3ème réunion virtuelle des ministres des Affaires Etrangères des pays membres du G5 Sahel : Faire le bilan de la mise en œuvre de la feuille de route de N’Djamena

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre délégué chargé de l’Intégration Africaine, M. Youssouf Mohamed Elmouctar participé, hier dans l’après midi par visioconférence, à la 3ème réunion virtuelle des ministres des Affaires Etrangères des pays membres du G 5 Sahel, organisée par Coalition internationale pour le Sahel. La réunion présidée par le haut représentant de la Coalition pour le Sahel, M. Djimé Adoum vise essentiellement à dresser un état des lieux de la mise en œuvre des engagements contenus dans la feuille de route de N’Djamena de février 2021.

En introduisant cette réunion, le Haut le représentant de la Coalition pour le Sahel, M. Djimé Adoum a estimé que les pays membres du G 5 Sahel doivent redoubler d’efforts dans la lutte contre le terrorisme, avec la perspective de la reconfiguration des Forces françaises sur le terrain. Il a aussi insisté sur la mise en œuvre des quatre (4) piliers majeurs contenus dans la feuille de route de N’Djamena qui a été adoptée le 19 mars 2021.

Pour sa part, le ministre délégué, chargé de l’Intégration Africaine, M. Youssouf Mohamed Elmouctar a rappelé que la feuille de route avait fixé des jalons clairs pour chacun des quatre piliers de la Coalition internationale pour le Sahel, en vue notamment d’assurer la redevabilité mutuelle des acteurs, à travers la mise en place de dispositifs de suivi. Au Niger, ce dispositif est présidé par le Premier ministre au regard de l’importance accordée au respect des engagements contenus dans la feuille de route. D’ores et déjà, a dit le ministre Youssouf, un état des lieux des différents projets s’inscrivant dans le pilier 3 de la Coalition pour le sahel a été fait par des équipes techniques, sous la présidence de la Haute autorité à la consolidation de la paix (HACP).

Par ailleurs, l’opération «Taanli» lancée le 10 juin 2021, qui a réuni les forces nigériennes et burkinabè et qui s’est soldée par la neutralisation de plusieurs centaines de terroristes dans la zone dite des «trois frontières», est un exemple d’actions concrètes à pérenniser, d’autant plus qu’elle entre dans le cadre de l’opérationnalisation du pilier 1 de la Coalition Sahel. En outre, la montée en puissance de la Task Force européenne Takuba, symbolisée par des missions d’accompagnement sur le terrain ainsi que la ré-articulation du dispositif militaire français dans la région, actée officiellement lors de la 5ème session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etats du G 5 Sahel du 9 juillet 2021, peuvent grandement contribuer, à terme, à l’atteinte des objectifs du pilier 2, c’est-à-dire l’autonomisation et l’appropriation stratégique de la lutte contre le terrorisme par les armées sahéliennes; «à condition, toutefois que dans le même temps, certaines capacités «rares» tels que l’appui aérien et le renseignement électromagnétique soient maintenues et consolidées au profit de nos armées», a relevé le ministre délégué chargé de l’Intégration Africaine.

M. Youssouf Mohamed Elmouctar devait aussi souligner que le Niger enregistre des avancées significatives dans le cadre de l’opérationnalisation du pilier 3 de la Coalition pour le Sahel dont entre autres, la réinstallation des déplacés internes du canton d’Anzourou en mai 2021, dans la région de Tillabéri et celle d’environ 5.935 personnes ressortissantes de la localité de Baroua (Région de Diffa). Ce programme pilote concerne aussi 19 autres villages environnants et visera aussi à terme le rapatriement d’environ 130.000 déplacés de la région de Diffa vers l’Etat de Borno au Nigeria. Le ministre délégué a exhorté les partenaires bilatéraux et multilatéraux à financer les projets de développement prévus dans le cadre de la réalisation du pilier 4 avant de souhaiter que la maitrise d’ouvrages des projets entrant dans la mise en œuvre des piliers 3 et 4 de la Coalition pour le Sahel soit assurée par des entités publiques.

Au cours de cette réunion, les commissaires de la CEDEAO ont fait des exposés détaillés sur la situation au Mali et au Tchad.

Hassane Daouda(onep)