NigériElles : Promouvoir et valoriser l’entreprenariat féminin

Société

Ces dernières années, il y’a de plus en plus de femmes entrepreneures. Entreprendre c’est assurer sa propre émancipation et par la même occasion contribuer  au développement du pays. C’est à ce titre que Samira Ben Ousmane directrice exécutive de NigeriElles fait de la promotion de  l’entreprenariat féminin son cheval de bataille.

Alumni du Young African Leaders Initiative (Yali) Mandela Washington Fellowship, Samira est entrepreneure, formatrice et consultante passionnée de l’autonomisation économique et sociale des femmes nigériennes. Convaincue que l’entreprenariat est un levier important pour appuyer l’émancipation des femmes et leur pleine participation au développement de leur communauté, Samira Ben Ousmane a décidé avec des collègues qui partagent la même passion qu’elle, de mettre en place une association qui fait de l’accompagnement pour les femmes entrepreneures et les porteuses de projet au Niger. Son amour du travail et son dynamisme  lui ont valu le premier prix de la femme Nigérienne de l’année 2022, prix décerné par l’Ambassade des Etats Unis au Niger. 

NigériElles est une organisation à caractère associatif qui a été créée  en 2017 dont le siège se trouve au quartier recasement. Selon la Directrice exécutive Samira Ben Ousmane « NigeriElles agit sur le volet formation, accompagnement, suivi et sur la mise en relation avec des potentiels partenaires au niveau  financier et étatique pour  aider les entrepreneures à booster leur entreprise».

Elle raconte que tout a commencé à son retour de voyage des Etats Unis où elle était allée pour le  Yali ;« Je me suis dit pourquoi ne pas créer un cadre au Niger, pour les femmes entrepreneures, afin de  les aider à booster leur créativité, leur ingéniosité parce qu’elles sont créatives les femmes Nigériennes » a-t-elle confié.

Un cadre d’apprentissage pour les femmes entrepreneures

NigériElles fait de la formation et l’accompagnement des entrepreneures et des porteuses d’idées. Pour la formation, la directrice a expliqué qu’en premier lieu, il y’a un programme incontournable qu’elles doivent suivre, il s’agit du programme de leadership et de développement personnel. « Il faut commencer par un travail de confiance en soi, il faut que la femme prenne conscience et se dise qu’elle aime ce qu’elle  fait, qu’elle veut et peut le faire aussi », a-t-elle martelé.

 Ensuite, selon la jeune dame, il y’a des formations professionnalisantes c’est-à-dire quand la femme décide d’aller dans la transformation agro-alimentaire, à NigeriElles il y’a  un programme d’accompagnement  pour pouvoir perfectionner  son travail.

Cependant, a ajouté Samira Ben Ousmane, à part les formations professionnalisantes, il y’a des séances de suivi de mentorat et la mise en relation avec les partenaires pour que chaque femme ne se sente pas seule.

L’accompagnement se fait en plusieurs étapes. « Pour les  porteuses  d’idées, celles qui ont juste une idée, on leur montre comment  l’entreprise doit  être montée,  on leur dit tous les chalenges, les opportunités et les avantages  de l’entreprenariat et on fait des formations en création  d’entreprise gestion marketing. Nous avons des formateurs qui sont là pour  apprendre aux femmes comment il faut transformer, par exemple, le citron en confiture, comment transformer le riz  etc…», a dit la jeune dame.

Entre autres difficultés, Samira Ben Ousmane estime que l’écosystème entrepreneurial n’est pas du tout favorable et  pas que  pour les femmes mais aussi pour les jeunes. « On a un ministère d’entreprenariat des jeunes, un ministre du commerce, mais on ne sent pas réellement l’aide que l’Etat doit apporter aux structures comme la nôtre, nous avons besoin de plus d’accompagnement, de soutien de l’État et des partenaires techniques comme financiers », a souhaité la directrice exécutive de NigeriElles. Son vœu est que  chaque femme soit autonome,  et ne soit pas réduite à quémander, que ça soit dans les rues ou  au sein du foyer.

Nigerielles possède une boutique 100% produits de l’entreprenariat féminin. Cela constitue une aubaine pour les femmes entrepreneures dont leurs  produits y sont exposés.  Nafissa Omar Farouk est une jeune promotrice de produits cosmétiques. Ses produits sont en vente à NigeriElles, une occasion pour elle de se faire connaitre au grand public. « Avec NigeriElles, on a eu droit à plusieurs formations en terme de gestion, d’hygiène ; en cas d’opportunités NigeriElles fait appel à  nous, pour nous aider à avancer dans nos entreprises ».

Aminatou Seydou Harouna(onep)