M. Mahamane Rabilou Abdou, Représentant Pays de l’ONG SWISSAID : «SWISSAID compte investir plus de 94 millions de francs CFA au profit de 9400 paysans lors de la foire des semences maraîchères de Margou Béné»

Invite de sahel dimanche

SWISSAID est une ONG Suisse basée au Niger depuis 1974. Ses activités avaient commencé avec une présence dans la région de Tahoua à travers le Projet d’Aménagement du Terroir Nord Ader (PANA) entre 1974 et 1997. Elle a élargi ses activités aux autres régions du pays, à partir de 1997, date à laquelle a été créé le Bureau de Coordination (Buco) de ses interventions au Niger. 

Aujourd’hui, SWISSAID travaille dans les régions de Dosso et Tillabéri, dans les domaines liés à l’eau, l’hygiène & l’assainissement, l’agroécologie & l’appui aux petits producteurs, et enfin sur les questions transversales du genre. Ces activités exécutées s’inscrivent dans le cadre du programme Pays 2019-2024, qui donne des orientations non seulement sur les thématiques d’interventions de SWISSAID au Niger, mais aussi sur les zones d’intervention, tout en encourageant le cadre de collaboration avec les différents acteurs intervenants dans le domaine.

Du 23 au 27 Octobre 2022 l’ONG SWISSAID et ses partenaires organisent une foire des semences maraîchères, à la Maison du Paysan du village de Margou Béné, Boboye, région de Dosso. A la veille de cet événement le représentant Pays de l’ONG SWISSAID, M. Mahamane Abdou décline dans cette interview ses tenants et aboutissants. 

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’urgence, sous volet résilience, votre ONG et ses partenaires, organisent une foire des semences maraîchères du 23 au 27 Octobre 2022 à Dosso. Pourquoi un tel événement ?

Vous savez que la campagne agricole 2021-2022 a été déficitaire mettant un nombre important de personnes dans l’insécurité alimentaire. Au cours de cette année 2022, l’Etat du Niger et ses partenaires se sont mobilisés pour venir en aide à cette population vulnérable. SWISSAID a aussi accompagné ces efforts de l’Etat dans les zones où elle intervient à savoir les départements de Dogondoutchi, Boboye et Kollo et a pu soutenir 9400 ménages répartis dans 11 communes. Mais nous pensons que pour assurer une meilleure résilience de cette population, des actions supplémentaires doivent être faites. Forte de son expérience dans le domaine de la sécurité alimentaire, SWISSAID propose un engagement plus accru de la communauté dans la pratique du maraichage particulièrement, vu les potentialités hydriques du Boboye. Nous sommes aussi conscients que l’accessibilité des paysans aux semences de qualité dans ces localités est un défi majeur.

C’est pour toutes ces raisons que nous pensons qu’un tel évènement serait bien apprécié.

Je dois préciser qu’une première activité similaire a été organisée par SWISSAID durant le mois de Mai 2022, à la veille de la campagne hivernale. Elle a été organisée à Dogondoutchi et a permis à plus de 1000 paysans, mobilisés par SWISSAID avec des coupons de voucher d’une valeur de 18000 F CFA, de venir faire l’achat de leur semence en toute liberté. Nous avons été satisfaits de cette activité car beaucoup de ces bénéficiaires sont sur la bonne voie pour avoir des récoltes importantes.

Quelles sont les différentes activités prévues dans le cadre de cette foire ?

Au cours de cette foire plusieurs activités sont prévues, notamment l’achat et vente des semences : Un chiffre d’affaires prévisionnel de plus de 100 millions de F CFA est estimé durant cette activité. SWISSAID à elle seule, compte investir plus de 94 millions de FCFA sur cette activité, en facilitant l’achat des semences à 9400 paysans des zones ci haut citées.

Une Conférence sur l’Agroécologie est également à l’agenda de cette foire. SWISSAID travaille durant des années dans l’agroécologie. A travers cette conférence, nous comptons mobiliser tous les acteurs nationaux de cette thématique incluant l’Etat, les chercheurs, les parties prenantes telle que la FAO, les ONG intervenant dans ce domaine, et les médias. Notre souhait durant cette rencontre, c’est de pouvoir créer ce cadre de concertation entre acteurs dans ce domaine.

Il y a aussi  l’exposition vente du compost et des bio pesticides visant à offrir une alternative au paysan pour la fertilisation du sol et la lutte contre les ennemis des cultures ; une exposition des produits agro-alimentaires faits à base des céréales locales, dans la mesure où nous sommes dans un mois de « consommons local » incluant la cérémonie de remise des subventions aux boulangeries locales pour faciliter la production du pain à base des céréales locales.

Quel est l’intérêt d’une telle foire pour les communautés et le Niger ?

Comme vous le savez, nos populations, particulièrement au niveau village, n’ont pas beaucoup accès à des semences de qualité. En plus de cela, la population est limitée dans l’offre des semences au niveau local. Un tel évènement renforcerait d’une part, l’accessibilité aux semences de qualité, mais aussi fera la promotion de nos entreprises des semences au Niger. Les experts estiment d’ailleurs que le fait de gagner des semences de qualité, contribuerait à améliorer la productivité d’au moins 30%.

La formation et l’accompagnement des boulangeries à travers une subvention est l’une des actions phares de cette foire. Quelles sont les conditions d’éligibilité afin de bénéficier de cette opportunité qu’offre SWISSAID ?

SWISSAID a lancé un processus de subvention aux boulangeries locales. Cet appel est adressé aux boulangeries de la région de Dosso, qui sont géographiquement situées dans notre zone de concentration d’activité.

Il faut comprendre que cette approche pour nous vise à encourager la consommation des céréales locales, et par conséquent, pousser les agriculteurs à augmenter leur production au niveau local.

En collaboration avec le centre AGAPE, spécialisé dans la production des pâtisseries à base des céréales locales, SWISSAID identifiera et formera les boulangers de sa zone d’intervention. Ensuite, une subvention leur sera accordée afin d’inclure dans leur offre en pâtisseries à la population, du pain et biscuits faits à base des céréales locales.

Nous trouvons cette activité pertinente, d’autant plus que nous sommes dans un mois de « consommons local ». 

M. le Représentant Pays, votre ONG est une structure majeure qui œuvre pour l’amélioration de la sécurité alimentaire dans plusieurs pays dont le Niger. Pouvez-vous nous parler de l’impact de vos multiples actions sur la vie quotidienne des communautés ?

Notre ONG est présente au Niger depuis 1974. En 48 années de présence, nous avons accompagné les efforts de l’Etat dans divers domaines, incluant l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement, la sécurité alimentaire et l’autonomisation des femmes.

Dans ce domaine de sécurité alimentaire, nous avons accompagné une dizaine d’organisations paysannes qui ont aujourd’hui un nombre estimatif de 2000 adhérents chacune. SWISSAID a construit plusieurs banques de céréales, banque des semences, des sites maraichers etc. afin de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Nous avons expérimenté des stations météorologiques à Goberi (commune de Fabidji) et Koygolo qui marchent très bien, afin d’aider les communautés à être plus résilientes face au changement climatique.

Nous travaillons actuellement avec plusieurs partenaires ONG et instituts de recherches internationaux et nationaux sur les cultures et espèces négligées, avec de hautes valeurs nutritives afin de trouver des solutions durables à la sécurité alimentaire.

Quel est votre message à l’endroit des acteurs impliqués dans votre domaine d’intervention, notamment, les services techniques de l’Etat, les ONG intervenant dans le même domaine, les paysans, les entreprises semencières, etc.

Mon message à l’endroit de tous ces partenaires, c’est de les appeler à se mobiliser afin que cette activité soit une réussite, pour le bonheur de nos populations.

Toutes les Entreprises de semences sont invitées à exposer leurs semences, sachant qu’elles seront soumises au contrôle qualité des inspecteurs semenciers. SWISSAID mobilise plus de 94 millions en coupons valeurs sécurisés, distribués à ses 9400 paysans qu’ils viendront échanger pour acheter les semences de leur choix. A la fin de l’activité, chaque entreprise fera son compte et présentera à SWISSAID sa facture pour paiement.

Les ONG et autres organisations internationales y sont invitées aussi pour y présenter des stands dans le sens du réseautage et de partage d’expériences sur leurs approches respectives dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Pour l’Etat, je dois apprécier notre collaboration avec tous ses démembrements. Le Gouverneur de la région, ainsi que son équipe, ont été toujours à nos cotés pour la réussite de nos interventions. Le département du Boboye et la commune Urbaine de Birnin N’Gaouré sont nos partenaires pour l’organisation et la réussite de cet évènement.

Je salue aussi la mobilisation du CESOC à travers son président, qui a bien voulu accepter de parrainer cette activité, ainsi que le ministère de l’agriculture et l’initiative 3 N pour leurs conseils et leur accompagnement.

Le Réseau des Parlementaires, membres de la commission sécurité alimentaire de l’assemblée nationale nous accompagnent aussi dans toute cette démarche de mobilisation d’acteurs de ce domaine. Enfin, je profite de l’occasion pour remercier le Bureau de la coopération Suisse au Niger pour le cofinancement de cette activité.

Par Abdoul-Aziz Ibrahim (onep)