Symposium de haut niveau des 1ères Dames et des ministres de la santé d’Afrique sur le cancer: La communauté politique continentale impliquée dans le combat contre la maladie  

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

En marge du 33ème Sommet de l’UA, le ministère de la Santé Publique du Niger en collaboration avec la Fondation Tattali Iyali et en partenariat avec l’OMS, l’UNFPA, GAVI et l’Alliance des Ligues Francophones, Africaines et Méditerranéennes de lutte contre le cancer (ALIAM), ont organisé un symposium sous le thème : ‘‘Le fardeau du cancer en Afrique’’. Mobiliser la communauté politique continentale sur la lutte contre le cancer, tel est le principal objectif de ce symposium. Cette rencontre qui s’est ténue au Palais des Congrès de Niamey, a vu la présence de quelques 300 participants dont des hautes personnalités (Chefs d’Etats, parlementaires, Premières Dames), des experts, des acteurs de la société civile, des représentants du secteur privé, des institutions de recherche, les Organismes des Nations Unies, les Partenaires techniques et financiers, etc. Plusieurs interventions ont marqué cette journée de samedi 6 juillet 2019. Dont celles du Président de la République du Niger Issoufou Mahamadou, du  Président de la République du Burkina Faso, Marc Christian Kaboré et du président  tchadien Idriss Déby Ithno.

 

 

Lors de leurs communications les différents Chefs d’Etat ont décliné les efforts que leurs gouvernements ont faits dans le cadre de l’amélioration de la santé publique en général et dans  la lutte contre le cancer, dans leurs pays respectifs. Le président de la République, SEM Issoufou Mahamadou a d’abord fait un commentaire général. « Au Niger, nous considérons que la santé est une question essentielle. Investir dans la santé, c’est investir dans le développement économique et social. Parce que des citoyens en bonne santé, sont des citoyens productifs et compétitifs. C’est pour cette raison que le Programme de Renaissance, que je mets en œuvre, depuis huit ans, fait de la santé une de ses huit priorités », a indiqué le Chef de l’Etat. Depuis huit ans, chaque année, c’est 10%  des ressources budgétaires nationales qui sont investis dans le secteur de la santé au Niger, selon le président Issoufou. « Notre objectif c’est la couverture sanitaire universelle. Ce qui nous a permis de faire plusieurs réalisations dans ce secteur », a indiqué le Chef de l’Etat. Il a décliné par la suite quelques-unes d’entre elles dont la réalisation de deux hôpitaux de référence à Niamey et à Maradi, la réalisation des districts sanitaires, des Centres de santé intégrés (CSI) de type II, l’équipement des centres médicaux en matériels et en médicaments, le recrutement de plusieurs agents de santé, le renforcement des tableaux techniques des hôpitaux etc. Le président Issoufou a annoncé les prochaines réalisations des hôpitaux de référence à Tahoua et à Zinder.

Evoquant la question du cancer, le président Issoufou a déclaré qu’il est un véritable problème de santé publique. « C’est pour cela que nous avons décidé de mener une véritable guerre contre le cancer. Nous avons notamment construit, à Niamey, un important centre national de lutte contre le cancer à Niamey, ce centre à l’ambition de couvrir toute la sous-région », a indiqué le président Issoufou.

Intervenant à leur tour, les président burkinabé et tchadien ont, chacun de son côté décliné les multiples actions entreprises dans leurs pays pour combattre le cancer. Il s’agit des actions de prévention à travers notamment la sensibilisation, la création des hôpitaux et des centres de santé, le recrutement et la formation du personnel de santé, l’achat des médicaments, la prise en charge des examens relatifs au cancer en particulier et la prise en charge sanitaire gratuite des mères et des enfants, etc. Le cancer est un fléau mondial, mais les pays à faible revenus, parmi lesquels sont classés les pays africains, paient le plus lourd tribu pour cette pandémie. En effet, selon l’OMS, 7,6 MILLIONS (soit 13%) de décès liés au cancer ont été enregistrés en 2016, dont plus de 70% de ces décès sont survenus dans les pays à faibles revenus ou à revenus intermédiaires. Et moins de 25% des patients atteints de cancer en Afrique ont accès à la radiothérapie.

Notons enfin, qu’en marge de ce symposium, le président de la République Issoufou Mahamadou a accordé une série d’audiences, dans la salle VIP du Palais des Congrès. Ainsi, le Chef de l’Etat s’est entretenu, respectivement avec  le président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat, la Vice-Secrétaire Générale de l’Organisation des Nations Unies, Mme Amina Mohamed et le commissaire au commerce et à l’industrie de la Commission de l’Union africaine, S.E Albert M. Muchanga.

Mahamadou Diallo(onep)