Vulgarisation et validation des guides “Champs des école agropastoraux”, à Maradi : Internaliser les bonnes pratiques pour améliorer la production agricole

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a organisé le mercredi 18 mai 2022 à Maradi, un atelier de vulgarisation des guides des champs école agropastoraux. C’est le Secrétaire général Adjoint du Gouvernorat de Maradi, M. Ousmane Kouré Jackou qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cet atelier.

Les Champs Ecole des Producteurs (CEP), rappelle-t-on, est une innovation de pointe, qui fait partie des contributions les plus fondamentales de la FAO sur le terrain depuis un quart de siècle. Les premiers CEP ont été lancés en Asie à la fin des années 80. Ces CEP existent aujourd’hui dans plus de 100 pays et ont contribué au renforcement des compétences de plus de quatre millions de paysans, de pasteurs et de pêcheurs dans le monde.

Dans son discours à l’ouverture de l’atelier, le Secrétaire général Adjoint du Gouvernorat de Maradi a indiqué que cet atelier de vulgarisation des guides champs écoles agropastoraux s’ouvre opportunément en pleine préparation de la campagne agricole 2022. M. Ousmane Kouré Jackou a rappelé que le Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) a été élaboré avec l’appui de la Banque Mondiale et du Centre d’investissement de la FAO afin d’accroitre la productivité agricole et la résilience à la sécheresse des

systèmes de production agro-sylvo-pastoraux au niveau des ménages et communautés cibles et d’améliorer les capacités du Gouvernement du Niger à répondre promptement et efficacement à toute situation de crise ou d’urgence éligible.

Monsieur Ousmane Kouré Jackou a précisé que l’assistance technique de la FAO au PASEC a prévu un appui pour définir avec les institutions gouvernementales et les parties prenantes le processus et les mécanismes de fonctionnement pour assurer l’intégration de l’approche CEAP dans les politiques et les programmes nationaux pour assurer une durabilité à la fin du projet. «A cet effet, une feuille de route vient d’être aussi élaborée dont l’une des actions est la tenue des ateliers régionaux pour diffuser ces guides», a-t-il-rassuré. Le SGA de la région de Maradi a enfin exprimé la gratitude du gouvernement de la 7ème République à la Banque Mondiale et à la FAO, pour avoir financé ce projet.

Selon Elhadj Maazou Ranaou, Expert Agronome FAO, les activités proposées dans le cadre des CEP sont fondées sur les méthodes éducatives non formelles destinées aux adultes, qui permettent d’apprendre grâce à l’expérience directe, en intégrant des données scientifiques aux systèmes de connaissances locaux. «C’est donc fort de ces expériences que la FAO poursuit son appui au gouvernement du Niger à travers plusieurs projets mis en œuvre», a-t-il dit. Elhadj Maazou Ranaou a indiqué que c’est pour renforcer cette expérience des champs Ecoles des Producteurs que la FAO apporte à travers le présent projet, une assistance technique (Crédit IDA N°5830, UTF/NER/059/NER) à l’exécution du Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux Risques Climatiques (PASEC) dans les cinq domaines.

Il s’agit, à travers ce projet, d’aller vers le renforcement méthodique et l’institutionnalisation de l’approche Champs Ecoles Agropastoraux ; la mise en place des clubs d’écoute Agriculture Intelligente face au climat (AIC) sur la base de l’approche des clubs Dimitra de la FAO et l’institutionnalisation de cette approche ; l’identification et la préparation de sous projets productifs d’agriculture intelligente face au climat par le biais de l’outil Rural lnvest ; l’évaluation du bilan carbone des plans d’investissements communaux pluriannuels portant sur l’Agriculture intelligente face au climat et des sous projets productifs avec l’outil «EX ante carbone balance tool»; et la mise en place d’un système E-Voucher.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi