100 jours du Président Mohamed Bazoum : Le bilan diplomatique et de coopération

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Une diplomatie de développement résolument orientée vers la mobilisation des ressources et un engagement plus prononcé en faveur d’une solidarité africaine et internationale. C’est le constat qui se dégage de la toute première participation du Président de la République, SE Mohamed Bazoum au sommet sur le financement des économies africaines, le 18 mai dernier à Paris (France). Une participation remarquée du nouveau Chef de l’Etat nigérien qui s’est fait entendre à travers un plaidoyer pour que les pays riches opèrent « une réallocation de DTS qu’ils ne vont pas’ utiliser en faveur des pays pauvres et cela, dans le but d’accroitre leurs capacités de mobilisation des ressources auprès du FMI ». Il a également formulé les vœux de mobiliser 400 milliards de dollars pour les économies africaines pour faire face en partie aux effets économiques de la pandémie de la COVID 19. La rencontre de Paris donne ainsi suffisamment une idée de ce à quoi s’attèlera la politique extérieure du Niger pour le présent quinquennat. Une diplomatie, domaine réservé du Président de la République, qui sera conduite « de main de maitre » par son Chef, le ministre d’Etat  Massoudou Hassoumi qui a déjà l’avantage et la confiance du Chef de l’Etat et l’atout de connaitre la situation de la défense et de la sécurité, deux  portefeuilles qu’il a tenus dans les précédents gouvernements. Oui un atout, puisque la politique extérieure et de coopération de notre pays se jouera en toile de fond sur non seulement la mobilisation des ressources extérieures pour le financement économique et social mais aussi le soutien au domaine de la défense et de la sécurité. Le 19 mai dernier, le ministre d’Etat Massoudou Hassoumi a lui aussi donné le ton au débat du Conseil de Sécurité sur la paix et la sécurité internationale en appelant à une reforme indispensable dudit Conseil pour une pleine représentation de l’Afrique avec au moins deux sièges permanents et un statut unique pour tous les membres permanents notamment au niveau du droit de veto. Sur le même chapitre diplomatie sécuritaire, le Président de la République SE M. Mohamed Bazoum participait, par visioconférence, au débat présidentiel du même Conseil de Sécurité de l’ONU sur le thème « Enfants et conflits armés. La participation du Chef de l’Etat à cette conférence était cruciale eu égard à l’expérience du Niger dans la gestion des crises sécuritaires qui secouent le pays mais aussi parce que le Président de la République Mohamed Bazoum s’est engagé,  depuis son élection à la tête du pays, à assurer à tous les enfants nigériens un avenir éducatif digne de ce nom à travers l’école.

A travers sa personne tout comme à travers son ministre des Affaires Etrangères ou d’autres démembrements de l’administration diplomatique,  le Président Mohamed Bazoum a tenu à prendre part et à exercer ses prérogatives sur la scène internationale malgré le contexte limitant de la pandémie de Covid 19. Au niveau régional, à travers la CEDEAO, le leadership de notre pays s’est exercé par la vive voix du Niger dans la transition malienne, et sur le plan économique au niveau de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine. Ainsi lors du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEDEAO sur le Mali, à Accra (Ghana), la présence de notre pays était déterminante à travers la personne du Chef de  l’Etat, SE Mohamed Bazoum pour déterminer la voie à suivre au Mali suite à l’arrestation, la détention, puis la démission du Président  de la transition et de son  Premier ministre  le 26 mai 2021. Le Niger est en effet partie prenante et médiateur dans la gestion du dossier transition au Mali, pays avec lequel il partage plus que jamais un destin sous régional commun.  Toutes les décisions prises dans le processus de transition malienne ont été marquées par l’inestimable contribution de notre pays et le Chef de l’Etat a continué d’ailleurs, hors sommet de la CEDEAO, à  rencontrer les acteurs du processus qu’il a reçus au Niger. La diplomatie sécuritaire, c’est aussi le G5 Sahel. Le 23 avril 2021, ses pairs Chefs d’Etat membres ont nommé le Président Mohamed Bazoum, Facilitateur dans le dossier transition politique au Tchad, suite à la disparition subite du Président Idriss Déby Itno. Une autre grande responsabilité dont notre pays, à cause de sa position charnière au Sahel-Sahara, se trouve investi. C’est ainsi que sur cette question tchadienne, notre pays prenait part, au plus haut niveau, le 26 mai 2021 au Sommet de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) pour faire le point sur la transition tchadienne mais aussi aborder certaines questions concernant la paix, la sécurité et le développement au Tchad en particulier et dans le Bassin du lac Tchad en général.

Sur le plan coopération bilatérale, le nouveau Président du Niger n’a pas dérogé à la tradition en réservant sa première visite officielle d’amitié à Abuja au Nigeria, le 19 avril 2021. Avec son homologue nigérian Muhammadu Buhari, ils ont eu des entretiens fructueux dans tous les domaines de la coopération et l’état des relations entre les deux peuples brassant les meilleures relations au monde le long de plus de 1500 km de frontières.

La deuxième visite bilatérale était quant à elle consacrée, un mois plus tard par le Président de la République, au Grand-Duché de Luxembourg. Ce pays de l’Europe est un grand ami du Niger. La coopération entre les deux pays remonte au 12 juillet 1995, avec la signature d’un accord-cadre de coopération, suivie de trois programmes indicatifs de coopération (PIC), exécutés au profit des populations nigériennes. Depuis lors, la coopération nigéro-luxembourgeoise se porte à merveilles. Sur le plan bilatéral, l’Allemagne et la France, deux grands partenaires du Niger ont constitué la 3ème destination du Président de la République Mohamed Bazoum qui était à Berlin et à Paris du 7 au 9 juillet 2021.

Au niveau ministériel, le Niger a aussi marqué sa présence diplomatique dans des rencontres d’importance comme la Coopération au « Forum diplomatique d’Antalya », en Turquie, du 18 au 20 juin 2021,  sur le thème « Diplomatie innovatrice : nouvelle ère, nouvelles approches ». Le ministre d’Etat Massoudou Hassoumi a brillamment participé au panel de discussion sur la perception du terrorisme dans le monde et les moyens de lutte contre ce phénomène. Sur le même thème de la diplomatie sécuritaire, le ministre d’Etat était également du 28 au 29 juin à Rome en Italie, à la réunion ministérielle de la Coalition globale anti-daesh. Bref, excusez du peu, c’est là quelques actions sur le plan extérieur depuis l’arrivée du Président Mohamed Bazoum à la tête de l’Etat, actions auxquelles il faut ajouter la mobilisation concrète des ressources extérieures à travers plusieurs importantes conventions de prêts et financements des partenaires bi et multilatéraux. Comme le disait le Premier ministre SE M. Ouhoumoudou Mahamadou dans sa DPG, « En ce qui concerne la mobilisation des ressources extérieures, l’accent sera mis sur l’amélioration des capacités

d’absorption de l’économie et le renforcement de la coopération au développement ». Du reste le Premier ministre a lui aussi joint l’acte à la parole en rencontrant à plusieurs reprises les partenaires membres du Corps diplomatique accrédités dans notre pays et les différents partenaires financiers et bailleurs des fonds des projets de développement pour définir, redéfinir, orienter et concrétiser leurs différentes politiques de coopération et d’intervention dans notre pays.

Par Mahaman Bako(onep)