Revue annuelle conjointe du sous-secteur du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage 2019 : Apprécier les efforts accomplis dans la mise en œuvre des programmes stratégiques de l’Initiative 3N 

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Les cadres du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, les partenaires techniques et financiers de ce sous secteur, ainsi que des acteurs issus d’autres institutions, projets et programmes intervenant dans le plan d’action 2016-2020 des programmes stratégiques 1, 3 et 4 de l’Initiative 3N, sont depuis hier matin réunis, à Niamey, pour la revue annuelle conjointe du sous-secteur de l’Agriculture et de l’Elevage. Cette revue qui durera deux jours intervient quelques mois avant la fin du plan d’action 2016-2020 de l’initiative et à un an de la fin de mise en œuvre du Plan de Développement Economique et Social 2017-2021. Elle se tient également dans un contexte sécuritaire et sanitaire préoccupant qui pourrait avoir un impact réel dans la mobilisation et l’allocation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre des programmes stratégiques qui concourent à l’atteinte des cibles de l’Initiative 3N. C’est le ministre délégué à l’Elevage M. Ali Gonki qui a présidé l’ouverture des travaux en présence de la représentante du Chef de file des partenaires techniques et financiers du sous-secteur de l’Agriculture et l’Elevage, Mme Roza Willem.

L’objectif de cet exercice annuelle est de préparer la contribution du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage à la réalisation du secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et au développement agricole durable ; d’apprécier l’application des recommandations/actions de la revue précédente et des mesures prises pour le sous-secteur ; d’évaluer et d’analyser la performance du sous-secteur en 2019. En ouvrant les travaux de cette rencontre, le ministre délégué à l’Elevage a précisé que la revue favorisera l’inclusion et l’alignement de tous les acteurs dans la mise en œuvre de la politique sectorielle. En effet, la méthodologie adoptée par le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage pour la réalisation de cette revue conjointe 2019 repose essentiellement sur la démarche inclusive et participative afin d’engager toutes les structures du ministère, les ONG, le secteur privé, les collectivités et les partenaires techniques qui participent à la mise en œuvre de l’initiative 3N.

Ainsi, sous le pilotage d’un comité de coordination, le processus a été marqué par des sessions de renforcement des capacités, la collecte de données auprès de différents acteurs, des missions de collecte d’informations et de partage en régions, des réunions de concertations et de sensibilisation ainsi que des retraites pour consolider, mettre en cohérence les données collectées et rédiger le rapport de la revue. «Le comité de coordination, a par ailleurs identifié des thématiques majeures qui constituent des contraintes et ou des priorités pour le sous-secteur qu’il convient de mettre en exergue afin de nourrir les réflexions sur les modalités de leur prise en charge», a précisé le ministre délégué à l’Elevage.

Pour sa part, la représentante du chef de file des partenaires techniques et financiers du sous-secteur de l’Agriculture et de l’Elevage a relevé que les documents de la revue annuelle que le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a bien voulu partager avec les partenaires ont mis en lumière les résultats appréciables que le sous-secteur de l’agriculture et de l’élevage a accompli en 2019 en matière de pilotage et administration de la politique du ministère, et de développement des productions végétales et animales. Mme Roza Willem a en outre demandé à tous les acteurs du sous-secteur de l’Agriculture et de l’Elevage de redoubler d’efforts pour non seulement satisfaire les besoins de plus en plus importants de la population, mais aussi faire face aux défis du moment en l’occurrence la résilience des producteurs ruraux face au changement et aux risques climatiques, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables dans ce contexte sécuritaire et sanitaire lié à la pandémie à coronavirus ou COVID 19.

Ces efforts, a dit la représentante du chef de file des partenaires techniques et financiers, vont particulièrement dans le sens de la mobilisation des ressources propres, car les financements extérieurs constituent encore une part importante dans le budget global du secteur : 57 milliards de FCFA, soit 81% du budget. En tout état de cause, Mme Roza Willem a rassuré le gouvernement sur le fait que les partenaires techniques et financiers restent entièrement disposés à renouveler leur engagement non seulement dans la mise en œuvre des programmes 1, 3 et 4 du plan d’action de l’initiative 3N, mais aussi dans le cadre de la mise en œuvre des reformes en cours dans les secteurs des intrants et du foncier, dans la promotion des nouvelles technologies de l’information et la communication appliquées à l’agriculture.

 

Hassane Daouda(onep)