Célébration de la fête du 1er mai 2022 par la CNT : Une vingtaine de militants chevronnés et partenaires distingués par la Centrale Syndicale

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Dans le cadre de la célébration de la fête du 1er mai ou fête du travail qui a coïncidé, cette année avec celle du Ramadan, la Confédération Nigérienne du Travail (CNT), a tenu à organiser des festivités, à son siège à Niamey. Allocutions, remise des témoignages officiels de satisfaction, animations culturelles, échanges et débats étaient au menu de cette célébration. La CNT qui revendique une cinquantaine de syndicats affiliés, a décliné ses doléances et a appelé au respect des différents protocoles signés entre le gouvernement et l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN), qui regroupe la Confédération Générale des Syndicats Libres du Niger (CGSL-Niger), la Confédération des travailleurs du Niger (CNT), l’Union Syndicale et Progressiste des Travailleurs (USPT) et l’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger (USTN).

Après avoir rappelé l’importance de la journée du 1er mai, pour les travailleurs, sur le plan international, le Secrétaire général de la CNT, M. Halidou Mounkaïla a indiqué, que cette date est pour la CNT, l’occasion de se prononcer sur la vie de la nation, de faire l’état des lieux de son parcours, de décliner ses doléances mais aussi d’honorer ses militants qui se sont distingués dans leur corporation ainsi que ses nombreux partenaires qui l’accompagnent.

Le SG de la CNT a décrit le contexte dans lequel se tient cette fête de travail. M. Halidou Mounkaïla a ainsi dénoncé ‘‘les licenciements collectifs imposés aux travailleurs et même des responsables syndicaux, la politisation de l’administration, la corruption, la concussion, les détournements des deniers publics, la gabegie ainsi que l’insécurité qui prévaut dans plusieurs localités de notre pays. «La CNT s’efforce d’atteindre, sans relâche avec les autres forces vives de la nation, le retour de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national ; la mise en œuvre d’une gouvernance politique fondée sur le respect des droits humains, l’émergence d’un Etat efficace, qui assure la croissance économique élevée et stable, qui fournit des biens publics et une protection sociale, qui améliore les capacités de chacun par un accès universel aux services sociaux et qui favorise l’égalité entre hommes et femmes et la restauration d’une école de qualité», souligne le SG de la CNT. Il a ensuite assuré que ladite centrale ne ménagera aucun effort pour garantir et promouvoir les droits de tous les travailleurs ‘‘dans un contexte difficile d’insécurité, de pauvreté’’. Halidou Mounkaïla a par ailleurs, appelé les autorités politiques à s’atteler au travail, ‘‘afin de mériter la confiance en elles, placée par le peuple, de lui venir en aide dans les domaines de la sécurité, de l’alimentation, de l’éducation, de la santé et de l’emploi’’.

Lors de cette célébration,

plusieurs personnes ont été distinguées à travers des témoignages de satisfaction pour services rendus à la nation mais surtout à la CNT. Notons que pour cette année, l’ITN a soumis au ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale, un cahier commun de doléances en 16 points. Pour ses revendications, l’ITN exige notamment l’harmonisation de la grille salariale ; la construction des logements sociaux par l’Etat au profit des travailleurs avec prélèvements à la source ; la révision de la liste des tableaux des maladies professionnelles en tenant compte de la COVID-19 et autres maladies émergentes ; l’extension de la Sécurité et Santé au Travail à la Fonction Publique ; l’état des lieux de la bancarisation des agents de l’Etat ; l’accélération du processus d’adoption du nouveau statut général de la fonction publique de l’Etat et sa mise en œuvre ; la mise en œuvre de la fonction publique territoriale ; la révision du décret déterminant le montant des frais de mission alloués aux agents de l’Etat de façon à rétablir l’équité entre les agents.

Mahamadou Diallo(onep)