Éducation : Les internats GRYK-Yara LNC, 15 ans d’actions en faveur de l’éducation des jeunes issus des milieux défavorisés

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’éducation et la formation des jeunes sont essentielles pour le développement du Niger, un pays sahélien, vaste qui affiche un taux de croissance démographique élevé. Le 30 avril 2021, lors de la rencontre de présentation de la Politique Educative aux Partenaires techniques et Financiers et aux Partenaires Sociaux, le Président Mohamed Bazoum, disait : «L’éducation ne doit pas être une affaire des enseignants et de l’Etat. C’est une affaire de toute la société. Et nous devons trouver les formules qui nous permettent de mettre en place les modalités d’une implication encore plus consistante des communautés». Si de nombreux jeunes Nigériens ont la chance d’être pris en charge, sur tous les plans par leurs parents, tel n’est pas le cas des milliers d’autres qui sont hébergés et pris en charge par des structures d’accueil des jeunes défavorisés et/ou en difficultés. C’est dans ce cadre que des orphelinats et autres structures d’accueil ont vu le jour. C’est le cas de l’association Yara LNC qui a bien compris et assimilé ce besoin de venir en aide aux Nigériens démunis. Depuis 15 ans, cette structure fait preuve d’un engagement actif et salutaire dans ce secteur social de base.

La pauvreté, le mariage précoce endémique au Niger et les pressions familiales représentent des freins à la scolarisation, en particulier des filles. C’est pour aider les familles et les jeunes à faire face à ces situations que les internats GRYK-Yara de Zinder, Niamey et Takiéta ont vu le jour.

Création d’internats, prise en charge des écoliers, des élèves et des étudiants, transports, fournitures scolaires, formation professionnelle, etc, Yara LNC et ses partenaires, ne ménagent aucun effort pour appuyer l’Etat Nigérien dans cette tâche régalienne, celle d’instruire et de former les jeunes nigériens, qui constituent aujourd’hui la couche majoritaire de notre pays. Créée en novembre 2006, l’association Yara LNC, en collaboration avec Guidan Raya Yaran Karkara (GRYK), initie et mène des actions, des activités et des réalisations au profit de l’éducation des jeunes nigériens. Cette année Yara LNC fête ses 15 ans d’action et donc sa 15ème rentrée scolaire.

Tout a commencé au mois de novembre à Zinder (2ème ville du pays), quand l’association Yara LNC a répondu à l’appel de l’association nigérienne Matassa. Ces deux partenaires ont donc créé, cette année-là un internat, et puis un autre à Niamey (la capitale) en 2014. L’objectif étant de permettre et de favoriser l’accès à l’éducation d’enfants ruraux de la région de Zinder et la formation d’adolescents déscolarisés au Niger. «L’association Yara LNC a créé et gère deux internats au Niger, un à Niamey et un à Zinder. En 2017, les internats accueillaient 227 jeunes issus de familles défavorisées de villages. Agés de 8 à 18 ans, ils sont scolarisés du CE2 à la Terminale et 10 d’entre eux sont en études supérieures au Niger, 60 en formation professionnelle au Centre de Formation Professionnelle ‘‘Pascal Coutard’’ à Zinder géré par l’association», explique le Secrétaire Général de l’établissement de GRYK-Yara de Niamey, M. Seyboun Boureïma. Selon lui, l’association propose une éducation de qualité à ces jeunes qui sont scolarisés dans de bons établissements publics et privés à Zinder et à Niamey.

Les jeunes bénéficient de soutien scolaire individualisé à l’internat avec des méthodes pédagogiques différenciées en fonction du niveau des élèves. «La scolarité, l’entretien et l’accompagnement des enfants sont pris en charge pendant toute la durée de l’année scolaire, les enfants rentrent au village seulement pendant les grandes vacances», souligne-t-il. 36 élèves en tête de classe de l’internat de Zinder, poursuivent leurs études à Niamey, où ils s’intègrent dans un environnement plus concurrentiel, selon le SG. Ils sont scolarisés au lycée Kouara à Niamey et sont hébergés dans deux maisons louées en attendant la construction du nouvel internat. Parmi eux, un adolescent a été admis à la rentrée 2017 au Lycée d’Excellence de Niamey (le meilleur du pays).

En septembre 2017, dix (10) jeunes ont commencé leurs études supérieures à l’Université ou dans des Ecoles supérieures. «En 2021, les 5 établissements – 2 internats à Zinder Takieta et Niamey pour enfants ruraux, 1 Ecole primaire, 1 Centre de Formation Professionnelle accueillent plus de 450 enfants et jeunes issus de familles défavorisées 270 enfants sont accueillis en internat, scolarisés du CE2 à la Terminale, dont 35 bacheliers au supérieur; 150 adolescents déscolarisés se forment au Centre de Formation professionnelle CFP, dans cinq (5) filières (mécanique moto, restauration, menuiserie bois, couture, mécanique automobile). Et 70 ex-apprenants du CFP sont accompagnés dans leur insertion dans la vie active. «17 jeunes issus des internats sont aujourd’hui dans la vie professionnelle, exerçant des métiers divers (instituteurs, infirmières, couturiers …)», se réjoui M. Boureïma.

Par ailleurs, un Centre de Formation Professionnelle destiné à accueillir des jeunes exclus du système scolaire classique sans formation qualifiante a été ouvert en 2015 à Zinder. Ce Centre accueille actuellement 60 jeunes et propose des formations dans quatre (4) filières à savoir mécanique moto, restauration collective, menuiserie bois et couture. L’association mène également des actions à destination des villages d’origine des enfants. M. Boureïma indique que des cours de soutien scolaire financés par Yara LNC sont dispensés par les instituteurs en poste dans les écoles des villages d’où sont originaires les enfants. Cette action s’intègre dans des missions de sensibilisation aussi mises en place pour promouvoir l’éducation au cœur des familles des enfants. Huit (8) villages sont concernés.

En outre, un soutien aux activités des femmes (Activités Génératrices de Revenus) a été initié il y a plusieurs années à la demande des mères des enfants dans les villages : micro-restauration, moulin à mil, élevage, embouche. Ces actions permettent aux femmes de générer des revenus et d’améliorer leurs conditions de vie au quotidien. Les intérêts des prêts sont laissés dans les caisses des groupements afin de leur permettre de constituer un capital qui pourra par la suite aider d’autres femmes. Toutes ces activités sont suivies par l’animateur «villages» de l’internat. Ensuite, le responsable ‘‘villages’’ mène également des actions de sensibilisation à la scolarisation des filles auprès de ces femmes afin de favoriser l’accès à l’éducation des filles. L’objectif est de sensibiliser les mères afin de lutter contre la déscolarisation des filles et d’éviter le mariage précoce des celles qui sont à l’internat.

Des jeunes bénéficiaires témoignent…

«Je suis accompagnée dans toute ma scolarité, depuis 2012 en classe de CE2, par les Internats GRYK au Niger soutenus par l’association Yara LNC. J’ai continué mes études jusqu’en classe de 6ème, au CEG Dan Bassa de Zinder. Avec ma moyenne de 15 sur 20, j’ai eu la chance d’intégrer l’internat de Niamey, toujours dirigé par GRYK-Yara. Actuellement je fréquente la 1ère D au Lycée Kouara de Niamey. Je remercie les associations GRYK et Yara LNC, qui ont fourni et continuent de fournir des efforts pour nous accompagner à assurer notre avenir et celui de notre pays», témoigne Aïssa Abba Gana Otmane, jeune fille nomade, originaire du village de Gorian (Tesker). Gambo Adam Baajatou est originaire du village de Gandou, Département de Belbédji. Diplômé en Mines et Energies, Spécialités Maintenance Industrielle, bénéficiant de l’internat depuis 2010, témoigne : «Je suis né en 1997. Après l’internat de Zinder et le Collège Amadou Dan Bassa, j’ai pu admettre au test de sélection organisé par Yara LNC et ses partenaires. J’ai intégré le Lycée d’excellence de Niamey puis l’Ecole des Mines et de la géologie (EMIG), où j’ai étudié quatre ans durant. Je vis actuellement à l’internant GRYK –Yara, en attente d’insertion professionnelle. Depuis que je suis pris en charge par les internats GRYK et Yara, je puis dire que je ne manque de rien. Je me sens chez moi, sur tous les plans nous sommes biens suivis : éducation, logement, alimentation, transport, santé, bref, tout y est. Nous remercions, de tout cœur les initiateurs de ces internats, sans lesquels nous n’aurions pas été là». 

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Selon les statistiques données par la Direction de GRYK-Yara, au total : 171 jeunes sont pris en charge par l’internat de Zinder ; 70 jeunes à l’internat de Niamey ; 108 jeunes au Centre de Formation Professionnelle (CFP) ‘‘Pascal Coutard’’ ; 30 jeunes poursuivent leurs études dans l’enseignement supérieur, 45% de filles accueillies à l’internat hors CFP. Le taux de redoublement est estimé à 3,10%, alors que celui d’obtention du BEPC en 2021 est de  86%; celui pour l’obtention du Baccalauréat est 45% contre 21% au niveau national en 2021. Quant au nombre d’abandon sans formation validée, il est de 15 enfants depuis l’ouverture de l’internat en 2006.

Au Niger, la fondation Yara LNC, avec l’appui de ses partenaires, soutient 4 établissements éducatifs à Zinder et à Niamey qui scolarisent et forment 430 enfants et adolescents vulnérables dont 50% de filles. Ces jeunes issus de villages isolés peuvent ainsi poursuivre une scolarité complète et régulière en Internat, dans des écoles privées ou publiques jusqu’au Bac et aux études supérieures. Les collèges se situant loin de leurs lieux de vie, leur scolarisation serait difficile, sinon impossible au secondaire.

Mahamadou Diallo(onep)