Namouno : Un ‘’petit marché’’ situé au quartier banizoumbou’’

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Situé dans un couloir, ‘’Namouno’’ est un ‘’petit marché’’ de condiments et de vivres qui s’ouvre chaque mardi. L’ouverture de ce marché remonte à plusieurs années. En effet, les premières occupantes du marché étaient des femmes venues du Burkina Faso notamment du village Namouno. La marchandise phare de ce marché à l’époque était le fameux Soumbala ‘’Namouno’’. Aujourd’hui, ce marché continue d’être animé par des femmes du Burkina auxquelles se sont jointes quelques nigériennes.  Outre le fameux soumbala, on retrouve également plusieurs autres variétés de marchandises dans ce marché comme la farine de Maïs, le riz, le miel, le beurre de karité, le tamarin, le gombo sec, la poudre de feuilles de baobab pour ne citer que cela.

A l’entrée du marché, la première chose qui accueille les clients est l’odeur forte, peu agréable, du soumbala.  Presque toutes les femmes ont ce produit sur leur plateau de marchandises. En effet, c’est une cohorte de femmes qui s’active à vendre leurs marchandises dans ce marché presque caché.  Le riz blanc, la farine de maïs d’une blancheur éclatante sont aussi captivant que l’odeur du soumbala. Divers produits sont exposés dans ce marché et vendus uniquement par des femmes.

Assise dans un couloir du marché, sur un vieux seau de peinture, Amina, croquant sa noix de cola appelle les clients à venir payer du soumbala, du gombo sec et des boules de tamarin. La sexagénaire d’un sourire franc et accueillant a confié que cela fait des années qu’elle vient vendre ces marchandises dans ce marché. « Nous amenons beaucoup de produits dans ce marché selon la période de disponibilité ».

Amina vend la tasse de gombo à 1900 FCFA, la boule de tamarin frais à 50 FCFA et le soumbala Namouno en sachet de 500 et 1000FCFA.

Elle fait partie de ces femmes qui prônent l’autonomisation de la femme. C’est ainsi que chaque mardi, elle quitte son village pour venir à Namouno, vendre divers pour se faire un peu d’argent afin de subvenir à ses besoins et contribuer ainsi à l’épanouissement de sa famille.

Elle a précisé qu’outre les produits cités ci-dessus, elle amène aussi du beurre de karité quand c’est la période, des pintades, des œufs et aussi des fruits de saison. 

Amina est entourée par d’autres femmes qui ont aussi des produits à vendre.  Non loin de l’étalage de Amina, une autre vendeuse (ayant voulu gardé l’anonymat), d’un ton enjoué a également confié qu’elle vient chaque mardi vendre du riz (soit 1200 FCFA la tasse) dans ce marché.  Et ce riz a fait savoir la bonne dame a été moissonné, vanné par ses soins.

Le marché Namouno aussi petit qu’il soit est un véritable pôle d’attraction où beaucoup de femmes vont pour se ravitailler soit en soumbala, en farine de maïs, en miel, en karité… les produits sont purement locaux et travaillés dans des conditions purement traditionnelles. Les prix ne sont point fixes et sont à discuter seul celui du miel qui se vend à 2000 FCFA le bidon de 50cl, 1000 FCFA la bouteille moyenne de whisky et 500 FCFA la petite bouteille de whisky et 250 FCFA la bouteille d’aromatique. L’important pour ces dames, c’est d’écouler leur marchandise avant la fin de la journée et ne pas rentrer bredouille chez elles.

Le seul problème du marché reste l’emplacement car situé à côté de la gare même du village Namouno et où des camions gros porteurs déchargent des marchandises provenant des pays voisins.  

Par Rahila Tagou(onep) et Omar Abdou(onep)