Rencontre d’échanges avec les Partenaires Techniques et Financiers sur la contribution à la participation du Niger à la COP26 : Assurer une participation active et de qualité de la délégation du Niger à cet événement mondial

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La ministre de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification, Mme Garama Saratou Rabiou Inoussa a présidé hier à Niamey, la cérémonie d’ouverture de la rencontre d’échanges avec les Partenaires Techniques et Financiers sur la contribution à la participation du Niger à la 26ème Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP26). Cette rencontre à laquelle notre pays est Partie prenante se tiendra du 31 octobre au 12 novembre 2021 à Glasgow en Ecosse, sous l’organisation conjointe du Royaume-Uni et de l’Italie.

Dans la droite ligne de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, la 26ème Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP26) a, selon la ministre de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification, pour objectif principal de convenir d’un résultat global, ambitieux et équilibré, qui fait avancer une action climatique coordonnée au plan mondial. Elle comportera plusieurs segments dont entres autres : le Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement du 1er au 2 novembre 2021 ; le dialogue ministériel de haut niveau la deuxième semaine de la COP, les sessions de négociations tout le long de la rencontre et beaucoup d’autres évènements parallèles. La tenue de cet événement d’importance planétaire se tient, a rappelé Mme Saratou Garama Rabiou Inoussa, autour de quatre enjeux majeurs. Il s’agit dans un premier temps d’amener les pays développés à respecter les promesses faites aux pays en développement, en particulier celle de mobiliser 100 milliards de dollars par an pour le financement de la lutte contre les changements climatiques à l’horizon 2020 ; d’arriver aussi à conclure les négociations sur certains points pour permettre pleinement la mise en œuvre de l’Accord de Paris, notamment : les modalités de mise en œuvre des mécanismes de marché carbone (article 6 de l’Accord de Paris), le renforcement du niveau d’ambition nécessaire pour atteindre les objectifs de cet accord (2°C voire 1,5°C à la fin de ce siècle) , aborder également l’urgence climatique et élaborer un calendrier commun de révision des futures contributions déterminées au niveau national (CDN) ; Amener les pays Parties à accepter de réduire leurs émissions des gaz à effet de serre et faire preuve d’une plus grande ambition en ce qui concerne l’atténuation, le financement de l’adaptation et le renforcement de la résilience aux effets des changements climatiques et Faire en sorte qu’aucune voie ou solution ne soit laissée de côté pour la lutte contre les changements climatiques, en catalysant l’engagement de toutes les parties prenantes (les gouvernements, les entreprises, la société civile et les autres acteurs non étatiques) et en accélérant leur collaboration, pour réaliser nos objectifs climatiques plus rapidement afin de combler le fossé entre atténuation et adaptation (résilience).

En vue d’assurer une participation de qualité du Niger à la COP26, a-t-elle fait savoir, un comité multi-acteurs a été mis en place avec, entre autres missions de :  définir une feuille de route pour la participation ; organiser des réunions d’échanges entre et avec les parties prenantes pour la préparation des évènements parallèles ; proposer l’organisation et la composition de la délégation ; œuvrer pour la mobilisation des ressources financières nécessaires à la préparation de la participation du Niger à la COP26.

 Aïchatou Hamma Wakasso(onep)