Nouvelle plaque d’immatriculation automobile : Les ré-immatriculations sont presque terminées sur toute l’étendue du territoire

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Repoussée plusieurs fois de suite, la date butoir pour se conformer à la ré-immatriculation des véhicules n’a pas fait l’objet de renouvellement par les autorités en charge des transports alors même qu’elle arrivait à échéance le 31 décembre2020 à minuit. De l’avis des responsables en charge de ce dossier, la plupart des utilisateurs se sont conformés aux nouvelles règles de la circulation routière au Niger en se procurant la nouvelle carte grise numérique. Le taux de ré-immatriculation est donc très élevé et frôle les 100% à Niamey tout comme à l’intérieur du pays. Après plusieurs vagues successives de mobilisation des usagers, le guichet unique automobile peut souffler de nouveau et travailler à un rythme normal.

Pour les responsables des transports trouvés sur le site du guichet unique automobile, l’opération de ré-immatriculation des véhicules et des motocyclettes est un succès total dans la mesure où, selon les estimations, seulement moins de 3% des engins en circulation ne possèdent pas encore la nouvelle carte grise numérique. Cela se confirme par des observations aux heures de pointe pendant lesquelles il est de plus en plus difficile de trouver les anciennes plaques d’immatriculation dans la circulation. Les utilisateurs se sont conformés à la loi après moult résistances suite à la fermeté des autorités des transports et les différentes rafles organisées par la police routière appuyée souvent par la Garde Nationale et la Gendarmerie.

Selon les responsables en charge de la ré-immatriculation et des nouvelles immatriculations des véhicules et motocyclettes, le fait que les automobilistes se soient retirés à l’annonce du délai supplémentaire accordé par les autorités en charge des transports, n’a pas empêché qu’ils reviennent progressivement pour se conformer à la loi. «Si vous regardez dans la circulation, au moins 9 véhicules sur 10 ont la nouvelle plaque. Sur la base de ce constat, on peut dire que nous sommes presque à la fin des ré-immatriculations. C’est ce qui fait qu’il n’y a pratiquement rien ici», explique M. Ali Hamadou, Chef par intérim du service d’immatriculation.

A l’intérieur du pays aussi, il ne reste presque pas d’anciennes plaques d’immatriculation à changer, assurent les cadres des transports trouvés surplace. La situation dans ces régions du Niger «n’est pas du tout inquiétante», assure M. Moussa A. Amadou, Chef du service intérieur au guichet unique automobile. «La quasi-totalité des automobilistes se sont conformés à la règlementation et ont pris la nouvelle plaque. Aujourd’hui, je traite moins de 100 dossiers par jour pour l’ensemble des 7 régions de l’intérieur, en ré-immatriculation et nouvelles immatriculations.

Auparavant c’était des centaines de dossiers», relève M. Moussa A. Amadou. Le manque d’affluence en ces jours permet aux usagers d’être en possession de leurs nouvelles plaques dans la même journée, à condition de régler tous les frais dans la matinée, précise-t-il.

 Souleymane Yahaya(onep)