Journée de l’Enfant Africain : Réaffirmation de l’engagement du gouvernement pour soulager les souffrances des enfants en situations difficiles

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Comme les autres pays africains, le Niger célèbre aujourd’hui 16 juin 2021 la Journée de l’Enfant Africain (JEA) dont le thème retenu cette année est : « 30 ans après l’adoption de la Charte Africaine des Droits et du Bien-Etre de l’Enfant : Accélérons la mise en œuvre de l’Agenda 2040 pour une Afrique digne des enfants ». Pour rappel, cette Journée a été instituée en 1991 par l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), actuelle Union Africaine (UA), pour saluer la mémoire des enfants de Soweto en Afrique du Sud, tués sous  le régime de l’Apartheid pendant qu’ils manifestaient pacifiquement pour réclamer des meilleures conditions d’études. A cette occasion, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme Allahoury Aminata Zourkaleini a livré un message.

La célébration de cette Journée offre, selon la ministre de la protection de l’Enfant, aux pays africains, l’occasion de réfléchir sur des problèmes du moment qui entravent la vie des enfants, sous un thème choisi par le Comité d’Experts sur les Droits et le Bien- être de l’Enfant. Le thème de cette année renvoie les pays africains à l’examen des réalisations faites pour satisfaire les droits des enfants en général, mais surtout dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda 2040 de l’Union Africaine. Mme Allahoury Aminata Zourkaleini a rappelé qu’en 2016 le Comité des Experts a élaboré un programme d’actions qui vise la protection et la promotion des droits de l’enfant, dans le but d’accompagner la réalisation de la Vision de Développement pour l’Afrique de l’Union Africaine à l’horizon 2063.  Au Niger, cette Journée de l’Enfant Africain, édition 2021 est célébrée dans un contexte fait de la pandémie de la COVID-19 et surtout de l’insécurité liée à des attaques injustifiées perpétrées par des groupes armés dans certaines régions du pays. Ce qui cause des déplacements forcés de milliers de personnes, dont les femmes et les enfants qui sont mis dans des situations précaires de survie, a déploré la ministre en charge de la Protection de l’Enfant.

Mme Allahoury Aminata Zourkaleini a renouvelé au nom du Gouvernement, ses condoléances attristées aux familles de tous ceux qui ont perdu leurs vies, suite à ces attaques,  a souhaité un prompt rétablissement aux blessés, et exprimé ses encouragements aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS). « Aux enfants, se trouvant dans des situations difficiles, nous les assurons de notre soutien et de l’engagement du gouvernement à apporter tout notre appui en vue de soulager leurs souffrances », a déclaré la ministre en charge de la Protection de l’Enfant. Malgré la volonté manifeste affichée par les autorités du Niger à protéger les enfants, certaines épreuves inattendues surviennent et compliquent un peu plus la tâche, a-t-elle indiqué. Cependant, a estimé Mme Allahoury Aminata Zourkaleini, la détermination des plus hautes autorités du Niger à faire respecter les droits des enfants autorise à garder bon espoir. La ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant a lancé un appel à toutes et à tous de ne ménager aucun effort pour participer aux actions de lutte contre le terrorisme qui est la source de situations de vulnérabilité dans lesquelles se trouvent les communautés, y compris des enfants.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)