Message du ministre de la Santé Publique à l’occasion de la célébration de la journée mondiale sans Tabac : Un appel à la prise de conscience sur les méfaits du tabagisme et de l’exposition à la fumée du tabac

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

A l’instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le 31 mai 2020, la journée mondiale sans tabac. A cette occasion, le ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassara  a livré un message dans lequel, il a invité l’ensemble des couches sociales, particulièrement la jeunesse, à prendre conscience des risques que font peser le tabagisme et l’exposition à la fumée du tabac sur notre bien-être.

Dans son message le ministre de la Santé Publique a précisé que cette année, la célébration de la journée Mondiale sans tabac coïncide avec la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie du coronavirus ou covid-19. Cette nouvelle pandémie, d’une rare gravité que l’humanité ait connue, continue de faire de nombreuses victimes à travers le monde en général et au Niger en particulier. Selon une revue des études par les spécialistes de santé publique en avril 2020, les fumeurs sont susceptibles de développer les complications sévères de Covid-19 plus que les non-fumeurs.

Selon Dr Idi Illiassou Mainassara, une enquête nationale réalisée par l’Institut national de la statistique en 2016, la prévalence du tabagisme au Niger est de 6,6%. Ce taux est de 10,7% chez les hommes et 1,5% chez les femmes. La même enquête révèle que la prévalence est de 7,7 %  chez les tranches d’âges de 45-64 ans. Chez les tranches d’âges 15-24 ans, elle est de 5,1%. Concernant le tabac sans fumée, la prévalence globale est de 7,8%. Chez les hommes, elle est de 9,6% et 5,7% chez les femmes. «Ces chiffres nous interpellent tous, surtout dans ce contexte de la pandémie du Covid-19», a-t-il souligné.

Pour le ministre de la Santé publique, le tabagisme est un important facteur de risque de maladies non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires, le cancer, les affections respiratoires et les diabètes. Aussi, les personnes souffrant de ces pathologies risquent davantage de faire une maladie grave si elles sont infectées par le virus de la Covid-19. Dr Idi Illiassou Mainassara a précisé que les pandémies du tabac et du covid-19 constituent les deux faces d’une même médaille et leurs conséquences, du reste, incommensurables, vont largement au-delà de la dimension sanitaire. Elles touchent tous les domaines et n’épargnent aucun secteur.

Pour ce faire, «les autorités de la 7ème République ne ménagent aucun effort en vue de faire de la santé des Nigériens la priorité de leurs priorités», a-t-il déclaré. «La pandémie du covid-19, loin d’entamer notre détermination, doit nous inciter à l’optimisme en tirant les leçons de ce triste épisode de notre histoire sanitaire tout en les transformant en opportunités», a relevé le ministre de la Santé publique.  «L’arrêt du tabagisme peut être une alternative crédible pour la réduction des risques de maladies cardiovasculaires, des maladies respiratoires, des cancers et même du covid-19 pour les fumeurs et leur entourage», a indiqué Dr Idi Illiassou Mainassara.

 Yacine Hassane (onep)