurité et de développement».

Quant à l’étape de Tilia, elle porte l’empreinte d’un symbole quand on se rappelle que,le 21 mars 2021, la commune (autour des villages de Bakorat, Intazayène) a subi l’agression barbare de l’Etat Islamique ayant occasionné une centaine de victimes. « Tout comme à Tébaram (à 200 km à l’ouest de Tahoua), le Président de la République sera porteur, dans ces villes proches de la frontière malienne, d’un message de rassemblement, du vivre-ensemble et de la sécurité. Cette localité a été également la cible d’une attaque provoquant des dégâts matériels, le 6 janvier dernier», indique la fiche de presse.

D’autre part, rappelle le même document, la région de Tahoua a bénéficié d’importantes infrastructures routières avec l’inauguration le 21 octobre 2020 de la route Bagaroua-Illéla et des bretelles PK10 Dandaji-Dangona (135 km au total) ; il est à noter le lancement le 4 novembre 2020, de l’aménagement et du bitumage de la Route Dogon Doutchi-Dogonkiria-Bagaroua-Tébaram ou celles PK70-Kao Tchintabaraden et Tahoua-Abalak. Par ailleurs le tronçon Madaoua-Bouza-Keita-Tamaské, long de 140 km a été inauguré en février 2020, couplée à celle du lancement des travaux de réhabilitation et de bitumage des routes Tamaské-Tahoua (35 km) et Tamaské-Mararaba (30 km). Le Chef de l’Etat développera cette thématique de

désenclavement, grâce aux

infrastructures routières, qui concourent à la circulation des personnes et des biens.

Dans toutes ces localités, la question du développement sera à l’ordre du jour concomitamment à la sécurité et aux infrastructures. Le commerce et les échanges sont l’apanage de Madaoua et Bangui (située à 3 km de la frontière nigériane). Il sera aussi question de sécurité transfrontalière car cette dernière a notamment accueilli des déplacés en provenance des villages voisins du Nigéria. Cette région d’essence agricole, bien drainée par un réseau hydrographique est aussi propice aux projets structurants.

La stratégie de développement mise en place dans la région de Malbaza a montré l’engagement des autorités à faire de cette ville industrielle un exemple économique appelé à se diversifier : une centrale solaire de 21 000 panneaux solaires pour un coût de 16 milliards de francs CFA a été installée en novembre 2018. Dotée d’une capacité de production de 7 mégawatts elle devrait fournir de l’électricité à plus de 30 000 foyers dans les départements de Madaoua, Malbaza et Konni. Le mix énergétique devra profiter à la nouvelle cimenterie inaugurée en mars 2019 et qui produira à terme 650 000 tonnes pour un investissement de 50 milliards. Enfin, le Président de la République SEM. Mohamed Bazoum est déterminé à poursuivre cette politique de modernisation par les infrastructures.

 Assane Soumana(onep)

(Source : Services de Communication de la Présidence de la République)